Tag Archives: croissance

Entretien sur la vraie écologie et l’idéologie écologiste

Entretien 3 octobre. Droite de demain.

Yves Roucaute est philosophe, agrégé de philosophie et de science politique, épistémologue, logicien et Professeur des Universités, il est l’auteur de L’Obscurantisme Vert. La véritable histoire de la condition humaine, aux éditions du Cerf.

Peut-on dire que votre ouvrage est plutôt une ode à la croissance qu’un réquisitoire contre l’écologie politique ?

Oui, contre cette prétendue écologie, cache-sexe d’une idéologie totalitaire anti-productiviste, anticonsumériste et anticapitaliste qui veut quadriller nos vies et abattre les démocraties libérales, je défends en véritable écologiste le camp de la liberté et du progrès. Une défense fondée sur les sciences, il y a plusieurs centaines de références scientifiques, et le bon sens, fondée sur l’histoire de la planète et celle de la condition humaine. C’est non seulement une défense de la croissance, condition de la puissance des nations, mais plus encore de ce qui en est la source, la libre créativité humaine. Je remets ainsi par ce livre l’humanité au centre au lieu de la planète et je défends la nature, mais la nature humaine. Car si l’intelligence est aussi une caractéristique des animaux, je montre que la créativité qui nous permet de transformer notre environnement, nous-même et nos relations aux autres humains, ce qu’on appelle les civilisations, est l’apanage de la seule humanité. L’humanité est homo creator.

Je démontre ainsi que c’est cette créativité qui a permis à notre espèce de survivre aux glaciations et réchauffements, aux défis des prétendus dérèglements climatiques qui sont la règle, aux menaces naturelles, séismes, éruptions volcaniques, tsunamis, inondations, virus, bactéries, champignons pathogènes, et j’en passe de ces douceurs de Gaïa-la-Planète idolâtrée par les amis de Greta Thunberg, Europe Ecologie les Verts, ses alliés de la Nupes et quelques Candide. Alors que 99,99% des espèces animales ont été détruites depuis 541 millions d’années, alors que toutes les espèces d’hominines ont été exterminées depuis 7 millions d’années, alors que 21 des 22 espèces du genre Homo apparues il y a environ 2,8 millions d’année ont, elles aussi, été exterminées sur cette douce Gaïa-la-Planète, je démontre que c’est cette créativité, et un peu de chance aussi, qui a permis à l’humanité de survivre lorsqu’elle était nomade. Et c’est cette créativité qui lui a permis, il y a 12 000 ans, de se sédentariser, engageant ainsi une fantastique course à la croissance par la domination de la nature et à un assujettissement de ce qui s’y trouve. Ainsi a commencé une dynamique du progrès qui enchante l’esprit.

Je suis donc pour l’écologie, mais la vraie. L’écologie politique des verts et rouges est le cache sexe du combat des forces obscurantistes contre le capitalisme et les sociétés libres. Le mot écologie est composé de « éco », qui vient du grec « oïkos », qui signifie « maison » et non « planète » et de « logie » qui vient du grec « logos » qui signifie discours rationnel. Or, la maison est une protection contre les agressions de la nature, contre le froid, le chaud, les intempéries, les attaques animales. Donc l’écologie véritable n’idolâtre pas la planète, elle a un seul but : protéger l’humanité et la faire prospérer. Et donc défendre la libre créativité.

Car c’est la créativité qui permet de répondre aux défis, des pollutions à la misère sociale, dont vivent les démagogues rouges et verts. Grâce à la libération de la créativité, jamais l’espérance de vie n’a été aussi élevée, passant de 18 ans au paléolithique, à 21 au néolithique, puis grâce aux merveilleuses révolutions industrielles décriées par les obscurantistes verts, de 22 ans au XVIIème siècle à 54 ans en 1960 et 84 ans aujourd’hui. Et les pays les plus pauvres, où l’espérance de vie est moins de 55 ans, 52 en Centrafrique, sont ceux qui ne sont pas engagés dans la fabuleuse course à la croissance. La sous-alimentation qui frappait encore 36% de la population en 1981 est passée sous les 9% aujourd’hui. Il y avait 42,7% d’humains vivant avec moins de 1,9 dollar en 1981, il y en a 8% aujourd’hui. Oui, le modèle de croissance, productiviste et consumériste né en Occident, décrié par les obscurantistes qui devraient sortir de leurs quartiers huppés et de leurs parcs aseptisés n’est pas plus occidental que les mathématiques nées en Orient ne sont orientales, il est universel et il marche.

La vraie écologie est productiviste, consumériste, favorable à un capitalisme qui est régulé par le souci de l’humanité, gourmande de toujours plus de croissance et fervente des démocraties libérales seules aptes à libérer la créativité humaine de tous, femmes et hommes.

Les verts sont-ils les ennemis de la croissance et par conséquent les disciples de la décroissance ?

Les petits bonhommes verts, comme Marine Tondelier, n’hésitent pas à dire que « la décroissance fait partie de notre grille de lecture du monde ». Elle indique aussi qu’elle est d’accord pour changer ce terme de décroissance par un terme synonyme, celui de « sobriété », devenu aussi le mot de ce gouvernement qui croit qu’en jouant la démagogie il sauvera son pouvoir. Au lieu de libérer la créativité, les obscurantistes verts ne sont pas tous décroissants mais, à des degrés divers, ils prétendent soit corseter la croissance, soit l’endiguer, soit l’interdire. Ce sont des ennemis de la libération des énergies créatrices alors que la concurrence mondiale frappe de plein fouet. Ils affaiblissent donc les démocraties occidentales et sapent leur développement comme le démontre leur refus du nucléaire et la destruction de l’industrie automobile européenne. Ils sont une cinquième colonne comme l’étaient leurs devanciers staliniens qui prétextaient la souffrance ouvrière, réelle, pour vendre leur vision totalitaire, tandis qu’eux prétextent des problèmes environnementaux, parfois réels, parfois imaginaires, pour saper la puissance des démocraties libérales.

On s’amuse en les voyant prétexter qu’il faut arrêter le méchant carboné au nom des dangereux gaz à effet de serre. Car tous le savent que les gaz à effet de serre sont une bénédiction car sans eux nous ne survivrions ni au froid, ni aux rayons gamma et X du soleil, que le taux de CO2, 0,0415% actuellement n’a rien de dangereux et enfin qu’il est de 8 à 17 fois moins élevé que depuis 541 millions d’années, sauf périodes de glaciation. Il se trouve même des taux plus élevés lors de certaines glaciations et des taux inférieurs lors de réchauffements plus importants. En vérité, ils cherchent le pouvoir.

Il arrive certes que leurs propositions rejoignent le point de vue des sciences, donc de la croissance mais toujours pour de mauvaises raisons. Ainsi, prenons l’hydrogène qu’ils défendent au nom de la lutte contre les gaz à effet de serre. D’abord, les recherches sur l’utilisation de l’hydrogène, découvert en 1766, ne leur doivent rien, et l’exploitation de cette ressource a précédé leurs ânonnements sur la chasse du méchant carboné. Et l’exploitation de l’hydrogène produit de la vapeur, donc des gaz à effet de serre à gogo. Et notons, pour nous amuser, qu’elle produit aussi déjà 900 millions de tonnes de CO2 par an.

Et quand les sciences découvrent des moyens pour transformer le CO2 en énergie, cela prouve que les solutions de tous les problèmes, parfois imaginaires, sont bien dans la croissance, seule apte à financer les sciences. Ainsi, les feuilles vertes à partir de particules d’oxyde de cuivre ou les microorganismes qui permettent une nouvelle voie de photosynthèse sont parmi les cent nouveaux procédés pour produire aujourd’hui de l’oxygène et énergie à partir du CO2.

À l’inverse, leurs éoliennes couteuses, puisqu’il faut les subventionner à perte au lieu de financer de nouvelles technologies sont typiques de leur vision idéologique : non renouvelables puisqu’elles durent moins de 20 ans, polluantes car il faut ensuite les enlever sous peine de rouiller, tueuses d’oiseaux par centaines de milliers, et j’en passe de tous ses effets inouïs, dont cette consommation de terres rares et cette production de CO2 qu’ils cachent. Songez qu’il faut 550 M3 de béton pour produire un socle et que 1M3 de béton produit 350 kg de CO2. À l’inverse, un réacteur nucléaire de 1450 MW équivaut à 10 000 éoliennes mais ils n’en veulent pas.  

Les obscurantistes verts sont les fossoyeurs des nations libres d’Europe car, hélas !  Ils ne sévissent que là. Nul en Asie ne les suit dans leur délire idéologique et les États-Unis eux-mêmes se gardent bien d’abandonner gaz de schiste, pétrole, charbon et nucléaire. Et quand l’heure des conflits arrive, comme le montre la guerre en Ukraine et les sanctions russes, voilà l’Europe fort marrie d’avoir écouté ces petits bonhommes verts.

Doit-on s’inquiéter de la place médiatique et de l’influence importante de l’idéologie écologiste en France ?

Heureusement, il existe des médias qui résistent à cette vague et des journalistes qui font leur travail. Cette armada d’obscurantistes mène une guerre idéologique sans précédent contre le camp de la liberté et du progrès et, au lieu de défendre ce camp, de lui permettre même de s’exprimer, nombreux sont néanmoins les médias, pourtant favorables au camp de la liberté, qui craignant de déplaire à leur lectorat ou d’affronter le terrorisme intellectuel des obscurantistes rouges et verts, diffusent cette idéologie sans vérifier les informations.

C’est le coup des affabulations du GIEC vendu comme un organisme scientifique alors que ni son recrutement des 36 membres, ni son fonctionnement, ni sa façon de publier avec ses autoréférences d’associations militantes ou de laboratoires subventionnés, en général des labos de sciences humaines, ne sont questionnés. Est-il donc impossible d’aller voir comment a été désigné son directeur actuel, nommé par son frère, le 1er ministre coréen, alors qu’il a fait des études d’art et a commis un vague mémoire d’économie écologique avec des projections si fantaisistes qu’elles font rire ceux qui les regardent aujourd’hui ? Est-il dont si difficile d’avoir un accès internet pour aller lire leur rapport de 2007 qui annonçait, d’ici 2020, que 75 à 250 millions d’Africains souffriraient d’une soif dévastatrice, que l’agriculture fluviale dans le monde allait chuter de 50%, que la malnutrition alimentaire augmenterait sur la planète et qu’une hausse rapide de la mortalité surviendrait en Asie ? Et j’en passe.

Le coup de la météo du jour pour vendre qu’il faut sauver la planète est encore plus étonnant. Regardez le comportement de certains journaux lors des chaleurs de l’été. Ils diffusaient des « chaleurs jamais vues » alors qu’avec 15°C en moyenne sur le globe, force est de constater qu’il a toujours fait plus chaud depuis 4,5 milliards d’années, hors glaciation, et que l’humanité elle-même a connu depuis son apparition des périodes autrement plus chaudes, jusqu’à 30°C en moyenne, qu’elle a connu des exterminations massives et brutales à cause de la chaleur comme celle de l’empire d’Akkad il y a 4200 ans ou du royaume de Liangzhou, qu’elle a connu un réchauffement autrement plus sérieux durant le Moyen-Âge…  On pourrait évidemment se demander pourquoi quelques jours autour de 40°C  en juillet 2022 seraient-ils jamais vus alors qu’en juillet 1947,il y avait 40° à Angoulême, Toulouse, Bourges, Angers, Tours, Château-Chinon, Orléans, Chartres, Paris.. 41° à Poitiers…et, même en juin 40° à Auxerre ? Et la fréquence “jamais vue ” aurait dû sourire puisqu’en 2021, la moyenne en juillet a été de 20,7°C et que le mois d’août a été le plus frais depuis 2014. Et on constate que 2 ans après 1947, en juillet 1949 nous avons 42° à Bergerac, 41° à Agen, 40° à Cognac… ? Que du 3 au 13 août 2003, les températures dépassèrent 35° sur les trois-quarts du pays, dont 44,1°C près de Nîmes, avec la mort de plus de 15 000 personnes. Et fin juin 2019, ce n’est pas si loin, il faisait 46,0°C près de Montpellier.

Et que dire de ces graphes grotesques vendus par une certaine presse militante ou apeurée sur une augmentation constante des températures depuis la révolution industrielle du XVIIIème siècle, mettant en cause le capitalisme et la diabolique molécule de CO2 alors que la vérité c’est un réchauffement au XVIIIème siècle mais suivi d’un très fort refroidissement dans la première moitié du XIXème siècle avec une montée impressionnante des glaciers ? Et si, depuis 1850, un léger réchauffement a, en effet, eu lieu, il n’a rien d’exceptionnel. La planète ce sont des variations climatiques incessantes qui ont commencé avant l’humanité et qui vont se poursuivre.

Ce léger réchauffement, qui en suit d’autres, ne prouve donc pas la culpabilité humaine et celle de la course à la croissance. Et, quand bien même l’humanité en aurait une part infime, car c’est parfaitement possible, pourquoi certains médias continuent-ils à suivre les idéologues rouges-verts dans leur volonté de quadriller la vie au lieu, au contraire, d’appeler à libérer les énergies créatrices pour répondre, quand ils existent, aux problèmes ?

Est-ce devenu politiquement incorrect voire condamnable de refuser d’être disciple de cette idéologie ? Quel est votre regard sur la notion de “négationnisme écologique” très connotée historiquement ?

Le négationnisme écologique révèle le gauchisme sous-jacent de l’idéologie verte qui copule allègrement avec l’antisémitisme. Un antisémitisme classique de la gauche révolutionnaire depuis le XIXème siècle. Car le mot « négationnisme » a un seul sens, celui de nier la Shoah. Et nier le sens de ce mot n’est pas anodin, surtout quand on voit certaines des forces de La France Insoumise et d’EELV, diffuser leur antisémitisme sous couvert d’une critique violente d’Israël, au nom des Palestiniens de Gaza, gouvernés par le Hamas terroriste qui soutient les groupes qui tuent jusqu’en France.

Quant au climato-scepticisme, il est la marque de ceux qui nient 4,5 milliards d’années de climat pour vendre l’apocalypse dont ils nous sauveraient, ce qui fait quand même beaucoup.

Cette croissance que vous défendez n’est-elle pas aussi responsable de l’accélération du réchauffement climatique ? Il y a des consensus scientifiques sur la question…

On peut toujours trouver des savants d’un domaine pour justifier la pire idéologie et intervenir sur des domaines qui ne sont pas les leurs. Les savants allemands qui soutinrent le nazisme et ses théories génétiques morbides furent légion. Les savants qui soutinrent le stalinisme aussi. C’est le syndrome Frédéric Joliot-Curie, ce grand physicien, pourtant Président de la société française de physique, qui a reçu le prix Staline, dirigeait la « Fédération mondiale des travailleurs scientifiques » et soutenait l’idée d’une science prolétarienne, rêvant d’un monde communiste et de son goulag pour les opposants.

Il n’y a aucun consensus scientifique, au contraire, sur les thèses d’une accélération du réchauffement sur le long terme, puisque c’est faux pour tous ceux qui connaissent l’histoire de la planète, et faux aussi sur le moyen terme, depuis la révolution industrielle du XVIIIème siècle comme nous l’avons vu. Car si A (humanité et croissance), impliquait B (réchauffement), comment expliquer qu’il a fait toujours plus chaud avant l’apparition de l’humanité, durant 541 millions d’années ? Et, comment expliquer, depuis l’apparition de l’humanité, avant l’industrialisation, les longues périodes de sécheresse qui ont duré parfois des milliers d’années ? Et comment expliquer que le réchauffement soit discontinu ?

J’ai indiqué, dans mon livre, les causes réelles de ces variations climatiques prouvées par les vrais scientifiques depuis 4,5 milliards d’années : rayonnements et vents du soleil, mouvement de la lune, variations de l’axe et de l’orbite terrestre, champ magnétique, noyau, manteau croûte terrestres avec ses conséquences sur les séismes, éruptions volcaniques, tsunami etc…

Il faut cesser de faire de la météo du matin un argument politique. Nous sommes, avec les obscurantistes verts, arrivés au degré zéro de la pensée.

La France connaît une forme de crise énergétique en raison de choix approximatifs en matière de politique énergétique avec la fermeture annoncée de réacteurs nucléaires, est-ce une conséquence de l’imprégnation de l’idéologie verte dans la société et dans le politique ? 

Oui, indéniablement. L’idéologie obscurantiste verte sabote la puissance des démocraties libérales. Elle a conduit, en France, à culpabiliser les politiques et à empêcher les scientifiques d’œuvrer pour assurer la puissance. Fermeture de Fessenheim en 2020, 26 réacteurs nucléaires à l’arrêt et la France menacée de crise énergétique aujourd’hui alors qu’elle était en pointe dans ce domaine. Voilà aussi l’effet de la lâcheté, qui refuse d’affronter l’idéologie totalitaire verte, et de la démagogie, qui croit pouvoir s’en accommoder. Quelle différence avec la Chine ou les Etats-Unis !

On a vu des installations hydrauliques vandalisées par des militants écologistes alors que la France a été touchée par des feux et par la sécheresse, des politiques verts défenseur de la désobéissance civile, sont-ils dangereux pour notre société ?

Oui, peu à peu, l’obscurantisme vert dévoile son vrai visage, celui de la haine contre la liberté et de la violence contre ceux qui ne partagent pas leur idéologie. Julien Bayou, secrétaire général d’Europe Écologie en appelle lui-même, comme Mussolini et les chefs factieux de jadis, à la « désobéissance civile » contre la loi de la République et il justifie ainsi avec ses amis, les nervis qui dégonflent ou crèvent les pneus des voitures, démontent les pompes des réservoirs d’eau qui servent à irriguer les terres en période de sécheresse, arrêtent le tour de France, interdisent la demi-finale de coupe du monde de rugby comme à Lyon, menacent les chasseurs et les commerçants qui utilisent la climatisation, dénoncent les propriétaires de jet, de piscine, ceux qui jouent au golf ou font des barbecues. Ils insultent sur twitter les dissidents et les diffament jusque dans leur vie privée sous couvert d’anonymat. La terreur idéologique est là. On a vu même un dirigeant de club de football contraint de s’excuser publiquement pour avoir transporté par avion des joueurs.

C’est une alliance de la haine contre les fondements des démocraties libérales. Du wokisme, qui traque la mémoire de nos démocraties au nom de l’esclavage, alors que, comme je le démontre, il fut universel depuis le néolithique et que seul l’Occident en a proclamé l’abolition, aux ex-marxistes recyclés verts qui sont dans la nostalgie de leur combat perdu après l’effondrement du mur de Berlin. Peu à peu, ils quadrillent le pays et organisent la peur, prétextant la planète et la sobriété énergétique. Il est temps pour le camp du progrès et de la liberté d’affronter ces obscurantistes car s’ils gagnent des batailles, c’est faute pour nous de les mener. Plus nous tarderons à affronter cette guerre totale, plus les dégâts seront importants. Mais j’ai une certitude, comme hier, le camp des vraies lumières l’emportera.