Denis Jeambar et Yves Thréard présentent Le Bel Avenir de l’Humanité

Denis Jeambar et Yves Thréard présentent mon livre

Le Bel Avenir de l’Humanité 

(ed Calmann-Lévy, collection Liberté de lEsprit. Cliquer ici pour achat: https://calmann-levy.fr/livre/le-bel-avenir-de-lhumanite-9782702163481)

VideoLeBelavenirdel’humanitéPublicSénat29.10.2018

Le Bel Avenir de l’Humanité (Calmann-Lévy)

Chaîne Parlementaire, Public-Sénat. 29 octobre 2018

 

Entretien Le Bel Avenir de l’Humanité (Atlantico)

Entretien pour Atlantico. 28 octobre 2018.

https://fr.news.yahoo.com/bel-avenir-l-humanité-livre-va-secouer-074535323.html

 

Yves Roucaute est l’auteur de l’ouvrage « Le bel avenir de l’humanité », publié aux éditions Calmann-Lévy. Dans ce livre à la fois joyeux et érudit, accessible et savant, il balaie les illusions d’hier. Ses analyses rigoureuses et pleines d’humour revisitent les fables et les récits mythologiques. Retrouvez l’entretien d’Yves Roucaute.

Atlantico : Votre livre peut être lu comme une réponse cinglante, voire comme un soufflet, à un écrivain que Le Point décrivait il y a peu comme « le penseur le plus important de notre époque », l’Israélien Yuval Noah Harari. Vous le qualifiez pour votre part de « petit maître de Vérité ». Comment expliquez-vous son succès alors qu’il proclame l’arrivée d’un « Homme Dieu », à la place de l’homo sapiens, ce qui préparerait, par les progrès technologiques, la disparition de l’espèce humaine ?

Yves ROUCAUTE : Oui, c’est vrai, on peut aussi voir mon livre comme une réponse à Yuval Noah Harari et à son conte d’une humanité qui serait détruite par ses propres œuvres bien que j’ai commencé cet ouvrage il y a 4 ans.
Mais je ne voudrais pas que les lecteurs pensent que je n’aime pas les contes pour enfants (rires). J’utilise d’ailleurs les fables, les mythes, les récits, mais, à la différence de Yuval Noah Harari, il s’agit pour moi d’amuser le lecteur, de lui procurer de la joie et de la légèreté afin de lui permettre de saluer la fantastique période que nous vivons.
La séduction des prophètes du malheur qui vendent l’apocalypse pour demain s’explique facilement. Toute période de bouleversements en produit comme le notait l’ami Umberto Ecco. Ils rencontrent l’assentiment de ceux qui ont peur de l’avenir. Or, notre époque est propice aux vendeurs d’apocalypse car, dans l’histoire de l’humanité, si l’on met de côté l’usage massif du feu il y a 400 000 ans, il y a eu deux révolutions fondatrices et nous sommes en train de vivre la seconde.

https://fr.news.yahoo.com/bel-avenir-l-humanité-livre-va-secouer-074535323.html

 

Sortie le 17 octobre de LE BEL AVENIR DE L’HUMANITÉ

LE BEL AVENIR DE L’HUMANITÉ

Par

Yves ROUCAUTE

Pour achat: https://calmann-levy.fr/livre/le-bel-avenir-de-lhumanite-9782702163481

4ème de couverture par Denis Jeambar.

« Le monde qui s’offre à nous est formidable. »
C’est un livre jubilatoire que nous propose le philosophe Yves Roucaute. Une ode à la révolution des Temps contemporains. Abolition du travail et robots, corps bioniques et bébés sur mesure, clonage et cryogénisation, suppression des maladies, télétransportation et véhicules autonomes, disparition de l’État, de la guerre, de l’oppression des nations, économie collaborative et réseaux sociaux, abrogation du dressage éducatif et de l’écriture, libération du corps féminin, art contemporain, bonheur et immortalité, le meilleur est devant nous.
Fruit d’un considérable travail de recherches philosophiques, historiques et scientifiques, ce récit passionnant revisite toute l’histoire de l’humanité. Adieu le chimérique Homo sapiens, l’opposition « matérialisme » et « idéalisme », adieu « socialisme », « libéralisme », « utilitarisme », adieu tristesse des professionnels de l’apocalypse. « Je suis Celui qui crée », tel est le credo de l’homme contemporain, parvenu à la conscience de lui-même, celle de l’Homo creator.
 
Dans un texte à la fois joyeux et érudit, Yves Roucaute bouscule tout, ébranle les certitudes, sans jamais plonger le lecteur dans le néant. Il lui propose un avenir. Le meilleur qui soit avec la poursuite de cette odyssée de la liberté vers la conquête des étoiles qui donne son sens secret à l’histoire humaine.
 
 
Agrégé de philosophie, docteur d’État, professeur agrégé de sciences politiques à Paris X-Nanterre, Yves Roucaute a écrit de nombreux essais dont La Puissance de la liberté, La Puissance d’humanité, Splendeur et Misère des journalistes, Éloge du mode de vie à la française. De l’Afghanistan avec le commandant Massoud à Cuba aux côtés des dissidents, dans tous les journaux et revues auxquels il a collaboré, il n’a cessé de combattre pour la liberté dans le monde.

Per Catalunya !, le droit à l’autodétermination de la Catalogne

 

Per Catalunya !, le droit à l’autodétermination de la Catalogne

(Publié dans Le Monde, 11 octobre 2017) http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/11/la-catalogne-peut-pretendre-au-droit-a-l-autodetermination_5199254_3232.html

Par Yves ROUCAUTE,

 

Ce mardi 10 octobre, en proclamant ouvert le chemin de l’indépendance, en donnant un temps pour le dialogue et en dénonçant la stratégie de peur déclenchée par Madrid, le Président de la région de Catalogne, Carles Puigdemont, a appelé chacun à sa responsabilité. « Nous ne sommes pas des fous, pas des putschistes », mais « un peuple ne peut accepter un cadre qui ne lui convient pas ». L’Europe restera-t-elle sourde, une fois encore, à la demande pacifique de cette Catalogne qui réclame depuis quatre siècles le droit de choisir son destin? L’Espagne persistera-t-elle à jouer le conflit civil au lieu de l’apaisement ?
Hélas, je crains le pire. Dans le déni du réel, palme au gouvernement Mariano Rajoy qui refuse toute négociation et menace de prendre le contrôle de la Catalogne. La majorité « silencieuse » serait avec lui prétend-il: alors pourquoi refuser un référendum que Canada et Royaume-Uni avaient accepté pour le Québec et l’Ecosse? Le référendum du 1er octobre pour l’indépendance n’aurait pas existé. Diantre ! Malgré fermeture de centaines de bureaux de vote, violences policières et 700 blessés, saisie de dix millions de bulletins, arrestations de 16 dirigeants catalans, persécutions pour « délit de sédition » : 2,3 millions de votants pourtant, dont 90% pour l’indépendance. Volonté confirmée par vote du Parlement et grève générale. Il y aurait 43% des inscrits seulement ? Une claire majorité rapportée aux élections générales (2016), où il y eut 3,5 millions de votants. Bruits de bottes donc. La royauté même, atout lors de la sortie du franquisme, a retrouvé ses accents archaïques, avec Felipe VI, devenu l’un des piliers du bar madrilène où s’abreuvent étatistes, de gauche et de droite.
Et l’Europe ? À Bruxelles, à l’exception de quelques amis de la liberté, lâcheté ou conformisme : exactions de Madrid condamnées du bout des lèvres mais on chante à tue-tête la version laïcisée de l’Apocalypse. L’indépendance ? « Désastre », « nationalisme », « destruction de l’Etat de droit », « sortie de l’euro », « explosion de l’Europe ». Presque la fin du monde.
La Catalogne est-elle une nation ?, telle est la question. Si cela est, qui peut lui interdire de choisir la forme d’Etat qui lui convient et de la modifier ? Tant pis pour les idolâtres de l’Etat : « le pouvoir fait retour au peuple, qui a le droit de reprendre sa liberté originelle et d’établir telle législature nouvelle que bon lui semble » (John Locke).
Or, la nation catalane existe. L’Europe l’a rencontrée. Elle naît avec Charlemagne et son ancienne Marche d’Espagne, dirigée par Guifred le Velu, nommé comte de Barcelone en 878. Cette maison de Catalogne s’allie avec l’Aragon, en 1137, pour former un Etat, avec son exécutif autour de Raimond-Béranger IV de Barcelone. Union qui consacre un roi commun, tenu par un pacte : le respect de l’indépendance institutionnelle et financière de l’Aragon et de la Catalogne. Avec son pouvoir exécutif, son Parlement (Corts), son droit coutumier, mixte de droit romain et germanique (Usatges), ses mœurs, sa langue. Cette nation proclame la république en 1641, elle l’emporte contre Philippe IV, à la bataille de Montjuic, et fut une clef du développement européen avec ses échanges terrestres et maritimes.
Mais le colonialisme frappe, lors de la guerre de succession d’Espagne, avec la victoire de Philippe V, un Bourbon, qui au nom du « droit de conquête », érige un Etat centralisé et bureaucratique sur le modèle de l’absolutisme français. Chute de Barcelone, le 11 septembre 1714, et par un décret du 16 janvier 1716, ce pouvoir prétend rayer mille ans d’histoire. Institutions dissoutes, catalan interdit, administrations et municipalités sous contrôle : la Catalogne doit disparaître.
Alors, ce peuple exerce son droit de résistance face à l’oppression. Le 11 septembre, devint jour de la « nation catalane » (Diada). Villages et villes : le « catalanisme » vit. Face à Bonaparte ou au général Franco, ils étaient là, en armes, ces Catalans, épris de république et de liberté. Au point de mourir pour elles, à la manière de Lius Companys, héroïque Président du gouvernement catalan, fusillé en 1940, qui avait proclamé, en 1934, l’indépendance.
Invoquer le viol de l’Etat de droit ? Quel est ce « droit » qui prétend nier celui des peuples « à disposer d’eux-mêmes », garanti par la morale universelle et l’article 1 de la Charte des Nations unies ? Se cacher derrière la Constitution espagnole ? Ne reconnaît-elle pas, en 1978, la « nationalité » catalane ? Et depuis le préambule de la loi du 19 juin 2006, la Catalogne n’est-elle pas une « nation » ? Une Constitution acceptée pour extirper le pire, le franquisme, en transition vers plus d’autonomie. Quant au droit international, la Catalogne vaudrait-elle moins que Croatie, Bosnie ou Kosovo dont l’indépendance fut imposée par l’Europe?
Ne pas ouvrir la boîte de Pandore des nationalismes ? De qui se moque-t-on ? Quel pire nationalisme que celui qui impose des fers à une autre nation? Préserver le colonialisme, recommencer les erreurs des Traités de Versailles et du Trianon ? La paix ne se peut sur le mépris des nations, seulement les dynamiques mortifères de haine.
Veulent-ils sortir de l’Union, ces indépendantistes ? Non. De l’euro? Pas plus. Quand plus d’un Etat européen est miné par ses forces brunes, la Catalogne, principale puissance économique d’Espagne, rêve d’une Europe des nations. Catalogne coopérant avec l’Espagne dans une Europe démocratique : voilà le chemin de la liberté. Celui de son rayonnement aussi. Du conflit israélo-palestinien à la question kurde, quelle crédibilité pour l’Europe sinon? Autodétermination des nations ? De droit. Indépendance ? Quand une nation le veut, cela se doit. Applaudissons ces Catalans bon enfants qui dansent la sardane en chantant Els Segadors. Une façon bien catalane de rappeler qu’«une nation n’a de caractère que lorsqu’elle est libre » (Madame de Staël).

Le Lionceau Mélenchon et le Moucheron communiste

Le Lionceau et le Moucheron

par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles, 25 septembre 2017)

« Entre nos ennemis, les plus à craindre sont souvent les plus petits » disait Jean de la Fontaine. Depuis longtemps déjà, le lionceau Mélenchon tançait de haut le moucheron communiste. L’insecte, à vrai dire, paraissait chétif et, pour tout dire, moribond : 6,60% de voix aux présidentielles  de 1995, 2,33% en 2002, 1,97% en 2007, et incapacité de se présenter depuis. Aux présidentielles de 2017, le rugissant en avait profité et avait présenté sa candidature sans avis du virevoltant qui, raillé, dut se rallier. La fête de l’Humanité devint celle de l’inimitié. Oubliant toute bienséance royale, au lieu de gambader dans la savane de La Courneuve pour flatter le moucheron, le quadrupède joua le coup du mépris : il partit aux antipodes, du côté de l’océan indien.

Depuis, bataille picrocholine.« « Il est absent, mais le peuple est présent » déclara le leader communiste, Pierre Laurent qui dénonça « sirènes du dégagisme » et monarchie mélenchonienne usurpée car « personne ne peut détenir la vérité à lui tout seul ». « Tout le monde pleure parce que je n’y suis pas« , le peuple c’est moi, répliqua Mélenchon-Moi-Les-Gens qui fustigea une « direction communiste en perdition« . Et d’appeler, solo, à une manifestation anti-Macron le 23 septembre.

Facile de se moquer. Le PCF n’a pas seulement abandonné la faucille et le marteau, il a aussi substitué la méthode Coué à la dialectique. 1945, première fête de l’Huma d’après guerre : un million de personnes se rassemblèrent, pour écouter « Maurice » (Thorez) et célébrer « le parti des fusillés » aux 26,23% des voix. Le simulacre avait de la gueule. Aujourd’hui, 80 000 personnes pour écouter Iggy Pop ou Renaud. Enlevez les concerts : plus personne. Se flatter d’avoir la présence de Benoît Hamon, trotskistes, écolos rouge-vert? Quelques cars de tourisme supplémentaires. Pas de quoi se frayer un passage entre insoumis de Mélenchon et gauche macronienne. Sans oublier une PS qui pourrait bien renaître de ses cendres si le terrain de la gauche classique était laissé en friche.

Reste qu’affaibli, le PCF bourdonne, irrite et pique. Communisme municipal ? 135 villes de plus de 3500 habitants. Parti ? Il existe, pas seulement sur internet. Et Pierre Laurent sait le tenir: réélu avec 100% des voix. Une capacité de nuisance suffisante pour interdire au grand démagogue français d’unifier la gauche demain pour s’en repaître. Pas nécessairement une mauvaise nouvelle.

.

 

Nicolas Hulot dans l’œil du cyclone

Nicolas Hulot dans l’œil du cyclone

 

Par

Yves Roucaute

(Paru Valeurs Actuelles, 18 septembre 2017)

 

« Que ça nous serve de leçon, le pire est devant nous » : profitant d’Irma et de Jose, les cyclones qui ont déferlé sur les Antilles, Nicolas Hulot joue à Zacharie, prophète de l’Apocalypse. Et « il y a un moment où on touche les limites ». Origine des ouragans ? Le réchauffement dû aux humains qui ne l’écoutent pas. De force 4 ou 5, ils n’auraient jamais été aussi nombreux. Irma, le plus monstrueux: vents de 295 km/h, vagues de 10 mètres, 11 morts, du jamais vu, jamais connu, foi de Nicolas Hulot.

Après les cavaliers, les ânes de l’apocalypse. Passons sur Katrina, en 2005 : vents de 280 km/h, vagues de 11 mètres. Sur Mitch, en 1998 : 290 km/h, 20 000 morts. Mais Hugo, en 1989? Rafales de 300 km/h, Guadeloupe ravagée. Gilbert, en 1988 ? Antilles, Etats-Unis, Venezuela, Mexique : vents à 295 km/h, 29 tornades, 341 morts. Camille, en 1969 ? Rafales de 340 km/h, marée de 7,5 mètres, Mississipi, Louisiane, Alabama saccagés. Je n’ose évoquer Bhola, en 1970, 500 000 morts, ou Nancy, en 1961 : 173 morts, 870 millibars de pression, vents de 345km/h. Oubliés l’ouragan de Galveston, en 1900 : rafales de 300 km/h, 10 000 morts et le Grand Ouragan  de 1780: 320km/h, 19 000 morts. Des cyclones de 1666, 1672, 1680, 1694… en Martinique, île  rasée en 1766, avec 500 morts et 580 blessés ? Politiquement incorrect.

De plus en plus de cyclones ? 13 en 1950, 14 en 1954, 10 en 1954, 12 en 1955… En 1887 : 17 tempêtes tropicales dont 10 ouragans. A l’inverse, pas d’ouragan de catégorie 4 ou 5 en 2012 et seulement 2 en 2013. En cause ? El Nino, qui n’est pas écolo. Trois ouragans de suite, exceptionnel? Non. Martinique et Guadeloupe, en 1967 et en… 1642 aussi. Mélangez un amas nuageux orageux, de l’eau de mer chaude (26,5 ° minimum) sur 50 mètres de profondeur au moins, des vents réguliers, pas trop près de l’équateur: et hop !, baisse de pression en bas vers la mer, hausse de pression sur le haut des nuages, notre cyclone est là. Aves Zacharie Hulot abolissons Neptune : ouragans de 2500 km/h.

Retenir des « leçons » ? Pourquoi pas. Pas d’évacuations de Saint Martin, pas d’envoi de troupes, comme aux Etats-Unis, avant l’arrivée d’Irma, prévu depuis longtemps. Chaos, pillages, machettes ? Imprévisibles dans une île réputée pour sa délinquance ? Las !, l’idéologie est une seconde nature et « Il est impossible de faire concevoir à un homme naturellement aveugle qu’il ne voit pas » (Montaigne).

 

Fables : l’eau fraîche de La Fontaine en CM2

Fables : l’eau fraîche de La Fontaine

par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles. 13 septembre 2017)

Offrir les Fables de Jean de La Fontaine  à 150 000 élèves de CM2? Anecdotique proclament les syndicalistes archaïques, qui préfèrent dénoncer la « vision passéiste » » du ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, « libéral sanguinaire », (Francette Popineau). Anecdotique ? Pas sûr. «  Les fables ne sont pas ce qu’elles semblent être; Le plus simple animal nous y tient lieu de maître. Une morale nue apporte de l’ennui: Le conte fait passer le précepte avec lui. » (Le Pâtre et le lion). Et quels préceptes ! Force gens font du bruit en France » pour s’opposer à toute réforme dit L’Âne vêtu de la peau du lion. Tel cet âne déguisé en lion qui « faisait trembler tout le monde ». Soudain, perdant sa peau, le simulacre est éventé. La peur s’éloigne. L’intérêt général peut l’emporter.

Combien de ministres ont été effrayés par les menaces, manifestations et grèves de ces archaïques nourris d’égalitarisme, de laxisme, de pédagogisme et de bureaucratisme? Grands perdants : les enfants déshérités. Malgré 50,5 milliards d’euros pour l’éducation, en 2018 : échec garanti pour eux. « Hélas ! On voit que de tout temps/ Les petits ont pâti des sottises des grands » (Les Deux taureaux et une Grenouille).

Pour en sortir ? Laisser les ânes et redonner son sens à l’éducation. Sinon, « faute de cultiver la nature et ses dons, O combien de Césars deviendront Laridons ! » (L’Education), des enfants étouffés par des pédagogues aux discours vains et aux idées courtes, des assistés des cuisines de l’Etat, futurs chômeurs. Comment cultiver les dons, sinon en montrant, à la façon du laboureur, « que le travail est un trésor » (le laboureur et ses enfants) ? Autorité des maîtres, Marseillaise, classes d’excellence, bilingues et européennes, latin et grec, doublement, semaine de quatre jours, devoirs sur table, initiatives de terrain, autonomisation des établissements jusque dans le recrutement, dédoublement de 2500 classes au CP dans les zones d’éducation prioritaire et la musique  même ! Et au lieu de l’adhésion du lobby, celle de la nation.

Critique des idolâtries et construction d’une citoyenneté respectueuse d’autrui, des lois et des autorités ? Culture de tolérance, paix et amitié : merveilleuses Fables de La fontaine pour cimenter les jeunes à la nation. « Qui veut faire de grandes choses doit penser profondément aux détails » disait Valéry, un autre de nos grands poètes.

Corée : quand les pacifistes perdent le nord

Corée : quand les pacifistes perdent le nord

par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles, le 31 août 2017)

Désescalade entre États-Unis et Corée du nord ? Le feuilleton de l’été se termine. Qui s’en plaindra ? Remake de la guerre de Corée (1950-1953), le psychodrame a viré en farce. La faute aux acteurs.

Passe encore pour Kim Jong-un, le burlesque dictateur nord-coréen qui voulait «faire payer aux Etats-Unis le prix de leurs crimes un millier de fois» en menaçant d’attaque nucléaire l’île américaine de Guam. Et pour Donald Trump qui a promis, en riposte, « feu et fureur». Chacun dans son rôle. Mais les acteurs « pacifistes » étaient vraiment grotesques de vouloir rejouer au manifestant anti-impérialiste qui soutenait, en 1950, la Corée communiste quand elle avait envahi le Sud, après la partition du pays entre Etats-Unis et URSS autour du 38ème parallèle.

Yann Moix aurait « enquêté » en Corée du nord sur la pensée des Nord-coréens. Sa source d’info ? Les « guides » touristiques. Choisis par le parti : du solide. « Les Nord-Coréens vous expliquent à longueur de journée que pour eux, taper en premier n’a aucun sens » (Paris Match) dit-il, convaincu aussi du pacifisme des dirigeants. Pacifisme inouï: dénonciation de l’armistice avec le sud en 2009, annonce d’un nouvel état de guerre en 2013, envoi de missile dans la zone japonaise, militarisation de la société, menaces de massacres nucléaires.

Plus incroyable encore : profitant d’une menace fantasmée de Washington, «  les leaders Kim Il-sung, Kim Jong-il puis Kim Jong-un ont réussi à dresser la population et la souder. »  Oui, les Coréens derrière leur leader, ça c’est de l’info ! 300 000 prisonniers politiques qui ne ressortiront pas vivants des camps de Yodok, Kaech’on, kwan-li-so, Haengyong, Chongjin, tellement ils y sont bien. 100 000 habitants qui ont fui en Chine pour gambader. Tortures, disparitions, exécutions, condamnations à la prison à vie pour christianisme, bouddhisme, pratique du Cheondogyo : Disneyland et bientôt un film.

Faute de guides, l’O.N.U. condamne un régime de terreur. La Chine même vient de refuser importations de fer, de minerais et de fruits de mer nord-coréens. Et Washington a brisé Kim Jong-un en rappelant que son arme nucléaire n’est pas dissuasive : 70 sous-marins, âgés d’un demi siècle pour les plus performants (classe Roméo), et pas de sous-marin nucléaire lanceur d’engins. Donc, pas de seconde frappe. En cas de conflit : anéantissement coréen garanti. N’en déplaise à quelques acteurs présomptueux, il était vraiment temps d’arrêter le mauvais téléfilm.

First lady: Le nouveau jeu de Dames

First lady: Le nouveau jeu de Dames

Par

Yves Roucaute

(paru, Valeurs Actuelles, le 3 août 2017)

« Que diable allait-il faire dans cette galère ? » (Molière). Le Président devait-il sortir de ses cartons un statut de Première Dame pour l’inscrire dans la Constitution ? Un brin maladroit et un tantinet intempestif : chômage, terrorisme, migrations , 897 voitures brûlées le 14 juillet, régime des retraites, réforme territoriale, fiscalité, référendum d’entreprise étaient sans doute plus urgents.

La gauche militante a évidemment joué la moralité outragée et l’égalité bafouée. 220 000 signatures pour exiger l’abandon du « statut » et le refus d’un emploi familial élyséen. « À l’heure où l’Etat (…) souhaite moraliser la vie politique, se pose un problème de conscience nationale » tonitrua Thierry Paul Valette, initiateur de la pétition, écrivain potentiel, parfois peintre, organisateur du concerts de casseroles contre François Fillon, dirigeant d’Égalité nationale dont il est l’adhérent, qui avait naguère lancé un texte contre « l’importation de poupées robots sexuelles » (191 signatures).

Et le gouvernement a cédé.  Adieu, le « statut de Première Dame » ! A la place ? « Une Charte de la transparence ». Plus qu’un recul, un signal de faiblesse.

Un statut de Première Dame serait-il d’ailleurs inutile ? Dénoncer la monarchie ? Ce statut n’y existe pas. La tyrannie ? Pas plus. Quand, le 9 novembre 1932,  Nadedja, irritée par ses frasques, refuse de lever son verre avec son époux Staline pour célébrer l’anniversaire de la révolution, celui-ci crie : « Eh toi ! Bois un coup ! ». « Mon nom n’est pas, eh toi ! » répond Nadedja qui quitte la salle avant de se suicider. L’épouse de Mussolini, Rachele Guidi ? Celle d’Adolf Hitler, Eva Braun ? Des « eh, toi ! ». Et il en va ainsi dans tous les Etats autoritaires aujourd’hui encore.

Dolley Madison, en 1812, épouse du Président James Madison (1809-1817), fut la première à refuser d’être une « eh, toi ! ». Elle aida les orphelins et sauva au péril de sa vie des trésors nationaux dans la guerre contre les Britanniques. Depuis, les épouses de Président sont des « First Lady », non salariées, assistées d’un cabinet, hôtesses de la Maison Blanche, chargées d’un rôle social. Et quand la femme est Gouverneur, le mari est un « First Gentleman ».

Contre le « Eh, toi ! » : l’acceptation du couple présidentiel avec ses responsabilités, inégales mais réelles. Le bon sens républicain qui, de la Tchéquie au Brésil, n’a pas besoin d’être gravé dans la Constitution.

 

Quand la blouse fait le buzz

Quand la blouse fait le buzz

Par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles. 26 juillet 2017)

Les soixante-huitards l’avaient abolie, les Français l’ont anoblie : la blouse dans les écoles a le vent en poupe. Naguère bleue ou blanche pour les garçons, rose ou jaune pour les filles, grise pour les instituteurs, 56% des Français en ont la mélancolie. Faut-il dénoncer un désir « réactionnaire », à la façon des marmitons de la sociologie Bourdieu-Passeron, qui imaginent sous le col l’ étiquette « domination étatique et bourgeoise » ? Ou, en pédagogues « non directifs », rappeler le droit des élèves pubères à leur projet individualiste, jupes Chanel, top Cacharel et abaya islamique compris?

Le sens commun manque-t-il à ce point de bon sens ? Toutes les grandes civilisations, évitant la démagogie, ont construit leur système éducatif sur l’uniforme ou la blouse. Condition pour organiser symboliquement l’acquisition des savoirs et la culture commune des futurs citoyens dans la rupture nécessaire entre le monde de l’école et son dehors.

Quand François Guizot, en 1833, prescrit une école de garçons aux communes de 500 habitants, généralisée à toutes les communes par Falloux, en 1850 (qui ajoute l’école de filles), avant que Jules Ferry n’avalise l’instruction obligatoire et gratuite en 1882, la blouse s’imposer logiquement ? N’est-elle pas d’ailleurs l’instrument de travail du monde rural ? Et puis, elle évite de tâcher, par l’encre des porte-plumes, ceux qui n’ont qu’un « habit du dimanche ». Enfin, elle écarte, en partie, commérages, jalousies, rivalités autour des vêtements, pertes de temps.

Surtout, pour ces républicains, la blouse signale l’adieu aux signes ethniques, sociaux, religieux, et la mise à distance des différends inutiles au système. Sont seulement mesurés et jugés, le travail, les connaissances, l’habileté, la capacité dans les arts et les sports. Contre l’inégalité de droit voulue par certains monarchistes. Contre l’égalité de fait, impossible disait Jules Ferry à ses ennemis socialistes et anarchistes qui s’opposaient à l’école libre et gratuite, prétendue ruse du capital pour asseoir sa domination : la clef d’un ascenseur social fondé sur l’inégalité juste, mesurée par le mérite. Une façon, en même temps, de vivifier le patriotisme par l’amour de la France qui donne à chacun sa chance, et le respect des autorités républicaines incarnées par le maître en blouse grise salué par les élèves.

Si l’habit de fait pas toujours le moine, assurément la blouse façonne l’enfant républicain.