Trumpête dans un verre d’eau

Donald Trump, le divertissement

Par Yves Roucaute

Paru Valeurs Actuelles 30 mai. 2017

« Les grandes haines ne se prêtent guère à des réconciliations » disait avec sagesse Esope. Bobos, multiculturalistes et péronnelles du politiquement correct détestent plus encore le provocateur Donald Trump depuis son élection. Ce sot, ce maraud, ce coquin, qui a osé volé l’élection d’Hilary Clinton avec l’appui de Moscou serait devenu un traître. Pour cacher sa félonie, il aurait licencié le directeur du F.B.I. et donné à l’ennemi russe des informations confidentielles qui menacent sécurité des Etats-Unis, des alliés, du monde peut-être.
Cette campagne de Russie en suit bien d‘autres, tout aussi pathétiques. Dix mille manifestants hurlant « Pas mon Président ! », à New York, début mai dans un pays de 324 millions d’habitants? Le peuple en marche contre Trump. Quelques nominations refusées par le Sénat? Le parti Républicain contre Trump! Recul momentané pour l’abrogation de la réforme santé de Barack Obama ? « Humiliation », échec cuisant », « débâcle »…. Tant pis si elle est finalement adoptée.
Après l’éviction de James Comey, directeur du FBI, Donald Trump aurait voulu interdire l’enquête sur ses relations douteuses avec Moscou durant la campagne électorale. Qu’importe si James Comey a nié l’implication du Président dans l’espionnage possible d’Hilary Clinton ? Leur preuve ? Depuis le célèbre, et incontrôlable, Edgar Hoover, resté de 1935 à 1972, les directeurs du FBI sont nommés pour dix ans. Or, tous les ont accomplis, sauf Comey. Donc Donald Trump est coupable.
Diantre. Passez moi la calculette : depuis 1972, en 45 ans, 14 directeurs. Un seul a tenu dix ans : Robert Mueller. Patrick Gray ? environ un an. Clarence Calley ? Cinq. Louis Freeh ? Sept, obligé de démissionner en 2001. William Sessions ? Cinq, licencié en 1993, par Bill Clinton, oui, le fameux mari d’Hilary-à-la-mémoire-défaillante. Viré par convenance politique : il a continué une brillante carrière juridique, en particulier auprès de Ronald Reagan.
Donald Trump aurait remis des « informations classifiées » à l’ « ennemi ». Face à au terrorisme, Donald Trump, chef d’Etat, n’a-t-il pas placé la Russie dans le camp des alliés ? Et n’est-ce pas, depuis Périclès, au chef des armées de décider de la stratégie, donc de ce qui est classifié ? Le droit américain confirme. Cette campagne de Russie va tourner à la Berezina. Et j’attends avec gourmandise la prochaine provocation de Donald Trump qui semble avoir compris cette forte pensée de Sun Tzu : « Si ton ennemi te semble colérique, cherche à l’irriter encore davantage. »

Réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *