Tag Archives: Claude Guéant

Entretien avec le philosophe Yves Roucaute sur l’inégale valeur des civilisations

Entretien sur l’inégale valeur des civilisations

 

Roucaute chez les inuits Photo d’Yves Roucaute chez les Inuits, été  2011

Entretien avec Marc Cohen, pour Causeur, 16/10/2013 : Comment avez-vous pris connaissance de « l’affaire » ? 

De façon assez drôle. Ce mardi 7 février, j’avais exceptionnellement quitté mon bureau de la    place Beauvau, au cabinet de Claude Guéant, assez tôt, en fin d’après midi. J’avais pris ma voiture plutôt que celle du cabinet pour aller à une réunion discrète, je n’ai pas dit secrète (sourire). Les téléphones étaient éteints. Quand je suis sorti, j’ai constaté qu’il y avait eu beaucoup d’appels en absence et immédiatement le téléphone a sonné. J’ai répondu. Il s’agissait d’un journaliste que je connais et qui me dit tout de go  « Salut Yves, tu pourrais répondre au téléphone quand tu mets le b. dans le pays et me prévenir en premier. » J’ai cru à une plaisanterie sur le livre, Eloge du mode de vie à la française, que je venais d’écrire et de lui envoyer, dédicacé à la mémoire des Arméniens morts pour la France. Je lui ai donc répondu « Je vois que tu es encore la victime consentante du lobby anti croissant et anti arménien du Monde (…) ».  Il rit et comprit que je n’étais pas informé de ce qui s’était produit l’après midi à propos du discours que j’avais écrit, prononcé par Claude Guéant le 4 février devant le syndicat étudiant l’U.N.I. Il me raconta l‘accusation ubuesque de nazisme par un cancre, nommé Serge Letchimy, et le départ non moins ubuesque des députés de l’UMP de l’Assemblée nationale.

Comment savait-il que vous étiez l’auteur du discours ?

A vrai dire, il n’était pas le seul à le savoir. Je ne sais d’ailleurs pas si c’est « Le Monde », « Le Figaro » ou l’AFP qui a donné cette info le premier. J’ai même été contacté par la chaine du Sénat. C’était un secret de polichinelle. D’abord les journalistes qui suivaient Claude Guéant savaient que j’étais entré dans le cabinet pour les discours stratégiques. Et ce discours avait donné lieu à des discussions préalables entre les dirigeants de l’U.N.I. et moi. Donc, beaucoup de monde savait. Bien entendu, il arrivait à Claude Guéant, qui a une forte personnalité et une grande intelligence, de faire des digressions, de rajouter ou d’enlever des phrases, mais pas sur les discours écrits donnés à la presse. Il est vrai que j’ai appris plus tard que ce discours n’avait pas été donné à la presse sous la curieuse pression de François Fillon (rires). Et puis, cette phrase est tirée de mon livre publié au même moment. Il suffit d’ouvrir mon dernier livre page 21 : « les civilisations ne se valent pas ; Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient ; Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique ; le respect de la dignité humaine ne se négocie pas ». Cette phrase était d’ailleurs déjà dans un livre que j’ai publié, il y a une dizaine d’années. Pourquoi aurais-je nié ? C’est absurde. Les journalistes enquêtent, savent lire et détestent, à juste titre, qu’on leur mente.

Avez-vous été surpris par la polémique, où l’aviez-vous senti venir en écrivant le discours ?.

Ce fut incroyable, le vice appuyé sur le bras de la bêtise conduisait à une crise politique sans précédent. J’ai vu émerger une haine incroyable.

Certes, dans les rangs socialistes même, chacun s’accorde  sur l’inculture du pauvre Serge Letchimy, qui lança sa dénonciation de nazisme à l’encontre de Claude Guéant et de toute la droite républicaine.  On connaît les lumières de cet élu qui se dit « fils d’esclave », sachant que l’esclavage a été définitivement aboli en 1848 et que lui-même est né en 1953 : non seulement il a découvert la formule cachée du nazisme chez tous ses opposants qui dénoncent les atteintes aux droits humains par certaines civilisations mais aussi celle de la fontaine de jouvence. Et le pauvre ère ignore même que l’esclavage a été aboli sur la terre de France dés le Moyen-Âge et que son abolition dans les îles au XIXème siècle ne doit rien à la gauche.

Mais ce fut évidemment une décision politique du groupe socialiste. Clairement, les socialistes lancèrent cette crise par pur cynisme, tentant de sauver les meubles et croyant ainsi pouvoir coller l’accusation de collusion du F.N. avec l’U.M.P. pour effrayer le centre. Comme ils le font souvent. Ils eurent tort. ils ont entraîné une grande haine contre la droite républicaine dans leurs rangs, haine qui, à moyen terme rendra difficile la possibilité dun Front républicain face au F.N. Car à force d’insulter et de jeter l’anathème sur les républicains de droite, je ne vois guère comment on peut justifier ensuite une quelconque alliance.  D’autre part, comment pourra-t-on empêcher électeurs de droite et du centre, et de gauche même par capillarité, à voter F.N.?  Si l’UMP c’est comme le FN, alors le F.N. c’est forcément comme l’UMP. Par calcul à courte vue, faute d’intelligents politique, pur un plat de lentilles électorales, la gauche dédiabolise le F.N. chaque jour. Et elle lui ouvre le chemin du pouvoir.

C’était sinon un piège tendu aux socialistes. Mais ce n’était pas le premier et ce discours n’était pas le plus provocateur de ceux que j’avais écrit, loin de là. Je ne pensais donc pas que ce piège fonctionnerait à merveille. Je ne pensais pas non plus que le personnel politique de la droite républicaine était à ce point pleutre qu’il aurait peur de la tactique de Matamore d’une gauche en débandade qui hurlait d’autant plus que la plupart des députés socialistes étaient d’accord avec moi. Tout cela tourna rapidement en farce drôle et pitoyable.

Nicolas Sarkozy pensa d’ailleurs, à juste titre, que c’était la première victoire depuis son élection à la présidentielle. Mais, comme souvent,  il fut bien seul. François Fillon, malheureusement, n’eut pas ce sens politique. Sans doute est-ce l’un des multiples symptômes que nous avons un recrutement du personnel politique de droite qu’il faudrait revoir.

Et si ce fut une victoire écrasante, elle fut donc très momentanée. Les sondages nous furent pourtant immédiatement clairement favorables à plus de 70%. .

Notre victoire idéologique était donc sans appel et d’une importance stratégique car elle renvoyait le P.S. au relativisme moral et à l’incapacité d’agir en pleine période de crise où les gens ont besoin d’un capitaine et de repères culturels. D’autant que François Hollande, qui n’avait pas compris la manœuvre, refusa de désavouer celui qui était appelé par certains députés UMP « le cadeau de Martinique », d’autres plus méchants, disaient « le cancre de Martinique ».

Et qui, dans le  pays, pouvait en effet croire que toutes les civilisations se valent ? Qui pouvait même croire qu’elles n’existent pas comme bientôt ce fut l’élément de langage dominant du P.S. , avant la débandade de l’UMP ? Certainement pas les socialistes qui avaient jadis, alliés aux radicaux, profiter de ce fait pour justifier l’injustifiable, les grandes colonisations sous la IIIème République que le fameux députés martiniquais semble ignorer. Sans même évoquer leur gestion déplorable de l’Afrique du nord, sous la IVème république.

Le plus intéressant pour nous, à mon sens, car j’étais là pour mener cette bataille idéologique comme le font aux Etats-Unis au sein du parti républicain mes amis néoconservateurs, était que les socialistes se coupaient de la plus grande partie du monde intellectuel. Car la conséquence de cette position idéologique conduisait à soutenir des propositions absurdes, comme c’est toujours le cas lorsque l’idéologie est poussée au bout.

Si parler de civilisations était la marque du nazisme, alors tous les universitaires se trouvaient plus ou moins nazis, tous ceux qui travaillaient dans les départements d’étude des civilisations dans les universités du monde, ceux qui avaient apprécié le grand historien français Fernand Braudel et sa Grammaire des civilisations, ceux qui travaillaient sur les civilisations passées.

Le P.S. s’isolait de sa force de frappe culturelle.

Allez donc expliquer que tout se vaut à ceux qui travaillent sur les Incas, dont la civilisation pratiquait les sacrifices de masse les jours de fêtes et préférait brûler vif, étrangler ou enterrer vivants les enfants ? Ou à ceux qui travaillent sur les Aztèques, cannibales qui pratiquaient des sacrifices quotidiens, le cœur des suppliciés étant arraché pour assurer le lever du soleil et les enfants particulièrement recherchés pour être noyés afin d’appeler les pluies ? Aller expliquer cela à ceux qui travaillent sur la civilisation maya : tous les matins devait dégouliner assez de sang le long des pyramides pour qu’il nourrisse la terre et les enfants périssaient sous de savantes tortures car ils croyaient que leurs larmes amenaient les pluies.

Tous les chercheurs, plutôt à gauche, savent la supériorité des civilisations fondées ou refondées sur les droits et devoirs de l’humanité contre cet esprit sacrificiel et ce goût pour la mise en esclavage, les pillages, les massacres et les rites mutilants largement répandus dans le monde, à partir des âges des métaux, de la civilisation maori de Nouvelle-Zélande à celle des Iroquois. Pas un historien sérieux, eux aussi majoritairement à gauche, n’ignore la civilisation romaine qui pratiquait l’esclavage et les jeux du cirque où la population criait « jugurta » (égorge) un gâteau au miel dans la main.

Et aujourd’hui, quel anthropologue ou sociologue peut juger que les civilisations du Mali à la corne d’Afrique qui infibulent entre 100 et 140 millions de femmes valent les civilisations qui l’interdisent ? De la civilisation japonaise aujourd’hui à la civilisation nord-américaine, les civilisations fondées sur l’interdiction du sacrifice et le respect du droit naturel de l’humanité, valent assurément mieux que celles qui s’y opposent, tel est le credo le plus répandu chez les intellectuels.

Le plus drôle dans cet étalage d’ignorance de nos élites politiques issus d’une haute administration la plupart du temps dénuée de culture, car les socialistes ne furent pas les seuls en cause quand on songe à la tournure prise par cette affaire, c’est que si toutes les civilisations se valent pourquoi fallait-il s’opposer au nazisme qui prétendait justement proposer une nouvelle civilisation, celle du IIIème Reich ? Je sais pourquoi mon père a pris les armes contre le nazisme et je sais aussi pourquoi les ancêtres relativistes de Serge Letchimy n’ont pas trouvé que la défense d’une civilisation qui défend les droits et devoirs humains contre un projet de civilisation qui les nie, valait la peine de risquer sa vie, ni même sa carrière. Serge Letchimy avait au fond retrouvé naturellement le réflexe de ceux qui collaborèrent avec le nazisme comme de ceux qui acceptèrent de collaborer avec le colonialisme le plus abject comme on le vit lorsque la gauche française robespierriste avait rétabli l’esclavage à Saint Domingue en 1801 : si tout se vaut, alors pourquoi risquer sa vie?

En vérité, je crois, pour ma part, que précisément ces civilisations inférieures sont condamnées par l’Histoire. C’est pourquoi elles disparaissent et c »est très bien. Nous allons vers la convergence des civilisations entrainée par les grandes spiritualisés qui l’ont emporté et qui ont mis au coeur de leurs valeurs l’amour du prochain comme je crois avoir commencé à le démontrer dans mon livre « Vers la Paix des Civilisations ».

A mon grand étonnement, sur un piège si simple à éviter, le P.S. qui venait de perdre une bataille idéologique majeure en révélant sa véritable nature : non pas le parti des opprimés, des minorités ou des faibles, encore moins celui de ceux qui croient aux valeurs universelles d’origine judéo-chrétiennes, mais celui des sommets de la bureaucratie française qui veut le pouvoir pour le pouvoir et gouverne avec cynisme sans se préoccuper des valeurs au point de juger que tout se vaut si une carrière est possible.

Bref, nous avions gagné Austerlitz, il suffisait de planter notre drapeau. Mais, le plus croquignolesque c’est qu’au lieu de cela,  l’armée des vainqueurs a été reconduite par certains de ses chefs dans ses casemates, la tête basse.

Tes détracteurs vous ont-il demandé votre avis avant de pourrir par voie de presse?

Tout est allé très vite. Car après l’incroyable erreur stratégique du P.S. on assista à une plus incroyable débâcle de l’UMP. Imaginez un mascaret d’équinoxe imprévu qui déboule en quelques heures sur un fleuve puissant ! Je fus pris dans ce reflux dans les heures qui suivirent.

Claude Guéant, qui a un sens de l’Etat indéniable et une fidélité remarquable en ses engagements, à la demande de François Fillon qui paniquait devant le flux médiatique de gauche, me demanda de ne pas intervenir publiquement alors que je me dirigeais vers le seul média qui demandait alors des éclaircissements, la courageuse chaine du Sénat. À la place, je fus chargé d’écrire une réponse de Claude Guéant qui serait rendue publique. J’ai trouvé l’idée très bonne et j’ai immédiatement négocié avec un quotidien, qui accepta la proposition. Je déclinais donc finalement l’invitation d’aller m’expliquer sur la chaine de télévision, ignorant encore l’ampleur de l’incroyable débandade idéologique à droite.

Je n’étais d’ailleurs pas le seul à l’ignorer. C’est un autre côté amusant de cette affaire.  Chez certains intellectuels, le premier mouvement a été plutôt une course à qui s’approprierait mon texte. Même mon ami André Comte-Sponville, qui était déjà avec moi quand je dirigeais l’Union des Etudiants Communistes de la Sorbonne, a voulu sans doute être plus près encore de moi et a écrit qu’il était peut-être l’auteur de la formule. Et Luc Ferry, que j’apprécie beaucoup aussi, a renchéri en envoyant un communiqué à l’AFP. Cela n’a pas duré longtemps (rires).

Tous sans te citer alors que c’était devenu de notoriété publique?

Tous sans me citer, bien sûr. Je passe sur quelques autres intellectuels. Puis, soudain, ce fut le silence. La vague scélérate, ainsi que disent les marins, était arrivée.

Une partie de la presse, des blogs et des réseaux sociaux influencés par le P.S., envoya immédiatement l’artillerie contre Claude Guéant et moi pour prétendre que ce parti était dans son bon droit de nous traiter de nazis. Ce qui n’était pas étonnant même si je trouve peu déontologique d’attaquer des gens sans leur offrir la  possibilité de répondre, et, trop libéral peut-être, je n’aime pas les procès à la presse. Mais, du côté de la presse neutre et de celle qui était plutôt favorable à nos idées, la débandade de l’UMP alors qu’elle venait de gagner la bataille rendait tout illisible. Entre les consignes des uns et l’incompréhension des autres, le silence régna sur l’une et l’autre colonne.

Les choses s’éclaircirent pour moi rapidement : j’avais écrit l’article dans la nuit pour Claude Guéant mais celui-ci m’indiqua trois jours plus tard qu’il avait reçu la consigne de ne pas le publier. Claude Guéant, qui avait donné sa parole de toujours respecter les décisions du Premier ministre, et qui a un grand de l’honneur et du respect de la hiérarchie, n’a pas voulu passer outre à cette volonté du Premier ministre. Ce que je comprends car sans honneur  que valons-nous?

Je me retournais vers l’Elysée. L’Elysée me félicita une fois encore et tenta de me convaincre de rester dans le cabinet Guéant. J’ai obtenu des promesses, d’ailleurs non tenues pour la plupart (rire), mais je m’y attendais, et j’ai accepté pour poursuivre le plus important : cette bataille des idées en conjonction avec mes amis, élus et non élus. Ce qui me conduisit à écrire d’autres textes stratégiques pour Claude Guéant, et pas seulement (sourire), et à développer le cercle d’intellectuels créé pour aider Nicolas Sarkozy, dont le secret a été en partie éventé par la presse.

 

Quid de la défense de Guéant. Et de celle de l’UMP ?

La défense de l’UMP a été calamiteuse. Austerlitz a été gagné et on a oublié de planter le drapeau… L’UMP souffre, plus que le PS, d’une absence remarquable de pensée structurée. Cette affaire en a montré l’ampleur. Où sont les Reagan, les Thatcher, les Merkel ?  Il ne faut pas les chercher, il n’y en a pas. Seul Nicolas Sarkozy, homme d’intuitions mais non de concept, a la volonté qui aurait permis d’afficher la victoire. Mais il est malheureusement un peu seul sur ce sommets désertés par la pensée et cette solitude ne lui permet pas de mener à bien toutes les batailles, y compris celle de la présidentielle.

Une des raisons de la débandade, c’est que la plupart des dirigeants sont en effet incapables de défendre une position juste car ils sont eux mêmes relativistes ou dénués de culture fondamentale. Et ceux qui pourraient intervenir sont empêchés par ceux qui ne le peuvent pas. C’est la prime au premier de la classe en droit public, à condition d’être dernier en culture générale et dénué de toute imagination avec ce zeste de suffisance qui tient au classement de l’E.N.A.

Il suffit de lire les réactions. L’énarque Juppé proclame le propos de Guéant « inadéquat », le diplômé de droit public François Fillon indique qu’il n’aurait certes jamais prononcé des telles phrases, la débandade fut quasi générale, jusqu’à mon ami Jean-Pierre Raffarin lui-même, sans doute pour régler un vieux contentieux avec Guéant, qui avait feint de croire que les civilisations n’existent pas.

Certes, dans cette réaction, il y a souvent une part de calcul politique. La droite ce n’est pas une meute mais dix meutes. Alain Juppé savait que la victoire de Nicolas Sarkozy signait la fin de ses espoirs d’être à nouveau un jour Premier ministre puis Président. François Fillon,  qui avait trainé les pieds sur maintes réformes, savait qu’une victoire de Nicolas Sarkozy signifiait la même fin de ses ambitions. La suite démontra qu’il convient de se garder de ses « amis «  et à cet égard. Claude Guéant aurait peut-être pu négocier pour obtenir un feu vert et foncer au lieu de se laisser malmener. Il aurait été applaudi après coup. Et il aurait gagné sa députation en se donnant une image qui n’était pas celle, extrémiste, qui fut imposée par la gauche dans une circonscription où le centre est si puissant, une image qui ne correspond en rien à ce qu’il est car il est profondément gaulliste et d’un gaullisme plutôt centriste.  Mais, une fois encore, je condamne rarement ceux qui sont fidèles à leur parole quand les hautes valeurs morales ne sont pas en cause.

Mais, ce qui joua plus encore pour tous ce fut la conjugaison de la peur de la gauche avec l’ignorance et l’origine sociale de cette élite. Car aucune autre droite dans les pays développés n’a un tel mépris des intellectuels et ne recrute la majeure partie de son haut personnel politique dans les cercles de la bureaucratie.

Avec cet effet pervers : les relations avec la gauche bureaucratique deviennent ambigües et les seuls intellectuels mis en valeur par la presse étant les intellectuels de gauche, lorsque la droite veut une légitimation idéologique, ce qui est toujours une nécessité, elle se tourne logiquement vers eux. D’où l’importance accordée aux Edgard Morin et Bernard-Henry Lévy dont les qualités ne sont pas en cause mais comment pourraient-ils offrir une vision d’avenir à la droite alors qu’ils se sentent de gauche ? Même si pour ma part, aussi bien proche de Tony Blair que de G.W.Bush, je trouve ces catégories bien désuètes et presque infantiles.

D’où, en tout cas, pour cette droite, l’incapacité à gagner les batailles idéologiques les plus faciles, comme sur cette question des valeurs. D’où l’apparence de lâcheté de certains dirigeants qui préfèrent leur carrière au pays et craignent moins de ne pas obéir aux valeurs qu’ils ignorent, qu’aux réflexes de prudence bureaucratique. Ne pas penser à un prix. Nicolas Sarkozy saura-t-il en tirer les leçons ? Cette affaire l’a encore démontré : la défaite de la pensée prépare toujours la défaite politique. Et si Nicolas veut revenir, et si, en admettant qu’il le puisse, il veut laisser une marque dans l’histoire, il lui faudra s’entourer de gens qui ont une vision de la France et du monde à l’heure de l’Internet 3, de la mondialisation et de la Puissance d’humanité. Ce n’est pas gagné (rires).

 Comment expliquez-vous que certains passages plus raides du discours que celui dont tout le monde a parlé, n’aient pas été mis en cause par les médias ! ( « La maison de France n’est pas une maison de tolérance » p.4) ou sur l’historiographie disons rapide du fascisme et du nazisme , tous deux déclarés enfants naturels du socialo-communisme?

Oui, j’ai déjà tenté de démontrer dans un autre ouvrage que je suis en train de republier, que les origines du fascisme se trouvent bien à gauche.

Créé par le socialiste Mussolini, qui dirigeait la gauche du Parti socialiste italien et était majoritaire dans le parti, le mouvement fasciste a entrainé l’ensemble des dirigeants des syndicats ouvriers, de l’industrie et de l’agriculture. Il y a un dialogue très intéressant entre Mussolini et le dirigeant communiste Antonio Gramsci à l’assemblée nationale qui éclaire le processus. Et le premier programme du parti fasciste, élaboré d’ailleurs avec une envoyée de Lénine, est conforme aux canons socialistes. La formule en exergue de son journal « Il Populo d’Italia » est d’ailleurs de Blanqui. L’opposition avec les communistes tient au fait que les fascistes italiens reprochent aux communistes de ne pas voir l’intérêt de la classe ouvrière italienne mais celui de Moscou. Et aux socialistes : ne pas vouloir vraiment la révolution nationale et socialiste.

Ce processus est identique dans tous les pays du monde européen, sans exception. Ce sont des dirigeants de gauche qui créent les partis fascistes et nationaux-socialistes (nazi). Le parti national socialiste allemand d’Hitler, né du Parti des Travailleurs Allemands,  de l’extrême-gauche, n’échappe pas à la règle dans sa formation et son programme de nationalisations et d’étatisations, jusque dans le plan de 4 ans de Goering, dont Goering, et il s’est réclamé du léninisme jusqu’à la fin des années 20, dit lui-mêmeu’il est influencé par la planification de Staline. En France même, le communiste, député maire de Saint Denis, Doriot, crée un puissant parti nazi, et le député socialiste Déat, un parti fasciste. Et ils font les mêmes reproches aux communistes : être inféodés à Moscou. Et le même reproche aux socialistes : ne pas vouloir vraiment la révolution nationale et socialiste.

Il faut s’appeler Serge Letchimy pour fendre de l’ignorer. Et d’ailleurs, une des caractéristiques de ces partis a toujours été, comme Serge Letchimy, d’insulter et de diffamer les adversaires, et d’appeler la haine sur eux au nom du prolétariat et des opprimés. Leur style violent dit leur fond. Y compris contre les juifs : l’antisémitisme nazi est en effet un antisémitisme de gauche. Alors que celui de droite part du sol et conduit souvent à l’expulsion et aux expropriations, celui de gauche dénonce dans le juif « le gros », « le riche », l’exploiteur et conduit à l’extermination totale sous prétexte de détruire totalement la bourgeoisie et les valeurs juives responsables de l’exploitation. Cela se voit chez les blanquistes qui inventent l’idée d’une race aryenne contre les juifs, dans leur journal « Candide » et leurs écrits qui seront repris par leurs disciples. Serge Letchimy, par son style violent, est plus proche de ces mouvements qu’il ne le croit.

Mais j’arrête là car je me suis longuement expliqué dans dseux ouvrage La République contre la Démocratie et  Les Démagogues sur cette histoire de la naissance et du développement du fascisme ainsi que sur le léninisme et le stalinisme.

Pourquoi dans ce discours, n’allez-vous pas au bout de votre pensée sur la France? Il suffit de feuilleter votre « Eloge du mode de vie à la française » pour voir que vous pensez que notre modèle est supérieur, non seulement aux aberrations du tiers-Monde, mais aussi, au modèle US ou allemand : les Gaulois, l’assimilation, le jambon beurre ( !!!!!) et même le café théâtre…

Je pense que la France dispose d’un modèle d’identité nationale qui est celui qui porte l‘avenir de l’humanité : une nation fondée non sur le sang mais sur l’appartenance à une société fondée autour des valeurs et habitant sur un lieu. Cette révolution qui a commencé avec Clovis est en effet pour moi la marque d’une avancée de l’humanité vers son destin : reconnaître en elle sa commune humanité. C’est pourquoi je suis fermement opposé à l’abandon du droit du sol que propose François Fillon.  Et c’est pour moi un casus belli.

En ce sens, sur ce point, je dis clairement que le modèle français est supérieur à tous les autres, à l’exception de ceux qui l’adoptent.

Mais je ne pense pas que notre modèle soit supérieur à celui des autres démocraties sur tous les points. Ainsi, en matière de civilité, je pense que le modèle japonais est plus avancé même si sur la place des femmes il est en retard. Je pense que le modèle des Etats-Unis est plus avancé en termes de libertés du corps,  de protection de la propriété et de liberté de la presse, mais moins en termes de protection des déshérités faute d’avoir pensé l’Etat compassionnel.

En fait, à la différence des relativistes, j’ai des critères que je crois clairs et une pensée structurée autour de valeurs et indications léguées par la grande tradition judéo-chrétienne.

L’ennemi idéologique est très clairement identifié : ce sont les trois idolâtries de la modernité : celle de l’Etat, de la Science et du Marché. A partir de ce qui va dans le sens de l’humanité de l’homme, dont j’ai posé les critères dans La Puissance de la Liberté puis La Puissance d’humanité, se dégagent des lignes d’orientation qui permettent de juger la valeur d’une civilisation et son état d’avancement vers l’amour universel des humains.

Or, la France, quand elle est fidèle à elle-même, quand des chefs éclairés la conduisent, a cet avantage sur les autres Cités : elle est vaccinée contre les trois idolâtries. Encore faudrait-il qu’elle secoue sa bureaucratie et retrouve sa joie d’être elle-même.

Quel intérêt de faire de la politique si on rêve pas de devenir conseiller général ou président de la République? Surtout à droite compte tenu de leur détestation quasi-unanime de la réflexion idéologique

La politique est un devoir quand bien même la scène politique est occupée par des ignorants, ce qui, depuis la démocratie athénienne n’est quand même pas un phénomène totalement nouveau (rire). Ma première thèse portait sur Aristote. Et je tiens de cette passion de jeunesse pour Aristote que tout citoyen a le devoir de s’intéresser à la politique. Or, il n’est pas possible de s’y intéresser à partir de grands modèles dans son bureau car, contrairement à ce que pensent certains universitaires, celle-ci n’est pas une science mais un art. Et cet art est un grand art, qui appelle la morale et la métaphysique sur un espace délimité avec d’autres humains. Quand bien même cette cité est gouvernée par des ignorants, chacun doit donc participer en tâtonnant, en se trompant car la privation de connaissances est dans notre nature, en dialoguant dans le respect mutuel afin de trouver le meilleur possible pour la cité. Exactement le contraire de ce qui s’est passé lors de cette polémique sur les civilisations mais ce contraire ne ruine pas la nécessité de continuer car l’ignorance est contingente, le devoir de participer nécessaire.

Le rôle d’élu est d’une autre nature. Il n’est pas une nécessité. Il appelle des responsabilités, donc des devoirs plus que des droits, même si certains élus semblent l’oublier. Il appelle ceux qui préfèrent leur Cité à leur carrière et à leur pécule. Tout juste puis je suggérer qu’il nous faut un Président et une équipe soudée autour de valeurs fermes et d’un projet  audacieux qui bousculent les conservatismes pour redonner à la France sa place. Je crois que c’est plutôt là mon rôle, celui de philosophe conseillant ses amis depuis quelques années. Ce sera ma suggestion à ceux qui ont quelque ambition légitime dans l’UMP ou ailleurs.

Entretien de Marc Cohen avec Yves Roucaute, publié le 16 octobre 2013 dans Causeur

 

 

Réseaux sociaux

Discours sur les civilisations proposé à Claude Guéant

IMG_0780La bataille de France est celle de nos valeurs.

Discours Y. ROUCAUTE pour Cl. GUÉANT, intervention du 5/02/2012, U.N.I.

Madame et messieurs les ministres (….),

Merci de me donner l’occasion de m’exprimer ici sur ce qui me tient le plus à cœur, la France, ses valeurs et sa civilisation.

Car l’enjeu de cette élection présidentielle aujourd’hui ce n’est pas un homme, ce n’est pas un parti,  c’est la France elle-même.

Oui, au milieu de cette tempête sans précédent, nous sommes engagés, chers amis, chers compagnons, dans une nouvelle bataille de France. Et, comme hier derrière le général de Gaulle, aujourd’hui derrière Nicolas Sarkozy, nous la gagnerons.

Vous me recevez parmi vous dans une salle qui porte le nom prestigieux de Victor Hugo et j’y vois un symbole.

Victor Hugo, c’était le courage de défendre les idées universelles de l’humanisme chrétien, contre le laxisme et le relativisme.

Victor Hugo, c’était le choix de la justice sociale au lieu de la démagogie qui entraîne les nations à la ruine.

Victor Hugo, c’était la défense de la patrie contre son affaissement

Victor Hugo, c’était le choix de la république une et indivisible.

Et ce choix, ce courage, cette lucidité, cet amour de la patrie, chers amis, je sais que vous les portez en vous.

Et je sais aussi que ce n’est pas toujours facile dans les facultés, les écoles, les instituts, les centres de recherche  d’affronter les idéologies archaïques venues de la gauche socialiste et de ses alliés d’extrême-gauche.

Oui, il faut bien du courage et beaucoup de lucidité pour afficher bien haut nos couleurs et garder le cap pour notre pays.

Car c’est bien CE dont je veux vous parler: de la France et de son avenir.

Je veux vous parler de son socle éthique et des menaces qui pèsent sur lui.

Pour vous livrer le fond de ma pensée, je trouve que dans notre pays il n’est pas suffisamment question de la France, de ce qui a fait et fait encore sa grandeur.

Voyez nos voisins ! Les Britanniques, les Allemands, ils n’ont pas les mêmes pudeurs. Et je ne parle même pas des Américains qui adorent planter leur drapeau dans leur jardin…

Partout dans le monde, les nations parlent de leur passé, de leur culture, de l’avenir de leur mode de vie.

En France, une idéologie sournoise, venue de gauche, tente de nous culpabiliser sur notre histoire de 1500 ans, elle tente de nous culpabiliser quand nous défendons notre socle éthique et nos manières de vivre, elle tente de nous culpabiliser quand nous préparons les mesures pour que la France ait l’avenir qui convient à sa grandeur.

Devrions-nous avoir honte d’une histoire qui remonte à Clovis ?

Devrions-nous avoir honte d’avoir offert à la planète la première nation civique du monde, une nation fondée ni sur la race, ni sur le sang mais sur l’assimilation des valeurs communes ?

Car nous sommes une grande nation, présente sur les cinq océans,  dont la force tient à notre socle éthique, à nos valeurs universelles.

Et notre camp est précisément celui de la défense de ces valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Devrions-nous avoir honte de la république qui tient le glaive avec le flambeau de la Liberté ?

Car « Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté dans le monde » disait le général de Gaulle. Et c’est vrai.

Devrions-nous avoir honte de la république qui tient la balance avec l’Égalité, avec l’égalité des droits, l’égalité des chances, l’égal accès au savoir.

Devrions-nous avoir honte de la République qui étreint ses enfants dans la Fraternité : avec ses valeurs de« solidarité », de « civisme », de « patriotisme », de « justice sociale » et cette valeur de « laïcité », qui permet de « rendre à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu ».

Oui, nous sommes le peuple de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Et loin d’avoir honte de notre passé, nous n’oublions pas que notre nation a ensemencé la planète de ces valeurs universelles.

Jusqu’à défendre l’indépendance des États-Unis, auxquels nous avons offert la statue de la liberté, notre symbole à nous.

Jusqu’à donner au monde, non pas une Déclaration d’Indépendance, à la manière des Nord-Américains qui pensaient d’abord à eux, mais une Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, adressée à tous les peuples de l’univers.

Et le Président Nicolas Sarkozy, rompant avec le cynisme de François Mitterrand,  a inscrit la France dans cette tradition en allant défendre la liberté partout dans le monde, jusqu’en Côte d’Ivoire, jusqu’en Lybie,

Quelle différence avec François Hollande qui a hésité sur tous les engagements, qui a tergiversé et tremblé, comme on l’a encore vu quand nos valeureux soldats de la liberté sont tombés en Afghanistan !

Oui, la France a besoin d’un capitaine qui tienne fermement le gouvernail dans les tempêtes et ne change pas de cap à la moindre brise.

Nous ne voulons pas d’un capitaine qui prend dans son équipage des Eva Joly, qui exigent la disparition de la Marseillaise, qui piétinent les fêtes du 14 juillet, qui nient notre héritage spirituel, qui dénigrent notre histoire et veulent affaiblir moralement notre pays.

Avec Nicolas Sarkozy, nous voulons toujours conserver ce fil bleu blanc rouge qui lie Vercingétorix par Jeanne d’Arc et Charles Martel, aux sans culottes, à Clémenceau et aux résistants français.

Mais, nos valeurs fondatrices ne seraient rien sans la responsabilité qui permet de les réaliser.

La liberté guide nos pas, mais nous ne pouvons accepter l’irresponsabilité, nous ne sommes pas un peuple faible, nous ne sommes pas une nation sans colonne vertébrale.

Si, parce que nous aimons la liberté, nous aimons aussi la tolérance, celle-ci connaît une limite : l’intolérance pour les mœurs, les coutumes et les cultes qui violent la dignité humaine.

Cela s’appelle la responsabilité.

La maison de France n’est pas une maison de tolérance.

La nation française n’est pas un agrégat d’individus, d’ethnies, de sectes.

Elle n’est pas un assemblage de groupes et de communautés, sans identité ni destin commun.

La maison de France n’est pas un self-service où chacun pourrait se servir  à sa convenance.

C’est pourquoi, alors que les socialistes et leurs alliés d’extrême-gauche développent une idéologie de l’excuse pour les délits et les crimes, nous défendons les victimes et punissons les coupables.

C’est pourquoi, alors que les socialistes distillent chaque jour le venin du prétendu « droit à la différence, nous combattons fermement le communautarisme.

C’est pourquoi, alors que les socialistes et leurs amis prônent le laxisme en matière d’immigration et veulent même donner le droit de vote aux étrangers, nous le refusons fermement et définitivement.

Contre eux, nous rappelons que si notre nation civique, une et indivisible est généreuse, elle ne peut survivre dans le laxisme.

Pas de liberté sans sécurité pour son exercice.

Pas d’égalité des droits sans égalité des devoirs.

Pas de fraternité sans obligations envers la république.

De là découlent des choix politiques clairs.

Les choix de la responsabilité.

Oui, nous sommes le camp de la sécurité.

Sans ordre républicain, la liberté est celle du renard dans le poulailler.

La liberté se confondrait avec le règne du plus fort.

Et, finalement, si nous laissons faire la force brutale, les gens honnêtes ne parviendraient plus à exercer leur liberté. Ils ne pourraient plus rechercher leur chemin du bonheur.

C’est pourquoi, nous affirmons que la défense de la liberté commence toujours nécessairement par la protection de la personne, ce fameux droit à la sécurité, parfois décrié par des démagogues inconscients.

Et c’est parce que l’on est libre de ses actes que celui qui attaque la sécurité d’une personne doit rendre des comptes.

Quand on viole les lois de la République, quand on s’affranchit des règles les plus élémentaires de la vie en société, quand on empêche le libre jeu de la liberté chez les autres, on doit en assumer toutes les conséquences.

Nous avons une conception opposée à cette idéologie socialiste qui attribue tout crime et tout délit à la lutte des classes ou à la responsabilité d’une société dirigée par des dominants.

Cette conception socialiste conduit  toujours à laisser se développer une insécurité générale.

Chers amis, avec le Président Nicolas Sarkozy, nous l’avons refusée.

Nous  avons renversé le mouvement.

Grâce à nous la république est de retour sur tout le territoire.

Sous le gouvernement Jospin, la délinquance générale avait augmenté de 17,76%. Depuis 2003, elle a spectaculairement baissé de 16,47%.

Et cela, alors que dans le même laps de temps, la population française s’est accrue, depuis 2002, de 3,2 millions de personnes.

500.000 victimes de moins, aujourd’hui,  qu’en 2002, ce n’est pas rien.

Et ce n’est qu’un début, le combat continuera  pour cette œuvre républicaine.

Car tel est bien le sens de l’action voulue par le Président, et tel est bien le sens de mon engagement pour l’avenir : que force reste à la loi, que la république protège ses enfants, que la France préserve ses valeurs.

Les socialistes ne sont pas simplement fautifs d’avoir laissé exploser les chiffres de la délinquance pendant qu’ils étaient au pouvoir.

Ils sont surtout responsables d’avoir fait prospérer la culture de l’excuse violant ainsi notre pacte républicain.

Ils sont responsables et coupables de laxisme.

Un laxisme qui a conduit à laisser faire laisser passer les incivilités, sous prétexte que ce n’était pas grave. Les sociologues socialistes appellent même cela des « micro-agressions ?

Nous appelons cela le viol du socle de nos valeurs civiques communes et le début d’une dynamique qui conduit au pire.

Nous disons que c’est inacceptable et que c’est là un grand chantier que nous avons commencé et que nous poursuivrons dans les cinq années à venir.

Car ne serait-ce pas grave de siffler une femme dans la rue, de ne pas laisser sa place à une personne âgée, de menacer des passants, de bousculer dans les transports en commun, de huer notre hymne, de piétiner notre drapeau ?

Ce laxisme socialiste a conduit à culpabiliser les détenteurs de l’autorité, de l’instituteur au policier, en passant par les juges sous prétexte que la délinquance serait due à une exclusion organisée par la société.

Et, à force de chercher des excuses aux actes les plus condamnables, ils ont laissé se développer une dynamique de destruction du socle de nos valeurs civiques, de la galanterie au bien vivre ensemble, et ils ont produit une idéologie relativiste qui a attaqué nos valeurs universelles.

Avec ce relativisme, des générations de gens fragiles, qui avaient mal assimilés nos valeurs, furent incapables de distinguer le Bien du Mal.

Et quand il n’y a plus d’interdiction, quand les repères disparaissent, quand la responsabilité personnelle disparaît, la République se meurt.

On voit même d’anciens ministres socialistes  prôner la dépénalisation du cannabis !

Dans quelle société veulent-ils faire grandir nos enfants ?

Dans une société où l’on ne signale même plus que la drogue est un danger pour la santé physique aussi bien que pour la santé mentale ?

Faut-il cacher que le cannabis est responsable de certains processus qui conduisent parfois à une paranoïa irréversible, chez un nombre heureusement restreint mais réel de personnes ? Faut-il ignorer qu’il produit toujours à un état de déconcentration, de perte de mémoire, de perte de maîtrise de soi ?

Faut-il cacher que les réseaux de la drogue et du crime sont les mêmes et qu’acheter du cannabis c’est alimenter la traite des êtres humains, les trafics d’organes, la prostitution ?

Au lieu de responsabiliser la jeunesse, les socialistes ont même développé, par souci politicien, une tactique de dénigrement systématique du Président, d’attaques outrancières, personnelles.

Rappelez-vous les odieuses campagnes socialistes qui nous donnaient même des leçons de morale pendant que leur candidat, Dominique Strauss-Kahn, un vrai candidat bling bling celui-là, batifolait dans les hôtels après avoir célébré au champagne sa vie dans les milieux de la finance ! Cela ne les gênait pas à l’époque la finance !

Mais si on peut même insulter un Président, comment pourrait-on respecter un policier, un instituteur, ses parents ?

Eh bien nous, nous disons non !

Nous, nous croyons à la responsabilité individuelle.

Ce n’est pas toujours la faute des autres, de la malchance, voire de la société qui serait seule coupable.

Nous appelons « coupable », le coupable et « victime », la victime.

Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas être capables de repérer des circonstances atténuantes, mais la générosité commence par aider et secourir les victimes et par punir les coupables.

La détermination du Gouvernement à lutter contre les voyous est et restera sans faille dans les cinq ans à venir.

Nous avons créé les peines planchers pour que les récidivistes d’infractions graves ne puissent pas s’en tirer avec des peines ridicules…

Nous avons multiplié les moyens de la Police scientifique, comme le fichier des empreintes génétiques, pour que les auteurs de crimes et de délits puissent être identifiés et déférés à la Justice.

Nous avons créé un régime de sûreté pour les grands prédateurs sexuels qui régulièrement plongent la France dans l’horreur et le cauchemar afin qu’ils ne retrouvent pas la liberté de leurs mouvements même lorsqu’ils ont effectué leur peine.

A chaque fois les socialistes ont été contre.

Aujourd’hui, ils ne trouvent rien de mieux que de nous promettre de revenir à la police de proximité, qui s’est traduite par une augmentation de 17% de la délinquance, quand ils l’ont mise en œuvre. Ils promettent même  de créer des emplois de policiers. Croient-ils que nos amis policiers ont  oublié qu’avec les 35 heures, les socialistes ont détruit davantage d’emplois qu’ils n’en promettent ? Croient-ils que nos policiers soient dupes et ne se sachent pas visés dans leur fonction de protection par les accusations socialistes de politique sécuritaire?

La police des patrouilleurs qui se met en place ce week-end c’est tout le contraire de la police de proximité, car c’est une police qui assume ses fonctions, et notamment sa fonction de répression qui n’est rien d’autre que la volonté d’interpeller les délinquants pour les mettre à la disposition de la Justice.

Une fonction qui consiste à protéger d’abord les plus faibles, la veuve et l’orphelin, car ce sont les plus faibles qui sont les premières victimes des bandes et des délinquants.

Car, chers amis, nous avons d’abord le souci de protéger les faibles.

Oui, car c’est nous qui sommes le camp de la justice sociale.

La solidarité et la justice sociale sont de belles idées que les socialistes et leurs alliés d’extrême-gauche ont dévoyées..

Nous leur avons redonné un sens, au nom de la fraternité.

D’un côté, nous refusons de laisser Gavroche tomber dans le ruisseau, d’un autre côté nous refusons  de lui faire croire qu’il s’en tirera avec les idéologies égalitaristes et démagogiques des socialistes.

Car rien n’est pire que de vendre des paradis qui se révèleront des cauchemars sociaux.

La justice sociale ne peut passer par la ruine du pays dont les plus faibles et les classes moyennes paieraient le prix.

Vous qui êtes les cadres de la France de demain, vous savez  combien est suicidaire les « y’a qu’à » socialistes, les «y’à qu’à   faire la chasse aux riches », le « toujours plus d’impôts », le « toujours plus d’Etat », et, finalement, le « toujours plus de dettes ».

Vous savez combien le programme du candidat Hollande, sous prétexte de mener la guerre à la finance va nous asservir demain à elle, parce que la France n’aura pas fait les réformes exigées par ses dettes, par la crise, par la concurrence internationale.

Comment croire sérieusement que François Hollande va pouvoir convoquer Angela Merkel et les chefs de gouvernements et d’Etat européens pour poser ses exigences ? Comment l’écouter, sans rire, quand il prétend qu’il va convoquer les Etats-Unis, la Russie et la Chine pour renégocier les accords internationaux et s’attaquer à la finance ? Même le coq le plus présomptueux doit finir par comprendre que ce n’est pas son chant qui fait se lever le soleil.

Notre conception de la justice sociale suit des chemins plus justes et plus lucides.

La solidarité, part d’une analyse concrète de situation concrète. Elle ne part pas de nos rêves.

Certes, nous aurions voulu faire plus et mieux.

Certes nous avons fait des erreurs.

Certes nous avons subi une crise d’une ampleur inégalée

Mais malgré la crise qui a empêché ou limité certains de nos projets, nul ne peut nous reprocher de n’avoir pas tenu le cap, de n’avoir pas commencé à mettre la France à l’heure des nouvelles technologies, de la nouvelle économie, de l’internationalisation des échanges,

Nul ne peut nous reprocher un manque de courage et de n’avoir pas engagé des réformes profondes et nécessaires pour que notre nation reste une grande nation.

François Hollande et ses alliés rouges-verts et rouge-rouge, qui se sont opposés à toute réforme, nous promettent de tout casser, de tout annuler.

Ces passéistes, ces réactionnaires, n’admettent même pas la justesse de la réforme des Universités et, encore moins celle des retraites.

Après avoir manipulé les jeunes durant les manifestations, leur faisant miroiter que leur retraite serait à 60 ans alors que leur espérance de vie sera de près de 100 ans, Ils veulent même revenir sur cette réforme des retraites.

De même, au lieu de continuer à dégraisser l’Etat, ils veulent le grossir encore.

Et ils veulent à nouveau créer des emplois artificiels pour les jeunes.

Ils n’ont rien compris, rien appris.

Ils en sont encore au XIXème siècle quand il faudrait qu’il se tournent vers le IIIème millénaire, comme le font d’ailleurs les autres partis socialistes d’Europe.

La justice sociale, c’est tout le contraire de l’irresponsabilité et de la course à la dette et à la ruine de notre pays.

C’est le contraire de l’assistanat généralisé et de la mise sous tutelle des individus.

La vraie justice sociale, celle que nous défendons  avec le Président de la République, repose sur une idée juste de la solidarité.

La justice exige de tendre la main à ceux qui sont dans le besoin.

Elle exige d’aider les personnes qui traversent une mauvaise passe pour leur remettre le pied à l’étrier.

La justice sociale est un effort des citoyens fait au nom de la fraternité, vers ceux qui souffrent.

Comment ces citoyens qui donnent pourraient-ils ne pas demander de contrepartie ?

La justice sociale vise à établir l’égalité des droits sociaux

Mais comment la république qui protège pourrait-elle ne pas exiger des devoirs ?

La justice sociale vise finalement à rétablir les conditions d’exercice de la liberté.

Comment pourrions-nous arriver à démettre les individus de leur responsabilité ?

La gauche nous dit que nous tenons un discours trop sévère quand nous exigeons des demandeurs d’emploi qu’ils ne refusent pas plus de trois offres de travail correspondant à leur niveau de formation pour pouvoir continuer à percevoir leurs indemnités.

Je réponds que c’est sévère mais juste.

C’est une marque de respect envers ces hommes et ces femmes qui cherchent un emploi.

Mais c’est aussi une marque de respect pour ceux qui se lèvent tôt qui travaillent dur, qui paient des cotisations et qui ressentent comme une véritable injustice que nous ne demandions pas avec suffisamment d’insistance à ceux que nous aidons de tout faire pour s’en sortir.

Nous vivons au sein de la même communauté. Nous devons tous faire, non pas les mêmes efforts, mais des efforts équivalents. Nous devons tous, chacun à notre niveau, prendre à notre compte une part du fardeau.

C’est cela aussi, liée à la justice sociale, la belle valeur de l’équité.

La solidarité ne peut être acceptée par tous, que si on ne demande pas toujours plus à ceux qui la supportent et toujours moins à ceux qui en bénéficient.

Ce n’est stigmatiser personne que de dire cela.

C’est du simple bon sens.

Avec cette conception, nous défendons les valeurs d’une république qui récompense l’œuvre de la liberté  par le travail, l’effort et le mérite.

Trois valeurs de la France.

Là où les socialistes veulent une société d’égalité, nous, nous voulons une société d’égalité des chances, c’est-à-dire donner leur chance à tous, mettre tout le monde en état de réussir.

Là où le socialistes prônent l’assistanat nous donnons les clefs de l’épanouissement et de la créativité personnelle.

Grâce à cette fermeté sur nos valeurs, notre gouvernement  a plus fait, depuis 2007, en matière de justice sociale que tous les gouvernements socialistes de la cinquième république.

Oui, notre bilan est bon.

Car la justice, c’est l’exonération de charges sociales sur les heures supplémentaires. C’est ainsi d’avoir permis à près de 5,5 millions de salariés de travailler plus pour gagner plus. Deux heures de plus par semaine pour un travailleur payé au SMIC c’est un treizième mois !

Et les socialistes veulent supprimer  cela !

La justice, c’est, pendant la crise, d’avoir réduit des 2/3 l’impôt sur le revenu des 6 millions de contribuables les plus modestes.

Et les socialistes augmenteront les impôts.

La justice, c’est d’avoir revalorisé les allocations familiales en fonction de l’inflation, et donc d’avoir permis aux familles de conserver leur pouvoir d’achat.

Et au lieu de poursuivre cette politique de soutien à la famille, qui est l’une des forces de la France dans le monde des pays développés touchés par une baisse démographique, les socialistes veulent la détruire !

Ils prétendent punir les naissances dans les familles des classes supérieures et moyennes et favoriser les familles modestes en supprimant l’avantage des parts familiales dans l’imposition.

Pour nous, la France n’a pas besoin de démagogie mais d’un soutien ferme à sa politique démographique.

Elle a besoin de tous ses enfants, quelle que soit leur origine sociale. Car un enfant est un enfant. Et on ne développera pas la démographie en freinant celle des classes moyennes et supérieures.

C’est sans doute cette incapacité à penser la famille qui explique leur incapacité à la défendre.

La famille est l’endroit où se fabrique la vie, et c’est bien elle que nous voulons protéger. Elle participe de l’équilibre naturel psychologique dont a besoin tout enfant pour se développer et faire ses propres choix de vie. Les divorces et les séparations le montrent : nous ne souffrons pas de trop de politique familiale et de défense de la famille, mais de pas assez.

La justice c’est encore d’avoir tenu nos engagements de revaloriser de 25% l’allocation adultes handicapés et le minimum vieillesse et cela même dans la crise.

Les socialistes qui sont dans un culte du jeunisme à tout va, n’y avaient même pas songé.

La justice c’est d’avoir instauré le service minimum dans les transports publics pour que les voyageurs ne soient plus pris en otage par une minorité.

Les socialistes sont contre.

La justice c’est d’avoir revalorisé le minimum vieillesse, les pensions de réversion pour les veuves et pour les retraités agricoles

La justice c’est d’avoir exonéré 95 % des familles des droits de succession.

La justice c’est la création des internats d’excellence qui permettent à des enfants doués mais dont l’environnement ne permet pas qu’ils puissent réussir,  d’entrer dans les plus prestigieuses de nos grandes écoles.

La justice c’est d’avoir doublé les dotations de péréquation pour les budgets des communes rurales.

La justice c’est de proposer le financement de la dépendance des personnes âgées.

La justice c’est d’avoir sauvé notre système de retraites qui était menacé de ne plus pouvoir payer les pensions.

La justice enfin, c’est de maîtriser les finances publiques pour que nous ne laissions pas à nos enfants le fardeau de payer à notre place nos dépenses.

A chaque fois, le socialistes se sont opposés à nous.

Vous le voyez, nous n’avons aucune leçon à recevoir en matière de justice sociale.

Vraiment, je vous le dis, il n’y a pas seulement de quoi être fier de notre bilan.

Oui, le parti de la justice sociale, c’est nous.

Mais nous sommes aussi le camp de la puissance de la France, celle qui exige une politique de l’immigration conforme à notre pacte républicain.

Pour les belles âmes socialistes, l’immigration, c’est le sujet tabou par excellence.

Cela parce qu’ils ont tenté de récolter des voix sur la détresse de certains clandestins en croyant nous mettre en difficulté sur cette question.

Mais aussi parce que certains ont une vision idéologique, communautariste et mondialiste de la France.

Comme c’est tabou, ils ont terrorisé intellectuellement ceux qui réclamaient une vraie politique de l’immigration et ils ont laissé s’installer les communautarismes.

La république exige plus de courage et une clarification sans appel.

Car l’immigration n’est pas la rencontre de deux individus, mais bel et bien de deux  cultures. Un étranger vient en effet toujours avec son bagage culturel. Nul ne peut lui en tenir rigueur.

La question est bien de savoir comment une nation qui reçoit doit agir, sans naïveté.

La question est bien de savoir comment elle doit recevoir, qui elle peut recevoir et jusqu’où elle peut recevoir.

Toutes les nations du monde se posent cette question.

Pour une nation comme la nôtre, fondée sur des valeurs et non sur le sang, la question des valeurs est plus importante encore.

Montesquieu disait que la vraie force des républiques est leur force morale, leur vertu, tandis que les tyrannies peuvent se satisfaire de régner par la force.

Refuser d’aborder la question des valeurs acceptables et inacceptables, des comportements acceptables ou inacceptables, c’est accepter de prendre un risque énorme. Celui de notre affaiblissement, de notre décadence, de notre perte.

Il ne s’agit donc pas de montrer des groupes humains du doigt, mais seulement d’agir dans le respect de la loi de la République, dans le sens de ses valeurs et, j’ose le dire, avec le souci de la puissance de la France.

Or, il y a des comportements, qui n’ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l’homme.

Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas.

Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient.  Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique.

En tout état de cause, nous devons protéger notre belle civilisation.

Quand un époux interdit à sa femme de sortir de la maison, ou de prendre la parole sans son autorisation, quand un autre refuse de serrer la main d’un fonctionnaire qui se trouve être une femme, au motif qu’elle est une femme, quand, comme on l’a vu un temps à Lille chez Martine Aubry,  on donne aux islamistes des horaires réservés pour aller à la piscine, quand certains réclament, comme Eva Joly, des jours fériés pour chaque religion, je dis : nous ne pouvons accepter cela.

La République exige le respect des règles et valeurs communes.

En particulier, la République exige le respect de la laïcité.

Il est à cet égard curieux de voir  le candidat socialiste, François Hollande, menacer de mettre le feu à la France en remettant en chantier une laïcité parfaitement bien acceptée et comprise.

Et quand il prétend mettre cette laïcité dans la Constitution, comment n’être pas abasourdi ?

Car elle s’y trouve déjà. L’article 1 précise, sans ambiguïté : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. »

Mais peut-être a-t-il beaucoup à se faire pardonner et quelques voix à glaner en jouant aux matamores.

Car les socialistes n’avaient rien fait contre le voile intégral des femmes, c’est nous qui l’avons totalement interdit.

Car, pour nous, la dignité des femmes et la laïcité ne sont pas négociables, même contre quelques voix.

Les socialistes avaient laissé prêcher les islamistes dans les rues de Paris, c’est nous avons qui avons interdit ces rassemblements et rendu les rues à la liberté.

Et surtout, les socialistes avaient laissé se développer une immigration sans contrôle, sans aucune exigence éthique, au lieu de vérifier que ceux qui arrivaient sur notre sol étaient disposés à accepter nos valeurs et nos lois.

Oui, François hollande et ses amis ont beaucoup à se faire pardonner pour leur laxisme..

Ils ont même inventé pour les clandestins le terme de « sans papier», comme s’ils n’en avaient pas ! Seulement voilà, ils en avaient mais c’était ceux de leur pays d’origine. Et ils étaient sur notre sol en mentant, fraudant, en travaillant au noir.

Et l’on vit même socialistes manifester au nom des prétendus droits de ces clandestins à rester, à se faire soigner gratuitement  et à trouver prioritairement un logement  quand les travailleurs français mettent des mois voire des années pour trouver des logements sociaux pour eux ou leurs enfants !

Comment voulez-vous ensuite, quand ces clandestins furent régularisés en masse par les gouvernements laxistes, que ces mêmes gens aient acquis le respect de nos lois et de nos valeurs !

Pourquoi salueraient-ils le drapeau ou chanteraient-ils la Marseillaise quand ils ont pu narguer la police et violer les lois avec le soutien d’élus socialistes ?

Pourquoi iraient-ils, à la façon de nos immigrés venus naguère d’Arménie ou d’Italie, d’Afrique noire ou d’Asie, mourir pour notre pays quand ils sont entrés par un pied de nez à la nation?

A la demande du Président de la République, nous avons changé complètement de stratégie.

Nous en sommes revenus à la tradition de la République française.

Une tradition qui exige d’abord de n’accepter sur son sol que ceux qui sont d’accord avec nos valeurs.

Une tradition qui exige ensuite de pourchasser l’immigration illégale

Une tradition qui exige enfin de limiter l’immigration légale à nos besoins et à nos possibilités d’accueil.

Ainsi, nous avons rompu avec ce temps où nous devions vivre dans la mauvaise conscience, de « la France moisie », dans la repentance d’une histoire dont pourtant nous n’avions pas à rougir.

La France devait tout tolérer, tout accepter, parce qu’elle se sentait coupable… Coupable de tout ou presque : du sous-développement, de la faim dans le monde, de la pauvreté dans le Sud.

Nous n’avions plus le droit de nous montrer un tant soit peu fiers de notre passé, de notre histoire glorieuse, de notre civilisation humaniste.

C’est à cette époque que l’on s’est mis à rejeter la politique et le mot « d’assimilation ». On le jugeait trop dur. On s’est mis à parler de « droit à la différence ».

Ainsi, est-on arrivé à un paradoxe aberrant : alors que la République avait exigé des premières vagues d’immigrants venues d’Italie, de Pologne, d’Espagne ou du Portugal, l’assimilation pure et simple, nous avons baissé la garde.

Nous n’avons pas eu les mêmes exigences avec de nouveaux venus dont la culture et les modes vie étaient parfois très différents des nôtres. Des modes de vie où les notions les plus élémentaires, comme le respect du travail et du savoir, étaient mal connues. Ou des comportements pour nous évidents, comme la galanterie ou le respect des maîtres étaient inconnus.

Oui, subissant le laxisme, nous avons oublié qu’il n’y a qu’une seule règle possible pour qu’une nation civique reste forte : l’assimilation.

L’assimilation, j’insiste.

Je dis qu’un étranger qui est admis à vivre en France doit s’intégrer vraiment, c’est-à-dire admettre nos valeurs universelles, appliquer nos lois, s’adapter à notre règle de vie, respecter nos règles de civilité et parler le Français.

Et je dis que lorsqu’il souhaite s’établir durablement dans notre pays, surtout s’il ambitionne d’acquérir la nationalité française, il doit non seulement s’intégrer mais véritablement s’assimiler.

S’assimiler, c’est-à-dire non seulement admettre nos valeurs mais les épouser, sans réserve,  et épouser entièrement notre communauté de destin au point de se battre pour elle, s’il le faut.

Cette cohésion n’est pas la négation de l’histoire de chacun.

Elle ne remet pas en cause l’attachement que l’on peut avoir au pays de ses parents ou de ses ancêtres.

Elle est respectueuse des choix religieux, à condition que ceux-ci ne violent pas la dignité humaine.

Voilà pourquoi je n’ai pas hésité à renvoyer chez eux ceux qui prêchent la guerre sainte contre notre civilisation humaniste à partir des prisons ou des quartiers.

C’est dans le même esprit que j’ai annoncé la diminution de l’immigration légale dans notre pays.

Là encore, c’est du simple bon sens.

On ne peut pas continuer à faire entrer en France, chaque année, l’équivalent d’une ville comme Rennes (200 000 hab), et s’étonner de ce que tous ces nouveaux venus aient du mal à s’intégrer !

Les deux choses sont liées. Il faut que nous ayons la capacité d’intégrer les nouveaux arrivés.

C’est la condition de la préservation de rapports apaisés au sein de la communauté nationale et, plus largement, la condition de la préservation d’une bonne cohésion sociale.

Voilà pourquoi nous exigerons, à partir du 1er juillet que tout candidat à la naturalisation passe des tests pour vérifier qu’il connaît notre langue au lieu de se croire autoriser à parler une autre langue sur les marchés ou dans les écoles.

Pour vérifier qu’il connaît notre histoire et notre géographie au lieu de s’intéresser seulement aux droits qu’il pourrait obtenir.

Car, chers amis, je le dis avec force : pour nous, les frontières existent encore, les nations ne sont pas appelées à disparaître et si un invité est toujours un hôte de marque, il ne lui appartient pourtant pas de décider du menu.

Certes, je sais que ce que je dis n’est pas toujours facile à défendre.

Mais je sais, chers amis, que vous ne vous laissez pas intimider.

Rappelez-vous que ceux qui nous stigmatisent n’ont aucune leçon à nous donner.

Les socialistes vous traitent de « sécuritaires », voire de « fasciste »

Rappelez-vous que le fascisme est né dans le parti socialiste italien avec Benito Mussolini, le numéro 2 de ce parti et leur dirigeant le plus populaire

Rappelez-vous que nazisme signifie national-socialisme, que son drapeau était un drapeau rouge, et qu’il est né à l’extrême-gauche, avec Adolf Hitler, choisi même par les socialiste pour être ministre de l’information du gouvernement de Bavière pendant l’insurrection spartakiste. Adolf Hitler qui fit un pacte avec Staline, car qui se ressemble s’assemble.

Rappelez-vous qu’en France même le parti nazi fut créé par Jacques Doriot, le député communiste de Saint Denis et que le parti fasciste a été créé par Jacques Déat, député socialiste.

Oui, ne vous laissez pas faire quand vous êtes accusés de faire le jeu du populisme et des extrêmes par ceux qui s’acoquinent sans état d’âme avec l’extrême-gauche liberticide et qui, il y a un peu moins de 25 ans, ont fait rentrer 35 députés frontistes à l’Assemblée nationale !

Rappelez-vous que nous sommes les enfants du républicain Charles de Gaulle, qui résista aux sirènes extrémistes et tint toujours le cap de nos valeurs dans les pires tempêtes.

Ne vous laissez pas impressionner par les cris d’orfraie des socialistes alors que Barak Obama lui-même refuse de recevoir François Hollande dont il ne lui a pas été difficile de comprendre que ses propositions conduisent la France et l’Europe à la faillite tandis que ses alliances immorales le rendent otage de l’extrême-gauche.

Et puisque j’ai parlé allusivement du Front national, rappelez aux étudiants et à la jeunesse qu’il faut se méfier de tous les tours de prestidigitation. De ceux qui promettent aux Français monts et merveilles avec des idées simplistes.

Non, sortir de l’Europe ou de l’euro ne mènera nulle part, si ce n’est à la ruine de la France et à l’explosion du chômage !

Le vrai combat, responsable et fructueux est celui de la poursuite de la réforme des institutions européennes pour aboutir à une bonne gouvernance, respectueuse des nations.

Voyez ce que nous avons fait pour Schengen. Grâce à notre insistance, la libre circulation ne permettra plus demain l’arrivée incontrôlée d’une foule de clandestins.

Il ne faut pas détruire le système, et vivre au milieu des ruines, mais prendre son courage à deux mains et le réformer en profondeur, de l’intérieur.

Dîtes à la jeunesse de regarder les effets en Grèce et en Espagne des politiques démagogiques. Est-ce cela qu’ils veulent ? Le chaos et l’injustice sociale ?

Oui, chers amis, chers compagnons, vous êtes au premier rang de la bataille des idées, merci d’être là, merci de votre fidélité, merci d’aimer encore notre patrie.

Et c’est parce que je vois votre détermination, parce que je ressens votre enthousiasme, parce que je vois votre attachement à nos valeurs éternelles, que je vous le dis : nous allons gagner la bataille de France et nous fêterons ensemble  la victoire de notre Président, de Nicolas Sarkozy !

Yves ROUCAUTE

Réseaux sociaux