Rideau de fer sur le Venezuela

Rideau de fer sur le Venezuela

Par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles. 19 juillet 2017)

 

 

Un rideau de fer s’est abattu sur le Venezuela. Échappera-t-il à la guerre civile ? Hélas, je crains le pire. Malgré 56% de voix pour l’opposition aux législatives, la destitution du Président votée par le Parlement, sept millions de Vénézuéliens qui demandent par référendum des élections présidentielles anticipées, les universités révoltées, des manifestations de rues, jusque dans le quartier rouge de Catia, à Caracas, le gouvernement du Parti socialiste unifié et des communistes ne cède pas. Hugo Chavez puis Nicolas Maduro, son successeur à la présidence de la république « bolivarienne », prétendent toujours incarner peuple, pauvres, dominés, souffrance humaine. Et dispensent toujours ce discours, naguère séducteur, égalitariste anti-riche, anticapitaliste, antilibéral, les Etats-Unis jouant le rôle de bouc émissaire. Ces idoles de Jean-Luc Mélenchon, profitant de l’aubaine pétrolière, claironnent le succès de leurs « missions » pour l’alphabétisation, la gratuité des soins, la construction de logements.

Patatras !, chute du cours du pétrole.  Traque des énergies, nationalisations, des grandes entreprises au commerce de détail, mise sous tutelle étatique des entreprises produisent leurs effets : misère, crime, chômage, inflation de 741% depuis un an, monnaie qui a perdu 65% face au dollar, pénurie de médicaments et de nourriture, rationnements, marché noir, violences. 1,8 millions d’habitants sous 2200 calories par jour, 3,5 millions ont moins de 680 euros par mois, électricité coupée 4 heures par jour, fonctionnaires appelés à travailler deux jours par semaine pour économiser l’électricité.

La faute à la presse, aux libéraux, à « l’attaque de la monnaie organisée par Washington » dit Nicolas Maduro,. Le leader de l’opposition, Leopoldo Lopez, mis en prison puis en résidence surveillée, manifestants blessés par centaines, 93 tués ces trois derniers mois, groupes paramilitaires gauchistes issus des colectivos, associations de quartiers, qui arrêtent et frappent les dissidents, un « rôle exemplaire » déclare le vice-Président Jorge Arreaza ; le Venezuela sombre. Le 5 juillet, l’Armée vénézuélienne empêche l’entrée des députés au Parlement. Ceux-ci entrent quand même. Alors, un colectivo  armé séquestre 9 heures les députés et en blesse 5. Nicolas Maduro dénonce la «résurgence nazie fasciste » des démocrates: sempiternelle ritournelle de ces factieux de gauche. qui aidera le Venezuela à s’en débarrasser ?

 

Réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *