Quand la blouse fait le buzz

Quand la blouse fait le buzz

Par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles. 26 juillet 2017)

Les soixante-huitards l’avaient abolie, les Français l’ont anoblie : la blouse dans les écoles a le vent en poupe. Naguère bleue ou blanche pour les garçons, rose ou jaune pour les filles, grise pour les instituteurs, 56% des Français en ont la mélancolie. Faut-il dénoncer un désir « réactionnaire », à la façon des marmitons de la sociologie Bourdieu-Passeron, qui imaginent sous le col l’ étiquette « domination étatique et bourgeoise » ? Ou, en pédagogues « non directifs », rappeler le droit des élèves pubères à leur projet individualiste, jupes Chanel, top Cacharel et abaya islamique compris?

Le sens commun manque-t-il à ce point de bon sens ? Toutes les grandes civilisations, évitant la démagogie, ont construit leur système éducatif sur l’uniforme ou la blouse. Condition pour organiser symboliquement l’acquisition des savoirs et la culture commune des futurs citoyens dans la rupture nécessaire entre le monde de l’école et son dehors.

Quand François Guizot, en 1833, prescrit une école de garçons aux communes de 500 habitants, généralisée à toutes les communes par Falloux, en 1850 (qui ajoute l’école de filles), avant que Jules Ferry n’avalise l’instruction obligatoire et gratuite en 1882, la blouse s’imposer logiquement ? N’est-elle pas d’ailleurs l’instrument de travail du monde rural ? Et puis, elle évite de tâcher, par l’encre des porte-plumes, ceux qui n’ont qu’un « habit du dimanche ». Enfin, elle écarte, en partie, commérages, jalousies, rivalités autour des vêtements, pertes de temps.

Surtout, pour ces républicains, la blouse signale l’adieu aux signes ethniques, sociaux, religieux, et la mise à distance des différends inutiles au système. Sont seulement mesurés et jugés, le travail, les connaissances, l’habileté, la capacité dans les arts et les sports. Contre l’inégalité de droit voulue par certains monarchistes. Contre l’égalité de fait, impossible disait Jules Ferry à ses ennemis socialistes et anarchistes qui s’opposaient à l’école libre et gratuite, prétendue ruse du capital pour asseoir sa domination : la clef d’un ascenseur social fondé sur l’inégalité juste, mesurée par le mérite. Une façon, en même temps, de vivifier le patriotisme par l’amour de la France qui donne à chacun sa chance, et le respect des autorités républicaines incarnées par le maître en blouse grise salué par les élèves.

Si l’habit de fait pas toujours le moine, assurément la blouse façonne l’enfant républicain.

 

Réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *