Tag Archives: France

Les joyeuses sources chrétiennes de la France

yves_roucauteLes joyeuses sources chrétiennes de la France

Par Yves Roucaute

paru dans Valeurs Actuelles, Noël

« De la peau du Lion, l’Âne s’étant vêtu, était craint partout à la ronde,
 Et bien qu’Animal sans vertu,  Il faisait trembler tout le monde ». Entre Noël et épiphanie, difficile de ne pas se moquer, à la façon de Jean de la Fontaine, des lions de pacotille quand sont évoquées les racines chrétiennes des traditions françaises. Faut-il ameuter ban et arrière ban au nom de la défense de la laïcité menacée ? Dénoncer l’« islamophobe » sinon la grenouille de bénitier ? A les en croire, Père Noël, sapin, jour de l’an, galette des rois, œufs de Pâques et plein de trucs festifs seraient de tradition païenne, à l’exception de la crèche de Noël, tâche dans l’Etat laïc. Liberté, égalité, fraternité? Les valeurs universelles viendraient des « Lumières », de Voltaire, Diderot, d’Alembert et de quelques autres bouffeurs de curés. Finalement, la République, foi de Traités d’ânologie, serait construite contre le christianisme qui aurait apporté « l’Inquisition, la torture, la question; les croisades, les massacres, les pillages, les viols, les pendaisons, les exterminations, les bûchers; la traite des noirs, l’humiliation, l’exploitation, le servage, le commerce des hommes, des femmes et des enfants; les génocides, les ethnocides (…) le compagnonnage de route avec tous les fascismes du XXIème siècle, Mussolini, Pétain, Hitler, Pinochet, Salazar, les colonels de la Grèce, les dictateurs d’Amérique du Sud (…) Des millions de morts pour l’amour du prochain». Michel Onfray a oublié inondations, tremblements de terre et acné juvénile.

Si la France d’en haut, gauche et droite, fut longtemps effrayée par ces vocalises, jusqu’à refuser d’inscrire les racines chrétiennes de l’Europe dans les Traités européens, celle d’en bas a toujours deviné l’âne sous les habits du lion. La faible acuité visuelle de cet animal l’a trahi : incapable de discerner dans les 35 000 communes, un des 50 000 édifices catholiques. Et il faut être une bestiole bien entêtée pour ne pas remarquer la source chrétienne qui irrigue la quotidienneté française.

Une source pleine d’humour. Dés le matin, voilà le croissant croustillant, inventé en 1683, après la bataille de Vienne quand 100 000 soldats des troupes chrétiennes de Charles V de Lorraine et du roi de Pologne Jean Sobleski battent les 250 000 militaires musulmans du Grand Vizir ottoman Kara Mustafa. Pour célébrer cette victoire, l’empereur Léopold 1er permet aux boulangers de fabriquer une viennoiserie en forme de croissant, symbole du drapeau turc défait, plutôt que du croissant de lune. Les Français l’adaptent à leur vie sucrée: une cinquantaine d’opérations jusqu’au dorage avec un jaune d’œuf. Et l’insouciant bouffe le drapeau ottoman et salue la victoire des chrétiens avec une gourmandise bon enfant.

Rien d’agressif au demeurant. Le Français se moque de tout, de ses prêtres même, du Christ aussi, comme ses ancêtres du Moyen-Âge, lors des fêtes de fous. Mais le même, à chaque repas, partage le pain et le vin, héritage de la Cène. Ni riz, ni crêpes, ni pains ronds dont chacun se saisirait mais pain découpé et équitablement distribué dés le matin. Si la bière est individualiste, le thé anonyme, le saké communautaire, le vin est l’acte d’une liturgie inconsciente. L’hôte se verse le vin, examine la couleur, le sent avant d’en boire une gorgée puis le distribue, de verre en verre, à la façon des premières célébrations de l’eucharistie. Et lors des grandes fêtes, jusque dans ce champagne qui pétille, se lit le souvenir des noces de Cana, quand le Christ transformait joyeusement l’eau en vin à volonté.

Tout dit cette source chrétienne. Blancheur de la nappe, absence de plis dans le sens de la largeur ? Depuis le Moyen-Âge : pureté des intentions et espace de communion ouvert pour briser les barrages symboliques entre invités. Le « plat », au centre de la table, l’assiette individuelle ? Des êtres nés libres selon les Evangiles, associés d’une « société ». Les hôtes sont servis en dernier : Christ donne le pain et le vin dans la Cène et se sert en dernier. Commencé par des bénédicités ou un « bon appétit », poursuivi dans la gaieté, le repas dit : donne, il te sera rendu, non pas en biens mais en aimer. Et il n’y aura pas treize convives à table : dans cette Cène laïcisée, il ne saurait y avoir de Judas, de traître à l’aimer.

Noël serait-il un héritage des fêtes saturnales romaines qui célébraient le solstice d’hiver, du 17 au 24 décembre, et de la fête du Dieu soleil, le « soleil invaincu » (sol invectus), du 25 décembre? Drôle. Un palestinien de la mosquée al-Aqsa de Jérusalem devient-il chrétien parce que ce lieu était une église en 530, ou juif, puisque construite sur un bain rituel du second Temple de Salomon ? Allez convaincre un végétarien qu’il est cannibale sous prétexte que ses ancêtres l’étaient.

Noël ? Fête de la nativité du Christ. Tradition de 1700 ans, inventée par l’empereur Constantin et le Pape Libère. Liquidées les saturnales ! Et Théodose interdit, en 380, le culte de « Sol Invictus », remplacé, le 25 décembre, par la fête du Christ, « Soleil de justice ». A la différence des anglo-saxons avec leurs « Saturday » (jour de Saturne) et « Sunday » (jour du soleil), les Français ont inventé samedi », étymologiquement « jour du shabbat », et « dimanche », « jour du Seigneur ». Le sapin ? Avec son étoile, guide des rois mages puis des humains de toutes races, et ses guirlandes et boules, hymnes à la joie. Le Père Noël ? La confiance au don d’amour rapporté par saint Nicolas. Les cadeaux? Sur le modèle des présents apportés par les rois mages : la joie christique de recevoir et, plus encore, de donner.

Comment s’étonner si le 25 décembre est précisément le jour de la création symbolique de la France, en 496, avec le baptême de Clovis ? Si le symbole même de la République, adopté en 1848 est Marianne, « Marie » et « Anne », qui laisse un sein à découvert pour offrir ses valeurs judéo-chrétiennes à la France ? En statue de la liberté, sa torche est levée vers le Ciel pour dire d’où vient sa lumière, celle qui a éclairé le très catholique Charles de Gaulle, et les protestants Churchill et Roosevelt, contre les athées Mussolini, Hitler et Staline.

Et les « Lumières » ? Jean le Rond d’Alembert, maître d’œuvre de L’Encyclopédie ? Déterministe, ne croyant pas à la liberté, favorable à l’esclavage: « Les peuples du Nord sont plus forts et plus courageux que ceux du Midi: ceux-ci doivent donc, en général, être subjugués, ceux-là conquérants; ceux-ci esclaves, ceux-là libres. » Helvétius ? Matérialiste, la liberté serait une « illusion », un Être suprême manipulerait les humains. Illusion aussi pour le baron d’Holbach et de La Mettrie, partisan de l’Homme machine. Diderot ? Ni Bien ni Mal, chacun cherche ce qui lui est utile, déterminé par le jeu des atomes dans l’insouciance des autres. Et Voltaire ? Ah, Voltaire ! « Nous n’achetons des esclaves domestiques que chez les nègres ; on nous reproche ce commerce …Ce négoce démontre notre supériorité ; celui qui se donne un maître était né pour en avoir ». Quant aux juifs: «Ils égorgent les vieillards et les enfants (…) ils sont ennemis du genre humain.» Sur l’esclavage, dans l’Encyclopédie, un seul article réclame son abolition, écrit par Louis de Jaucourt, méprisé par Diderot pour être croyant. Quant à Jean-Jacques Rousseau, par ailleurs opposé aux prétendues « Lumières », le citoyen doit à la Cité, une « aliénation totale » de ses droits. L’esprit de la Terreur, celle qui va interdire la messe de minuit, guillotiner les opposants, massacrer les Vendéens.

Liberté ? Egalité ? Fraternité ? Œuvre de la puissance spirituelle chrétienne. Dés 524, elle abolit l’esclavage en France pour ceux qui se convertissent au christianisme et elle proscrit ce « commerce ». En 1315, par Louis X, elle interdit l’esclavage pour tous car tout être naît libre selon Dieu. Elle impose l’égale dignité de la femme, chantée dans l’amour courtois, dés le Moyen-Âge. C’est elle qui abolira le servage et l’esclavagisme dans les colonies. Et si le mot fraternité s’impose dans ce pays catholique, en 1848, ce fut au nom du « Christ-fraternité », célébré par les prêtres qui bénissaient les arbres de la liberté.

J’aime ces fêtes de Noël : les Français y suspendent le temps pour accrocher leur espérance dans le regard des enfants. Sous le sapin, à cette question posée aux rois mages : « que cherchez vous ? », ils répondent par leur mode de vie sucré, d’une façon toute chrétienne, quand bien même ils ne le savent plus, quand bien même Pâques leur paraît lointaine: je cherche la vraie lumière, celle qui rend joyeux.

 

Réseaux sociaux

Nous sommes tous des Gaulois !

Nous sommes tous des Gaulois !

ImagcoqR

 

Roman national Les fossoyeurs de l’histoire poursuivent leur sabotage de la mémoire. Symboles, mode de vie, valeurs : la France pluriethnique est pourtant fière d’être gauloise !

« Nos ancêtres les Gaulois habitaient des huttes en bois », chantait Henri Salvador, né dans cette France d’Amérique du Sud, en Guyane, à Cayenne. Et les Français des cinq continents, toutes origines confondues, reprenaient avec lui le texte de Boris Vian : « Faut rigoler, faut rigoler, avant qu’le ciel nous tomb’ sur la tête. »Ainsi s’amusait naguère une nation fière de son histoire, formée par ces instituteurs qui exigeaient, règle à la main, l’invocation des mânes gauloises, première pierre du grand récit glorieux qui menait de Vercingétorix à Charles de Gaulle, par les rois, les empereurs et les Républiques. Hélas, aujourd’hui, on ne rigole plus. L’armada du politiquement correct crie haro sur tous ceux qui, tel Nicolas Sarkozy, osent la référence à la Gaule chevelue.

Nos ancêtres les Gaulois ? “Pas les miens !”, proteste Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, qui souhaiterait donner un cours d’histoire à l’ancien président pour lui rappeler sa différence ethnique. “Pas les miens non plus !”, s’exclame le garde des Sceaux, qui prétend parler pour les Bretons. Au nom d’une France multiculturelle aux origines variées, c’est à qui ironisera le plus sur la vision étriquée, fantasmatique, pathétique de “Sarkozyx”. Un tollé qui emporte une partie de la droite, qui semble avoir oublié ce 3 novembre 1943, quand, à Alger, pour rassembler le pays asservi, Charles de Gaulle s’est écrié : « Vingt siècles d’histoire sont là pour attester qu’on a toujours raison d’avoir foi en la France. » Vingt siècles ? Diantre ! Depuis la Gaule de Vercingétorix ? Ridicule et hystérique aussi, le Général ? 

Enquêtons. Caricature socialiste mise à part, nul être sensé n’a jamais imaginé les Français ethniquement descendants des Gaulois roux et moustachus. Ni les Italiens associés par le sang à Romulus et Remus, les Grecs à Agamemnon, les Américains aux Pères pèlerins, les Chinois à l’Empereur jaune, Huángdi. Mais aucune nation ne survit sans construire le grand récit de ses origines, souvent mythique, auquel l’imaginaire de la population peut adhérer. L’échec des empires, de certains États artificiels, de l’Europe aujourd’hui même l’atteste. Curieusement, cette gauche qui pérore à tout instant sur la République et la citoyenneté semble ignorer que “Nos ancêtres les Gaulois” est le grand récit de la République française, avant que les années 1970 puis la présidence Mitterrand sombrent dans la repentance, le relativisme et le multiculturalisme. Un grand récit destiné à rechercher cohésion et puissance, qui avait l’avantage de coller, ce qui est rare, à l’histoire et à l’imaginaire du pays réel.

Avant la République s’était imposé un autre roman historique, celui de “Nos ancêtres les François”. Pas si éloigné au demeurant. Clovis en pose les germes après avoir constaté l’existence de populations d’origine différente sur son territoire. Comment asseoir une dynastie sur la seule aristocratie franque ? II interdit les mariages claniques et pour tous les habitants indistinctement, Francs, Wisigoths, Burgondes, Gallo-Romains, Armoricains et bien d’autres, il exige l’assimilation des valeurs communes portées par la religion chrétienne, les traditions politiques franques et le mode de vie gaulois. Et la reine Bathilde, épouse de Clovis II, pour renforcer l’assimilation, fera abolir l’esclavage. Bien plus tard, la monarchie carolingienne, pour donner à ses origines un lustre qu’elles n’avaient pas, finalise et formalise le grand récit national, celui de “Nos ancêtres les François”, héritiers des Francs venus de Troie et non de Germanie. Ils auraient fondé de nombreuses villes dont Paris, par le Troyen Pâris. Et tous les Français, sans exception, en seraient les descendants. En 1315, puisque tous les sujets sont “François”, Louis X abolit logiquement le servage : « Selon le droit de nature, chacun doit naître franc (libre). » L’État moderne, à partir de Philippe le Bel, par la force souvent, renforce cette unité nationale assimilationniste face aux corporations, aux corps intermédiaires, au pape et à l’empereur.

Mais ce grand récit, qui, par la cohésion imposée, fit de la France la première puissance d’Europe, se heurte, au XVIIIe siècle, à ces bourgeois qui viennent d’acheter des terres nobles. Honteux de leurs origines roturières, ils imitent à Versailles ces Castillans de prétendu sang bleu (el sangre azul), fiers de la couleur de leurs veines. Au nom des François, ils décrètent un mépris “ethnique” envers le peuple, les Gaulois. En réaction, l’historien Nicolas Fréret retrouve le ton de Ronsard glorifiant les Gaulois dans son Discours de l’équité des vieux Gaulois. En 1714, devant l’Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres, il accuse les François d’être des Germains illégitimes, installés de force contre la masse des bons Gaulois. Ce qui lui vaut la Bastille.

La République met un terme à cette théorie des deux France. Elle troque les “François” contre les “Gaulois”. Avec “Nos ancêtres les Gaulois”, la France une et indivisible est de retour.

De Napoléon Bonaparte aux historiens populaires, tel Amédée Thierry (Histoire des Gaulois, 1828), de Napoléon III, qui fait ériger la célèbre statue de Vercingétorix par le sculpteur Millet en Côte-d’Or, à Gambetta, le grand récit s’impose. Apprendre “Nos ancêtres les Gaulois” devient obligatoire dans les écoles via le manuel d’Ernest Lavisse, sous le contrôle des instituteurs, hussards de la République. Après le Tour de la France par deux enfants, roman célèbre d’Augustine Fouillée, en 1877, Vercingétorix devient même le modèle du chef républicain, défenseur de la patrie, qui préfère la mort au déshonneur.

Mieux qu’avec “Nos ancêtres les François”, la République accrochait ainsi l’histoire mythique à l’histoire vraie et à l’imaginaire du pays réel. Car symboles, moeurs, valeurs : la France a bel et bien hérité des Gaulois. Ainsi, d’où vient le coq, celui des stades populaires, des maillots des équipes de France, des girouettes et des grilles de l’Élysée ? Les Anglais, des Plantagenêts, pour se moquer de Philippe Auguste, crurent bon, un jour, de le ridiculiser en le comparant au coq vaniteux. “Pas étonnant, dirent-ils, il est le chef des Gaulois, un roi de bassecour.” Coq et Gaulois n’ont-ils pas la même origine latine, gallus ? Voilà pour le mépris. Eux avaient choisi du lion pour emblème. Très fort, le lion. Les rieurs se trompaient. L’origine des deux mots est bien la même, mais elle est celte : gau ou co en celte, d’où gallus en latin, puis “coq” en français. Les Grecs et les Phéniciens appelaient les habitants “Gaulois” bien avant la fondation de Rome, par crainte de cette population qui, comme les coqs (gau), n’avait peur de rien. Appeler Philippe Auguste un coq pour se gausser de lui ? Le roi connaissait assez son histoire pour ne pas s’en fâcher. En coq qui ne lâche pas sa proie, il prend aux Plantagenêts la Normandie, la vallée de la Loire, gagne la bataille de Bouvines, brûle et massacre les villes qui soutiennent les Anglais et les troupes de son fils entrent à Londres, en 1216. Le petit coq courageux avait terrassé le lion, certes majestueux, mais un brin fainéant.

Par le coq, la France réelle rappelle que le courage est la valeur suprême du pays, la clé du patriotisme, comme le notait jadis Diogène Laërce pour le coq gaulois. Si les totems gaulois sont multiples, du cochon à l’aigle, le gallinacé se trouve bien sur les monnaies, médailles, statues et vases. Il protège les soldats dans les conflits au point d’être dessiné sur leurs casques et porté par les enseignes. Il veille sur l’esprit immortel des Gaulois morts pour la patrie dans les monuments funéraires, comme, plus tard, sur ceux de la Première Guerre mondiale. S’il disparaît avec Rome, il réapparaît dès l’écroulement de l’empire. Omniprésent au Moyen Âge, le Saint Empire romain germanique représente la France par cet animal. Il accompagne toutes les dynasties, figure sur les monnaies à partir des Valois, remplace le lys royal après la Révolution.

Il n’est pas jusqu’à l’organisation de l’espace quotidien qui ne porte la marque de nos ancêtres les Gaulois. Rome l’apprit à ses dépens, après la conquête. Son désir d’imposer les “provinces” dut céder devant le pagus, le “pays”, ce réel indépassable des Gaulois pour les Cicéron, Virgile et Tacite. Le pays, ses clochers, ses fromages, ce qui fait la beauté mondiale de ses paysages disent aussi la résistance, encore et toujours, à l’envahisseur bureaucratique européen, à l’uniformisation consumériste et à l’acculturation.

Celui qui aime le triptyque “Liberté, égalité, fraternité” ne saurait oublier qu’il est lui-même un héritage de ces Gaulois auquel le christianisme put facilement se greffer. Chez ces êtres libres, méfiants envers l’autorité — au point, pour les Arvernes, de mettre à mort le père de Vercingétorix, Celtillos, suspecté de vouloir instaurer la royauté —, le pouvoir s’acquiert par élection et non par naissance. Ils connaissent le droit inaliénable de propriété, d’échanger, de communiquer. Pas de propriété collective : le chef de famille est propriétaire individuellement et ses enfants héritent personnellement. Les villages sont composés de huttes coniques qui entourent des espaces publics de discussion, car la liberté d’expression est pour eux un droit de nature. Les femmes se promènent libres et elles discutent. La tribu consacre un système de vassalité ouverte, nul n’ayant le droit de lui imposer une réglementation. Fraternité ? Partout. Ces Gaulois aiment les banquets, ancêtres des banquets républicains. Légers et hâbleurs, ils partagent leur vin, lourd et alcoolisé, et leurs victuailles. Une solidarité forte lie les familles pour qu’elles ne se trouvent pas avec trop de terres en jachère et viennent à manquer de vivres.

La clé de leur puissance ? La vertu civique. La force de défendre leurs valeurs, incarnée par les druides, vêtus de blanc, outillés d’une serpe d’or, professant l’immortalité de l’âme, rappelant chacun à sa responsabilité et exigeant des sanctions, souvent cruelles, contre ceux qui violent les valeurs de la tribu. À l’image du petit village d’Astérix, qui contient plus de sagesse que toutes les logorrhées des fossoyeurs de notre histoire, ils protègent leur mode de vie et leur message de liberté, en coqs, becs et griffes. Hélas, notre nation, qui ne sait plus d’où elle vient, ne sait pas non plus où elle va et elle ignore aujourd’hui qu’« il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté dans le monde », comme le disait encore Charles de Gaulle.

Réseaux sociaux

With friends like these

new-york-statue-liberte-face-bigWall Street Journal (Europe)
June 21, 2006

 With Friends Like These

By Yves Roucaute

The old Continent is wilting in the global war against terror, just as it did when faced off against fascism and then communism. When at today’s summit with U.S. President George W. Bush the European Union will once again take its ally to task over Guantanamo, it will expose its own, not America’s, most serious moral crisis of the post-Cold War era. A philosopher — a French one no less — can try to set the facts straight and offer some Cartesian good sense.

Faced with dark forces that want to destroy our civilization, we might recall that the U.S. is not only Europe’s ally but the flagship of all free nations. If America can sometimes make errors, the sort of anti-Americanism that drives the hysteria over Guantanamo is always in the wrong. Guantanamo, though, is not an error. It is a necessity.

Demagogues, and European parliamentarians are among the shrillest, claim that it’s inconceivable to keep prisoners locked up without trying them in courts of law. With this simple statement they annul — or, better, ignore — customary law and legal tradition as well as basic human-survival instincts. Whether they are legal or illegal fighters, those men in Guantanamo had weapons; they used them; and they will likely use them again if released before the end of the conflict. This is the meaning of their imprisonment: to prevent enemy combatants from returning to the battlefield, the only humane alternative to the summary execution of enemy prisoners practiced by less enlightened armies. Which French general would have released German prisoners in 1914, before the end of that great war, at the risk of seeing these soldiers mobilized again? Which American general would have organized the trial of 10 million German soldiers, captured during World War II, before Berlin’s unconditional surrender?

The release « without charges » of, so far, a third of Guantanamo prisoners doesn’t mean that those still imprisoned are innocent, as some claim. Similarly, the release of Waffen SS members « without charges » was no admission that they should have never been imprisoned in the first place — or that their comrades who were still locked up were victims of undue process. Only those Nazis who committed crimes against humanity or war crimes, and whose crimes could be proven in a court of law, were tried at Nuremberg.

The demagogues further complain about Guantanamo’s isolation and the secrecy around it. Isolation? When Hitler attacked Britain, was Winston Churchill wrong in sending captured German soldiers to isolated camps in Canada from which they would be released only five years later, after the end of the war? He forbade the exchange of information between the prisoners to make it impossible for them to direct networks of Nazi sympathizers and spies inside and outside the prison. This was a rather sensible measure and one that is also necessary to combat Islamist terrorists, who plan their attacks in loosely connected networks and have demonstrated their capacities to expand these networks in French and British prisons.

Secrecy? This is a common practice in warfare, designed to obtain information without letting the enemy know who has been caught or when. It lets us try to infiltrate and confuse terrorist groups. It saves thousands of lives without harming the prisoners.

As for the wild accusations of torture, the European Commission and Parliament would be well advised to investigate with caution. Terrorists have been trained to claim, in case of capture, that they’re being tortured to win sympathy from free societies. Abuses happen. Republics make mistakes. But they forever differentiate themselves from tyrannies in that violations of the rights of man tend to be punished. In abusing prisoners, a Western soldier breaks the law and undermines the moral foundations of his country. American military courts made no such mistake when meting out stiff penalties to the disgraced soldiers of Abu Ghraib.

But where is the evidence of torture in Guantanamo? The famous incriminating report of the U.N. Commission on Human Rights, whose members include communist China, Castro’s Cuba and Wahhabi Saudi Arabia among others, was based purely on the testimony of released Islamists. Not one member of the commission even visited the camp, under the pretext that they couldn’t question prisoners in private.

What about the docu-fiction « The Road to Guantanamo, » winner of the Silver Bear at the 2006 Berlin Film Festival, which told the story of the three « innocents » kept « for no reason » in Guantanamo? Consider the tale told in this film. Leaving the U.K., supposedly for a wedding in Karachi, three British lads of Pakistani descent somehow ended up 1,200 kilometers away in Kandahar, an al Qaeda command center in Afghanistan, allegedly in order to hand out « humanitarian aid. » Our unlucky strollers then arrived with Taliban reinforcements in Kabul before going for a walk with them to the Pakistani border, where they were arrested « by accident. » We are asked to believe, on top of this unbelievable story, their accusations of torture that mysteriously left no marks.

The three Guantanamo suicides earlier this month were treated as the much sought-after evidence that will bring about the closure of the camp. Did we have to release Nazi leaders after the suicide of Göring? Did we have to close German prisons after the suicides of Rudolf Hess or the Baader-Meinhof group? Should French prisons be closed because 115 prisoners took their lives in 2004 alone? Well, some of them actually should. Many French prisons and detention centers for asylum seekers are truly horrific. But they are of little concern to the anti-American demagogues.

Instead of joining Kant’s « Alliance of Republics, » which is the key to victory against Islamic terrorism, these politicians lead the EU into the traps set by the terrorists. While soldiers from free republics are fighting together as brothers for the freedom of Afghanistan, in Brussels and Strasbourg demagogues sow division and battle the « American enemy. » From Swiss parliamentarian Dick Marty, who reported on the « CIA flights » for the Council of Europe, to Martin Schulz, the president of the Socialist group at the European Parliament, the alliance among free countries is rejected and relations with the CIA described as « complicities. » Even though the accusers confess they have « no evidence at all, » they insist the « secret prisons » where terrorists are kept without trial are real. They embellish the story with more than 1,000 flights — « torture charter flights » — supposedly arranged by the CIA.

The real strength of republics must be measured by the courage to fight for them. On this side of the Atlantic, this strength, once again, is lacking.

 

Réseaux sociaux

Eloge du mode de vie à la française

 

Elogedumodedevie

Eloge du mode de vie à la française

The French Way of Life

 comprendre le mode de vie à la française, 10 €, cliquer ici

 Eloge du mode de vie à la française est un régal. Du lever au coucher nous suivons le Français. Et bonjour vie à la française qui entraîne l’humanité vers sa quotidienneté sucrée, son art de bien vivre, sa fantaisie, ses valeurs universelles d’origine judéo-chrétienne, sa générosité sociale ! Secrets du croissant croustillant qui plonge vers la guerre contre les Turcs, et de la tartine beurrée qui rappelle la Gaule, cérémonie de l’apéro et grognements fraternels du saucisson, jambon beurre et restaurants du bon accueil, tous sous le signe du partage christique du pain et du vin…. La France aime son identité forgée au cours des siècles, et elle a raison dit le philosophe.

Inventions des arts de la table, de la mode, du parfum, de l’art d’aimer, né de l’amour courtois et galant, avec la femme digne et libre… Non, il n’y a pas de crise d’identité, seulement un oubli de ses apports à l’humanité et une défaite morale dit le philosophe.

« Petite et foutue » la France ? Allons donc ! Avec Yves Roucaute nous voyageons jusqu’en Polynésie, jusqu’en terre d’Adélie, jusqu’en Guyane. Le soleil ne se couche jamais sur cette nation présente sur tous les continents et tous les océans. Et nous revivons cette incroyable histoire glorieuse d’une nation bi-millénaire, depuis les Gaulois et Clovis, avec l’invention de la première nation civique du monde, ouverte aux persécutés, ferme sur l’assimilation, qui offre au monde les Droits de l’Homme et les french doctors.

Non, il n’y a pas de crise d’identité, seulement un oubli de ses apports à l’humanité et une défaite morale. Et nous redécouvrons une grande puissance tournée vers l’avenir, seconde zone économique du monde, troisième puissance militaire, cinquième puissance économique, première pour la défense des artistes, phare mondial moral qui exige devoirs humanitaires, développement durable et paix d’humanité.

Ce livre drôle, parfois émouvant, joyeusement profond, célèbre Marianne et son coq, de Gaulle et les soldats de la liberté, ce modèle qui place l’humain au centre et salue la joie de vivre, secret de la potion magique française.

Jean de Jalcreste

Eloge du mode de vie à la française, the french way of life, éditions Contemporary Bookstore, 10 euros.

Contemporary Bookstore

Contemporary Bookstore

 

Réseaux sociaux

La Puissance de la Liberté

Lapuissance de la liberté

new-york-statue-liberte-face-bigPlus que l’histoire des Etats-Unis, mieux que l’histoire de la liberté, le retour du sens de l’Histoire.

La Puissance de la Liberté, le livre qui a bouleversé les amis de la liberté, pour 10 euros cliquer ici

« Quand l’intellectuel le plus titré de France, le philosophe Yves Roucaute, deux agrégations, deux doctorats, décide de nous raconter l’histoire de la liberté et celle des Etats-Unis, en se met à rêver. Les États-Unis d’Amérique sont à l’aube de leur puissance, comment ne pas s’en réjouir ? écrit-il. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la liberté a trouvé une démocratie en mesure d’imposer l’organisation du monde. Faudrait-il la haïr avec les nouveaux barbares ? La combattre avec les altermondialistes ? Limiter son action avec certains princes archaïques ? L’appeler à baisser sa garde avec les pacifistes ?

Le philosophe Yves Roucaute ne nous raconte pas seulement l’histoire incroyable de la naissance et du développement des Etats-Unis : il en donne le sens.  Il montre que liberté et moralité se conjuguent avec la prospérité. Il traque la désinformation anti-américaine, de la prétendue extermination des Indiens à la « chasse aux sorcières » en passant par la question de l’esclavage. Il démontre que le Mal existe, que le conflit des civilisations est une billevesée, que les États-Unis ne sont pas un empire, que la mondialisation est à l’avantage des plus humbles, que la haine d’Israël n’est pas anodine. Epoustouflant.

Un livre sans concessions qui détruit l’idolâtrie de l’État et ruine les idéologies. Qui rappelle que le désir d’utopie et de création d’un Ordre Nouveau pour un Homme Nouveau sont toujours l’annonce de la Terreur. Qui nous convie à ne jamais oublier le « Vieil Homme », qui doit, telle la Statue de la Liberté, se tenir au seuil de nos portes : la torche céleste pour éclairer les coeurs, les Déclarations des droits individuels pour écarter l’horreur. Une ode à la souveraineté des individus contre la souveraineté des États, au courage de la morale armée contre la lâcheté, à la puissance de la liberté contre les routes de la servitude. »

Jean de Jalcreste.

La Puissance de la Liberté, Contemporary Bookstore, 10 euros, cliquer ici

Réseaux sociaux

Discours sur les civilisations proposé à Claude Guéant

IMG_0780La bataille de France est celle de nos valeurs.

Discours Y. ROUCAUTE pour Cl. GUÉANT, intervention du 5/02/2012, U.N.I.

Madame et messieurs les ministres (….),

Merci de me donner l’occasion de m’exprimer ici sur ce qui me tient le plus à cœur, la France, ses valeurs et sa civilisation.

Car l’enjeu de cette élection présidentielle aujourd’hui ce n’est pas un homme, ce n’est pas un parti,  c’est la France elle-même.

Oui, au milieu de cette tempête sans précédent, nous sommes engagés, chers amis, chers compagnons, dans une nouvelle bataille de France. Et, comme hier derrière le général de Gaulle, aujourd’hui derrière Nicolas Sarkozy, nous la gagnerons.

Vous me recevez parmi vous dans une salle qui porte le nom prestigieux de Victor Hugo et j’y vois un symbole.

Victor Hugo, c’était le courage de défendre les idées universelles de l’humanisme chrétien, contre le laxisme et le relativisme.

Victor Hugo, c’était le choix de la justice sociale au lieu de la démagogie qui entraîne les nations à la ruine.

Victor Hugo, c’était la défense de la patrie contre son affaissement

Victor Hugo, c’était le choix de la république une et indivisible.

Et ce choix, ce courage, cette lucidité, cet amour de la patrie, chers amis, je sais que vous les portez en vous.

Et je sais aussi que ce n’est pas toujours facile dans les facultés, les écoles, les instituts, les centres de recherche  d’affronter les idéologies archaïques venues de la gauche socialiste et de ses alliés d’extrême-gauche.

Oui, il faut bien du courage et beaucoup de lucidité pour afficher bien haut nos couleurs et garder le cap pour notre pays.

Car c’est bien CE dont je veux vous parler: de la France et de son avenir.

Je veux vous parler de son socle éthique et des menaces qui pèsent sur lui.

Pour vous livrer le fond de ma pensée, je trouve que dans notre pays il n’est pas suffisamment question de la France, de ce qui a fait et fait encore sa grandeur.

Voyez nos voisins ! Les Britanniques, les Allemands, ils n’ont pas les mêmes pudeurs. Et je ne parle même pas des Américains qui adorent planter leur drapeau dans leur jardin…

Partout dans le monde, les nations parlent de leur passé, de leur culture, de l’avenir de leur mode de vie.

En France, une idéologie sournoise, venue de gauche, tente de nous culpabiliser sur notre histoire de 1500 ans, elle tente de nous culpabiliser quand nous défendons notre socle éthique et nos manières de vivre, elle tente de nous culpabiliser quand nous préparons les mesures pour que la France ait l’avenir qui convient à sa grandeur.

Devrions-nous avoir honte d’une histoire qui remonte à Clovis ?

Devrions-nous avoir honte d’avoir offert à la planète la première nation civique du monde, une nation fondée ni sur la race, ni sur le sang mais sur l’assimilation des valeurs communes ?

Car nous sommes une grande nation, présente sur les cinq océans,  dont la force tient à notre socle éthique, à nos valeurs universelles.

Et notre camp est précisément celui de la défense de ces valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Devrions-nous avoir honte de la république qui tient le glaive avec le flambeau de la Liberté ?

Car « Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté dans le monde » disait le général de Gaulle. Et c’est vrai.

Devrions-nous avoir honte de la république qui tient la balance avec l’Égalité, avec l’égalité des droits, l’égalité des chances, l’égal accès au savoir.

Devrions-nous avoir honte de la République qui étreint ses enfants dans la Fraternité : avec ses valeurs de« solidarité », de « civisme », de « patriotisme », de « justice sociale » et cette valeur de « laïcité », qui permet de « rendre à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu ».

Oui, nous sommes le peuple de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Et loin d’avoir honte de notre passé, nous n’oublions pas que notre nation a ensemencé la planète de ces valeurs universelles.

Jusqu’à défendre l’indépendance des États-Unis, auxquels nous avons offert la statue de la liberté, notre symbole à nous.

Jusqu’à donner au monde, non pas une Déclaration d’Indépendance, à la manière des Nord-Américains qui pensaient d’abord à eux, mais une Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, adressée à tous les peuples de l’univers.

Et le Président Nicolas Sarkozy, rompant avec le cynisme de François Mitterrand,  a inscrit la France dans cette tradition en allant défendre la liberté partout dans le monde, jusqu’en Côte d’Ivoire, jusqu’en Lybie,

Quelle différence avec François Hollande qui a hésité sur tous les engagements, qui a tergiversé et tremblé, comme on l’a encore vu quand nos valeureux soldats de la liberté sont tombés en Afghanistan !

Oui, la France a besoin d’un capitaine qui tienne fermement le gouvernail dans les tempêtes et ne change pas de cap à la moindre brise.

Nous ne voulons pas d’un capitaine qui prend dans son équipage des Eva Joly, qui exigent la disparition de la Marseillaise, qui piétinent les fêtes du 14 juillet, qui nient notre héritage spirituel, qui dénigrent notre histoire et veulent affaiblir moralement notre pays.

Avec Nicolas Sarkozy, nous voulons toujours conserver ce fil bleu blanc rouge qui lie Vercingétorix par Jeanne d’Arc et Charles Martel, aux sans culottes, à Clémenceau et aux résistants français.

Mais, nos valeurs fondatrices ne seraient rien sans la responsabilité qui permet de les réaliser.

La liberté guide nos pas, mais nous ne pouvons accepter l’irresponsabilité, nous ne sommes pas un peuple faible, nous ne sommes pas une nation sans colonne vertébrale.

Si, parce que nous aimons la liberté, nous aimons aussi la tolérance, celle-ci connaît une limite : l’intolérance pour les mœurs, les coutumes et les cultes qui violent la dignité humaine.

Cela s’appelle la responsabilité.

La maison de France n’est pas une maison de tolérance.

La nation française n’est pas un agrégat d’individus, d’ethnies, de sectes.

Elle n’est pas un assemblage de groupes et de communautés, sans identité ni destin commun.

La maison de France n’est pas un self-service où chacun pourrait se servir  à sa convenance.

C’est pourquoi, alors que les socialistes et leurs alliés d’extrême-gauche développent une idéologie de l’excuse pour les délits et les crimes, nous défendons les victimes et punissons les coupables.

C’est pourquoi, alors que les socialistes distillent chaque jour le venin du prétendu « droit à la différence, nous combattons fermement le communautarisme.

C’est pourquoi, alors que les socialistes et leurs amis prônent le laxisme en matière d’immigration et veulent même donner le droit de vote aux étrangers, nous le refusons fermement et définitivement.

Contre eux, nous rappelons que si notre nation civique, une et indivisible est généreuse, elle ne peut survivre dans le laxisme.

Pas de liberté sans sécurité pour son exercice.

Pas d’égalité des droits sans égalité des devoirs.

Pas de fraternité sans obligations envers la république.

De là découlent des choix politiques clairs.

Les choix de la responsabilité.

Oui, nous sommes le camp de la sécurité.

Sans ordre républicain, la liberté est celle du renard dans le poulailler.

La liberté se confondrait avec le règne du plus fort.

Et, finalement, si nous laissons faire la force brutale, les gens honnêtes ne parviendraient plus à exercer leur liberté. Ils ne pourraient plus rechercher leur chemin du bonheur.

C’est pourquoi, nous affirmons que la défense de la liberté commence toujours nécessairement par la protection de la personne, ce fameux droit à la sécurité, parfois décrié par des démagogues inconscients.

Et c’est parce que l’on est libre de ses actes que celui qui attaque la sécurité d’une personne doit rendre des comptes.

Quand on viole les lois de la République, quand on s’affranchit des règles les plus élémentaires de la vie en société, quand on empêche le libre jeu de la liberté chez les autres, on doit en assumer toutes les conséquences.

Nous avons une conception opposée à cette idéologie socialiste qui attribue tout crime et tout délit à la lutte des classes ou à la responsabilité d’une société dirigée par des dominants.

Cette conception socialiste conduit  toujours à laisser se développer une insécurité générale.

Chers amis, avec le Président Nicolas Sarkozy, nous l’avons refusée.

Nous  avons renversé le mouvement.

Grâce à nous la république est de retour sur tout le territoire.

Sous le gouvernement Jospin, la délinquance générale avait augmenté de 17,76%. Depuis 2003, elle a spectaculairement baissé de 16,47%.

Et cela, alors que dans le même laps de temps, la population française s’est accrue, depuis 2002, de 3,2 millions de personnes.

500.000 victimes de moins, aujourd’hui,  qu’en 2002, ce n’est pas rien.

Et ce n’est qu’un début, le combat continuera  pour cette œuvre républicaine.

Car tel est bien le sens de l’action voulue par le Président, et tel est bien le sens de mon engagement pour l’avenir : que force reste à la loi, que la république protège ses enfants, que la France préserve ses valeurs.

Les socialistes ne sont pas simplement fautifs d’avoir laissé exploser les chiffres de la délinquance pendant qu’ils étaient au pouvoir.

Ils sont surtout responsables d’avoir fait prospérer la culture de l’excuse violant ainsi notre pacte républicain.

Ils sont responsables et coupables de laxisme.

Un laxisme qui a conduit à laisser faire laisser passer les incivilités, sous prétexte que ce n’était pas grave. Les sociologues socialistes appellent même cela des « micro-agressions ?

Nous appelons cela le viol du socle de nos valeurs civiques communes et le début d’une dynamique qui conduit au pire.

Nous disons que c’est inacceptable et que c’est là un grand chantier que nous avons commencé et que nous poursuivrons dans les cinq années à venir.

Car ne serait-ce pas grave de siffler une femme dans la rue, de ne pas laisser sa place à une personne âgée, de menacer des passants, de bousculer dans les transports en commun, de huer notre hymne, de piétiner notre drapeau ?

Ce laxisme socialiste a conduit à culpabiliser les détenteurs de l’autorité, de l’instituteur au policier, en passant par les juges sous prétexte que la délinquance serait due à une exclusion organisée par la société.

Et, à force de chercher des excuses aux actes les plus condamnables, ils ont laissé se développer une dynamique de destruction du socle de nos valeurs civiques, de la galanterie au bien vivre ensemble, et ils ont produit une idéologie relativiste qui a attaqué nos valeurs universelles.

Avec ce relativisme, des générations de gens fragiles, qui avaient mal assimilés nos valeurs, furent incapables de distinguer le Bien du Mal.

Et quand il n’y a plus d’interdiction, quand les repères disparaissent, quand la responsabilité personnelle disparaît, la République se meurt.

On voit même d’anciens ministres socialistes  prôner la dépénalisation du cannabis !

Dans quelle société veulent-ils faire grandir nos enfants ?

Dans une société où l’on ne signale même plus que la drogue est un danger pour la santé physique aussi bien que pour la santé mentale ?

Faut-il cacher que le cannabis est responsable de certains processus qui conduisent parfois à une paranoïa irréversible, chez un nombre heureusement restreint mais réel de personnes ? Faut-il ignorer qu’il produit toujours à un état de déconcentration, de perte de mémoire, de perte de maîtrise de soi ?

Faut-il cacher que les réseaux de la drogue et du crime sont les mêmes et qu’acheter du cannabis c’est alimenter la traite des êtres humains, les trafics d’organes, la prostitution ?

Au lieu de responsabiliser la jeunesse, les socialistes ont même développé, par souci politicien, une tactique de dénigrement systématique du Président, d’attaques outrancières, personnelles.

Rappelez-vous les odieuses campagnes socialistes qui nous donnaient même des leçons de morale pendant que leur candidat, Dominique Strauss-Kahn, un vrai candidat bling bling celui-là, batifolait dans les hôtels après avoir célébré au champagne sa vie dans les milieux de la finance ! Cela ne les gênait pas à l’époque la finance !

Mais si on peut même insulter un Président, comment pourrait-on respecter un policier, un instituteur, ses parents ?

Eh bien nous, nous disons non !

Nous, nous croyons à la responsabilité individuelle.

Ce n’est pas toujours la faute des autres, de la malchance, voire de la société qui serait seule coupable.

Nous appelons « coupable », le coupable et « victime », la victime.

Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas être capables de repérer des circonstances atténuantes, mais la générosité commence par aider et secourir les victimes et par punir les coupables.

La détermination du Gouvernement à lutter contre les voyous est et restera sans faille dans les cinq ans à venir.

Nous avons créé les peines planchers pour que les récidivistes d’infractions graves ne puissent pas s’en tirer avec des peines ridicules…

Nous avons multiplié les moyens de la Police scientifique, comme le fichier des empreintes génétiques, pour que les auteurs de crimes et de délits puissent être identifiés et déférés à la Justice.

Nous avons créé un régime de sûreté pour les grands prédateurs sexuels qui régulièrement plongent la France dans l’horreur et le cauchemar afin qu’ils ne retrouvent pas la liberté de leurs mouvements même lorsqu’ils ont effectué leur peine.

A chaque fois les socialistes ont été contre.

Aujourd’hui, ils ne trouvent rien de mieux que de nous promettre de revenir à la police de proximité, qui s’est traduite par une augmentation de 17% de la délinquance, quand ils l’ont mise en œuvre. Ils promettent même  de créer des emplois de policiers. Croient-ils que nos amis policiers ont  oublié qu’avec les 35 heures, les socialistes ont détruit davantage d’emplois qu’ils n’en promettent ? Croient-ils que nos policiers soient dupes et ne se sachent pas visés dans leur fonction de protection par les accusations socialistes de politique sécuritaire?

La police des patrouilleurs qui se met en place ce week-end c’est tout le contraire de la police de proximité, car c’est une police qui assume ses fonctions, et notamment sa fonction de répression qui n’est rien d’autre que la volonté d’interpeller les délinquants pour les mettre à la disposition de la Justice.

Une fonction qui consiste à protéger d’abord les plus faibles, la veuve et l’orphelin, car ce sont les plus faibles qui sont les premières victimes des bandes et des délinquants.

Car, chers amis, nous avons d’abord le souci de protéger les faibles.

Oui, car c’est nous qui sommes le camp de la justice sociale.

La solidarité et la justice sociale sont de belles idées que les socialistes et leurs alliés d’extrême-gauche ont dévoyées..

Nous leur avons redonné un sens, au nom de la fraternité.

D’un côté, nous refusons de laisser Gavroche tomber dans le ruisseau, d’un autre côté nous refusons  de lui faire croire qu’il s’en tirera avec les idéologies égalitaristes et démagogiques des socialistes.

Car rien n’est pire que de vendre des paradis qui se révèleront des cauchemars sociaux.

La justice sociale ne peut passer par la ruine du pays dont les plus faibles et les classes moyennes paieraient le prix.

Vous qui êtes les cadres de la France de demain, vous savez  combien est suicidaire les « y’a qu’à » socialistes, les «y’à qu’à   faire la chasse aux riches », le « toujours plus d’impôts », le « toujours plus d’Etat », et, finalement, le « toujours plus de dettes ».

Vous savez combien le programme du candidat Hollande, sous prétexte de mener la guerre à la finance va nous asservir demain à elle, parce que la France n’aura pas fait les réformes exigées par ses dettes, par la crise, par la concurrence internationale.

Comment croire sérieusement que François Hollande va pouvoir convoquer Angela Merkel et les chefs de gouvernements et d’Etat européens pour poser ses exigences ? Comment l’écouter, sans rire, quand il prétend qu’il va convoquer les Etats-Unis, la Russie et la Chine pour renégocier les accords internationaux et s’attaquer à la finance ? Même le coq le plus présomptueux doit finir par comprendre que ce n’est pas son chant qui fait se lever le soleil.

Notre conception de la justice sociale suit des chemins plus justes et plus lucides.

La solidarité, part d’une analyse concrète de situation concrète. Elle ne part pas de nos rêves.

Certes, nous aurions voulu faire plus et mieux.

Certes nous avons fait des erreurs.

Certes nous avons subi une crise d’une ampleur inégalée

Mais malgré la crise qui a empêché ou limité certains de nos projets, nul ne peut nous reprocher de n’avoir pas tenu le cap, de n’avoir pas commencé à mettre la France à l’heure des nouvelles technologies, de la nouvelle économie, de l’internationalisation des échanges,

Nul ne peut nous reprocher un manque de courage et de n’avoir pas engagé des réformes profondes et nécessaires pour que notre nation reste une grande nation.

François Hollande et ses alliés rouges-verts et rouge-rouge, qui se sont opposés à toute réforme, nous promettent de tout casser, de tout annuler.

Ces passéistes, ces réactionnaires, n’admettent même pas la justesse de la réforme des Universités et, encore moins celle des retraites.

Après avoir manipulé les jeunes durant les manifestations, leur faisant miroiter que leur retraite serait à 60 ans alors que leur espérance de vie sera de près de 100 ans, Ils veulent même revenir sur cette réforme des retraites.

De même, au lieu de continuer à dégraisser l’Etat, ils veulent le grossir encore.

Et ils veulent à nouveau créer des emplois artificiels pour les jeunes.

Ils n’ont rien compris, rien appris.

Ils en sont encore au XIXème siècle quand il faudrait qu’il se tournent vers le IIIème millénaire, comme le font d’ailleurs les autres partis socialistes d’Europe.

La justice sociale, c’est tout le contraire de l’irresponsabilité et de la course à la dette et à la ruine de notre pays.

C’est le contraire de l’assistanat généralisé et de la mise sous tutelle des individus.

La vraie justice sociale, celle que nous défendons  avec le Président de la République, repose sur une idée juste de la solidarité.

La justice exige de tendre la main à ceux qui sont dans le besoin.

Elle exige d’aider les personnes qui traversent une mauvaise passe pour leur remettre le pied à l’étrier.

La justice sociale est un effort des citoyens fait au nom de la fraternité, vers ceux qui souffrent.

Comment ces citoyens qui donnent pourraient-ils ne pas demander de contrepartie ?

La justice sociale vise à établir l’égalité des droits sociaux

Mais comment la république qui protège pourrait-elle ne pas exiger des devoirs ?

La justice sociale vise finalement à rétablir les conditions d’exercice de la liberté.

Comment pourrions-nous arriver à démettre les individus de leur responsabilité ?

La gauche nous dit que nous tenons un discours trop sévère quand nous exigeons des demandeurs d’emploi qu’ils ne refusent pas plus de trois offres de travail correspondant à leur niveau de formation pour pouvoir continuer à percevoir leurs indemnités.

Je réponds que c’est sévère mais juste.

C’est une marque de respect envers ces hommes et ces femmes qui cherchent un emploi.

Mais c’est aussi une marque de respect pour ceux qui se lèvent tôt qui travaillent dur, qui paient des cotisations et qui ressentent comme une véritable injustice que nous ne demandions pas avec suffisamment d’insistance à ceux que nous aidons de tout faire pour s’en sortir.

Nous vivons au sein de la même communauté. Nous devons tous faire, non pas les mêmes efforts, mais des efforts équivalents. Nous devons tous, chacun à notre niveau, prendre à notre compte une part du fardeau.

C’est cela aussi, liée à la justice sociale, la belle valeur de l’équité.

La solidarité ne peut être acceptée par tous, que si on ne demande pas toujours plus à ceux qui la supportent et toujours moins à ceux qui en bénéficient.

Ce n’est stigmatiser personne que de dire cela.

C’est du simple bon sens.

Avec cette conception, nous défendons les valeurs d’une république qui récompense l’œuvre de la liberté  par le travail, l’effort et le mérite.

Trois valeurs de la France.

Là où les socialistes veulent une société d’égalité, nous, nous voulons une société d’égalité des chances, c’est-à-dire donner leur chance à tous, mettre tout le monde en état de réussir.

Là où le socialistes prônent l’assistanat nous donnons les clefs de l’épanouissement et de la créativité personnelle.

Grâce à cette fermeté sur nos valeurs, notre gouvernement  a plus fait, depuis 2007, en matière de justice sociale que tous les gouvernements socialistes de la cinquième république.

Oui, notre bilan est bon.

Car la justice, c’est l’exonération de charges sociales sur les heures supplémentaires. C’est ainsi d’avoir permis à près de 5,5 millions de salariés de travailler plus pour gagner plus. Deux heures de plus par semaine pour un travailleur payé au SMIC c’est un treizième mois !

Et les socialistes veulent supprimer  cela !

La justice, c’est, pendant la crise, d’avoir réduit des 2/3 l’impôt sur le revenu des 6 millions de contribuables les plus modestes.

Et les socialistes augmenteront les impôts.

La justice, c’est d’avoir revalorisé les allocations familiales en fonction de l’inflation, et donc d’avoir permis aux familles de conserver leur pouvoir d’achat.

Et au lieu de poursuivre cette politique de soutien à la famille, qui est l’une des forces de la France dans le monde des pays développés touchés par une baisse démographique, les socialistes veulent la détruire !

Ils prétendent punir les naissances dans les familles des classes supérieures et moyennes et favoriser les familles modestes en supprimant l’avantage des parts familiales dans l’imposition.

Pour nous, la France n’a pas besoin de démagogie mais d’un soutien ferme à sa politique démographique.

Elle a besoin de tous ses enfants, quelle que soit leur origine sociale. Car un enfant est un enfant. Et on ne développera pas la démographie en freinant celle des classes moyennes et supérieures.

C’est sans doute cette incapacité à penser la famille qui explique leur incapacité à la défendre.

La famille est l’endroit où se fabrique la vie, et c’est bien elle que nous voulons protéger. Elle participe de l’équilibre naturel psychologique dont a besoin tout enfant pour se développer et faire ses propres choix de vie. Les divorces et les séparations le montrent : nous ne souffrons pas de trop de politique familiale et de défense de la famille, mais de pas assez.

La justice c’est encore d’avoir tenu nos engagements de revaloriser de 25% l’allocation adultes handicapés et le minimum vieillesse et cela même dans la crise.

Les socialistes qui sont dans un culte du jeunisme à tout va, n’y avaient même pas songé.

La justice c’est d’avoir instauré le service minimum dans les transports publics pour que les voyageurs ne soient plus pris en otage par une minorité.

Les socialistes sont contre.

La justice c’est d’avoir revalorisé le minimum vieillesse, les pensions de réversion pour les veuves et pour les retraités agricoles

La justice c’est d’avoir exonéré 95 % des familles des droits de succession.

La justice c’est la création des internats d’excellence qui permettent à des enfants doués mais dont l’environnement ne permet pas qu’ils puissent réussir,  d’entrer dans les plus prestigieuses de nos grandes écoles.

La justice c’est d’avoir doublé les dotations de péréquation pour les budgets des communes rurales.

La justice c’est de proposer le financement de la dépendance des personnes âgées.

La justice c’est d’avoir sauvé notre système de retraites qui était menacé de ne plus pouvoir payer les pensions.

La justice enfin, c’est de maîtriser les finances publiques pour que nous ne laissions pas à nos enfants le fardeau de payer à notre place nos dépenses.

A chaque fois, le socialistes se sont opposés à nous.

Vous le voyez, nous n’avons aucune leçon à recevoir en matière de justice sociale.

Vraiment, je vous le dis, il n’y a pas seulement de quoi être fier de notre bilan.

Oui, le parti de la justice sociale, c’est nous.

Mais nous sommes aussi le camp de la puissance de la France, celle qui exige une politique de l’immigration conforme à notre pacte républicain.

Pour les belles âmes socialistes, l’immigration, c’est le sujet tabou par excellence.

Cela parce qu’ils ont tenté de récolter des voix sur la détresse de certains clandestins en croyant nous mettre en difficulté sur cette question.

Mais aussi parce que certains ont une vision idéologique, communautariste et mondialiste de la France.

Comme c’est tabou, ils ont terrorisé intellectuellement ceux qui réclamaient une vraie politique de l’immigration et ils ont laissé s’installer les communautarismes.

La république exige plus de courage et une clarification sans appel.

Car l’immigration n’est pas la rencontre de deux individus, mais bel et bien de deux  cultures. Un étranger vient en effet toujours avec son bagage culturel. Nul ne peut lui en tenir rigueur.

La question est bien de savoir comment une nation qui reçoit doit agir, sans naïveté.

La question est bien de savoir comment elle doit recevoir, qui elle peut recevoir et jusqu’où elle peut recevoir.

Toutes les nations du monde se posent cette question.

Pour une nation comme la nôtre, fondée sur des valeurs et non sur le sang, la question des valeurs est plus importante encore.

Montesquieu disait que la vraie force des républiques est leur force morale, leur vertu, tandis que les tyrannies peuvent se satisfaire de régner par la force.

Refuser d’aborder la question des valeurs acceptables et inacceptables, des comportements acceptables ou inacceptables, c’est accepter de prendre un risque énorme. Celui de notre affaiblissement, de notre décadence, de notre perte.

Il ne s’agit donc pas de montrer des groupes humains du doigt, mais seulement d’agir dans le respect de la loi de la République, dans le sens de ses valeurs et, j’ose le dire, avec le souci de la puissance de la France.

Or, il y a des comportements, qui n’ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l’homme.

Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas.

Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient.  Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique.

En tout état de cause, nous devons protéger notre belle civilisation.

Quand un époux interdit à sa femme de sortir de la maison, ou de prendre la parole sans son autorisation, quand un autre refuse de serrer la main d’un fonctionnaire qui se trouve être une femme, au motif qu’elle est une femme, quand, comme on l’a vu un temps à Lille chez Martine Aubry,  on donne aux islamistes des horaires réservés pour aller à la piscine, quand certains réclament, comme Eva Joly, des jours fériés pour chaque religion, je dis : nous ne pouvons accepter cela.

La République exige le respect des règles et valeurs communes.

En particulier, la République exige le respect de la laïcité.

Il est à cet égard curieux de voir  le candidat socialiste, François Hollande, menacer de mettre le feu à la France en remettant en chantier une laïcité parfaitement bien acceptée et comprise.

Et quand il prétend mettre cette laïcité dans la Constitution, comment n’être pas abasourdi ?

Car elle s’y trouve déjà. L’article 1 précise, sans ambiguïté : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. »

Mais peut-être a-t-il beaucoup à se faire pardonner et quelques voix à glaner en jouant aux matamores.

Car les socialistes n’avaient rien fait contre le voile intégral des femmes, c’est nous qui l’avons totalement interdit.

Car, pour nous, la dignité des femmes et la laïcité ne sont pas négociables, même contre quelques voix.

Les socialistes avaient laissé prêcher les islamistes dans les rues de Paris, c’est nous avons qui avons interdit ces rassemblements et rendu les rues à la liberté.

Et surtout, les socialistes avaient laissé se développer une immigration sans contrôle, sans aucune exigence éthique, au lieu de vérifier que ceux qui arrivaient sur notre sol étaient disposés à accepter nos valeurs et nos lois.

Oui, François hollande et ses amis ont beaucoup à se faire pardonner pour leur laxisme..

Ils ont même inventé pour les clandestins le terme de « sans papier», comme s’ils n’en avaient pas ! Seulement voilà, ils en avaient mais c’était ceux de leur pays d’origine. Et ils étaient sur notre sol en mentant, fraudant, en travaillant au noir.

Et l’on vit même socialistes manifester au nom des prétendus droits de ces clandestins à rester, à se faire soigner gratuitement  et à trouver prioritairement un logement  quand les travailleurs français mettent des mois voire des années pour trouver des logements sociaux pour eux ou leurs enfants !

Comment voulez-vous ensuite, quand ces clandestins furent régularisés en masse par les gouvernements laxistes, que ces mêmes gens aient acquis le respect de nos lois et de nos valeurs !

Pourquoi salueraient-ils le drapeau ou chanteraient-ils la Marseillaise quand ils ont pu narguer la police et violer les lois avec le soutien d’élus socialistes ?

Pourquoi iraient-ils, à la façon de nos immigrés venus naguère d’Arménie ou d’Italie, d’Afrique noire ou d’Asie, mourir pour notre pays quand ils sont entrés par un pied de nez à la nation?

A la demande du Président de la République, nous avons changé complètement de stratégie.

Nous en sommes revenus à la tradition de la République française.

Une tradition qui exige d’abord de n’accepter sur son sol que ceux qui sont d’accord avec nos valeurs.

Une tradition qui exige ensuite de pourchasser l’immigration illégale

Une tradition qui exige enfin de limiter l’immigration légale à nos besoins et à nos possibilités d’accueil.

Ainsi, nous avons rompu avec ce temps où nous devions vivre dans la mauvaise conscience, de « la France moisie », dans la repentance d’une histoire dont pourtant nous n’avions pas à rougir.

La France devait tout tolérer, tout accepter, parce qu’elle se sentait coupable… Coupable de tout ou presque : du sous-développement, de la faim dans le monde, de la pauvreté dans le Sud.

Nous n’avions plus le droit de nous montrer un tant soit peu fiers de notre passé, de notre histoire glorieuse, de notre civilisation humaniste.

C’est à cette époque que l’on s’est mis à rejeter la politique et le mot « d’assimilation ». On le jugeait trop dur. On s’est mis à parler de « droit à la différence ».

Ainsi, est-on arrivé à un paradoxe aberrant : alors que la République avait exigé des premières vagues d’immigrants venues d’Italie, de Pologne, d’Espagne ou du Portugal, l’assimilation pure et simple, nous avons baissé la garde.

Nous n’avons pas eu les mêmes exigences avec de nouveaux venus dont la culture et les modes vie étaient parfois très différents des nôtres. Des modes de vie où les notions les plus élémentaires, comme le respect du travail et du savoir, étaient mal connues. Ou des comportements pour nous évidents, comme la galanterie ou le respect des maîtres étaient inconnus.

Oui, subissant le laxisme, nous avons oublié qu’il n’y a qu’une seule règle possible pour qu’une nation civique reste forte : l’assimilation.

L’assimilation, j’insiste.

Je dis qu’un étranger qui est admis à vivre en France doit s’intégrer vraiment, c’est-à-dire admettre nos valeurs universelles, appliquer nos lois, s’adapter à notre règle de vie, respecter nos règles de civilité et parler le Français.

Et je dis que lorsqu’il souhaite s’établir durablement dans notre pays, surtout s’il ambitionne d’acquérir la nationalité française, il doit non seulement s’intégrer mais véritablement s’assimiler.

S’assimiler, c’est-à-dire non seulement admettre nos valeurs mais les épouser, sans réserve,  et épouser entièrement notre communauté de destin au point de se battre pour elle, s’il le faut.

Cette cohésion n’est pas la négation de l’histoire de chacun.

Elle ne remet pas en cause l’attachement que l’on peut avoir au pays de ses parents ou de ses ancêtres.

Elle est respectueuse des choix religieux, à condition que ceux-ci ne violent pas la dignité humaine.

Voilà pourquoi je n’ai pas hésité à renvoyer chez eux ceux qui prêchent la guerre sainte contre notre civilisation humaniste à partir des prisons ou des quartiers.

C’est dans le même esprit que j’ai annoncé la diminution de l’immigration légale dans notre pays.

Là encore, c’est du simple bon sens.

On ne peut pas continuer à faire entrer en France, chaque année, l’équivalent d’une ville comme Rennes (200 000 hab), et s’étonner de ce que tous ces nouveaux venus aient du mal à s’intégrer !

Les deux choses sont liées. Il faut que nous ayons la capacité d’intégrer les nouveaux arrivés.

C’est la condition de la préservation de rapports apaisés au sein de la communauté nationale et, plus largement, la condition de la préservation d’une bonne cohésion sociale.

Voilà pourquoi nous exigerons, à partir du 1er juillet que tout candidat à la naturalisation passe des tests pour vérifier qu’il connaît notre langue au lieu de se croire autoriser à parler une autre langue sur les marchés ou dans les écoles.

Pour vérifier qu’il connaît notre histoire et notre géographie au lieu de s’intéresser seulement aux droits qu’il pourrait obtenir.

Car, chers amis, je le dis avec force : pour nous, les frontières existent encore, les nations ne sont pas appelées à disparaître et si un invité est toujours un hôte de marque, il ne lui appartient pourtant pas de décider du menu.

Certes, je sais que ce que je dis n’est pas toujours facile à défendre.

Mais je sais, chers amis, que vous ne vous laissez pas intimider.

Rappelez-vous que ceux qui nous stigmatisent n’ont aucune leçon à nous donner.

Les socialistes vous traitent de « sécuritaires », voire de « fasciste »

Rappelez-vous que le fascisme est né dans le parti socialiste italien avec Benito Mussolini, le numéro 2 de ce parti et leur dirigeant le plus populaire

Rappelez-vous que nazisme signifie national-socialisme, que son drapeau était un drapeau rouge, et qu’il est né à l’extrême-gauche, avec Adolf Hitler, choisi même par les socialiste pour être ministre de l’information du gouvernement de Bavière pendant l’insurrection spartakiste. Adolf Hitler qui fit un pacte avec Staline, car qui se ressemble s’assemble.

Rappelez-vous qu’en France même le parti nazi fut créé par Jacques Doriot, le député communiste de Saint Denis et que le parti fasciste a été créé par Jacques Déat, député socialiste.

Oui, ne vous laissez pas faire quand vous êtes accusés de faire le jeu du populisme et des extrêmes par ceux qui s’acoquinent sans état d’âme avec l’extrême-gauche liberticide et qui, il y a un peu moins de 25 ans, ont fait rentrer 35 députés frontistes à l’Assemblée nationale !

Rappelez-vous que nous sommes les enfants du républicain Charles de Gaulle, qui résista aux sirènes extrémistes et tint toujours le cap de nos valeurs dans les pires tempêtes.

Ne vous laissez pas impressionner par les cris d’orfraie des socialistes alors que Barak Obama lui-même refuse de recevoir François Hollande dont il ne lui a pas été difficile de comprendre que ses propositions conduisent la France et l’Europe à la faillite tandis que ses alliances immorales le rendent otage de l’extrême-gauche.

Et puisque j’ai parlé allusivement du Front national, rappelez aux étudiants et à la jeunesse qu’il faut se méfier de tous les tours de prestidigitation. De ceux qui promettent aux Français monts et merveilles avec des idées simplistes.

Non, sortir de l’Europe ou de l’euro ne mènera nulle part, si ce n’est à la ruine de la France et à l’explosion du chômage !

Le vrai combat, responsable et fructueux est celui de la poursuite de la réforme des institutions européennes pour aboutir à une bonne gouvernance, respectueuse des nations.

Voyez ce que nous avons fait pour Schengen. Grâce à notre insistance, la libre circulation ne permettra plus demain l’arrivée incontrôlée d’une foule de clandestins.

Il ne faut pas détruire le système, et vivre au milieu des ruines, mais prendre son courage à deux mains et le réformer en profondeur, de l’intérieur.

Dîtes à la jeunesse de regarder les effets en Grèce et en Espagne des politiques démagogiques. Est-ce cela qu’ils veulent ? Le chaos et l’injustice sociale ?

Oui, chers amis, chers compagnons, vous êtes au premier rang de la bataille des idées, merci d’être là, merci de votre fidélité, merci d’aimer encore notre patrie.

Et c’est parce que je vois votre détermination, parce que je ressens votre enthousiasme, parce que je vois votre attachement à nos valeurs éternelles, que je vous le dis : nous allons gagner la bataille de France et nous fêterons ensemble  la victoire de notre Président, de Nicolas Sarkozy !

Yves ROUCAUTE

Réseaux sociaux