L’Europe des cabris à l’agonie

L’Europe des cabris à l’agonie

L’Union ne fait pas la force

Le Brexit sonne le glas d’un projet fédéraliste qui ne peut assurer sécurité, prospérité et cohésion en Europe.

(publié dans Valeurs Actuelles après le Brexit)

« Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant « l’Europe ! », « l’Europe ! », « l’Europe ! » mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien » disait Charles de Gaulle en 1965. Après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, biquettes et biquets sautillent comme jamais. Une catastrophe, disent les uns. Du pain béni pour renforcer l’Union sans les galeuses brebis, répliquent les autres. Que nenni, quittons l’Europe à jamais et sonnons le sauve-qui-peut général, bêlent ceux qui regrettent leur rocher. Le temps est venu de prendre un peu de distance pour penser l’Europe.

Le Royaume-Uni a quitté l’« Union européenne » dit-on. L’avait-il vraiment rejointe ? Quand France, République fédérale d’Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg fondent la Communauté européenne du charbon et de l’acier, en 1951, il n’y est pas. En 1957, création de la Communauté économique européenne : il s’y oppose. En 1963, puis 1967, le marché paraissant bien gouteux, il veut s’arrimer au continent, à ses conditions : négociation de la politique agricole commune, maintien des liens avec Etats-Unis et Commonwealth. Il y a de l’abus, dit la France, qui refuse. Soudain, 1973, le Royaume-Uni promet ce que l’on veut et hop !, l’adhésion. Et hop, un plus tard, car l’Albion est rapide, d’aucuns diront perfide, le travailliste Harold Wilson exige une renégociation. Il obtient plein de concessions et même la possibilité d’un remboursement des contributions. Le chantage ne cessera plus. Le plus célèbre, celui de Margaret Thatcher qui exige « I want my money back » et obtient un rabais sur l’excédent versé. L’euro ? La charte sociale ? Espace Schengen ? Renforcement des règles budgétaires. Exemptions. Et, dernièrement, quatre de plus demandées pour rester.

Finalement, elle est partie l’Albion ? Oui, mais pas très loin. Le tunnel sous la manche reste. Naguère, membre de l’Association européenne de libre-échange, elle y retournera et retrouvera Liechtenstein, Islande, Norvège, Suisse qui conservent leur souveraineté sans transfert de compétences, sans politique commune. Avec les trois premiers, elle redeviendra membre de l’Espace Economique Européen qui adopte 80 % de la législation de l’Union et assure libre-circulation aux personnes, marchandises, services, capitaux. Elle sera ruinée l’Albion ? Pas plus que la Norvège, deuxième produit intérieur brut par habitant du monde, le Liechtenstein, premier, la Suisse, quatrième, l’Islande, seizième, devant Allemagne ou France.

Pour penser l’avenir de l’Europe, « Il faut prendre les choses comme elles sont » pensait Charles de Gaulle. Et non prescrire un modèle idéal de type platonicien sans tenir compte de la réalité, tels ces idéologues qui veulent intégrer les nations dans un moule fédéral, celui des Etats-Unis d’Europe. Sur un territoire peu peuplé, les colons anglais n’avaient-ils pas la même origine, la même langue, la même religion, les mêmes mœurs, jusqu’à la cérémonie du thé ? Les cabris ont nié valeurs universelles d’origine chrétienne, histoire trimillénaire et mœurs propres des esprits nationaux au lieu d’en partir pour construire une solidarité organisée, une coopération efficace, une confédération forte, à la façon dont Aristote concevait les bonnes institutions. Et voilà la Turquie voire l’Albanie au bord de l’Union, mais non Russie et Biélorussie, et voilà le je-m’en-foutisme des critères pour accueillir ou refuser les migrants, voilà le chômage dû au manque de libertés, voilà l’insécurité et l’incapacité de riposter à nos ennemis. Brouter l’herbe supranationale ? Indigeste. La paix, la sécurité et la prospérité, exigent une autre ambition.

Extrait

LE BEL AVENIR DE L’HUMANITÉ

Par

Yves ROUCAUTE

 

4ème de couverture par Denis Jeambar.

« Le monde qui s’offre à nous est formidable. »
C’est un livre jubilatoire que nous propose le philosophe Yves Roucaute. Une ode à la révolution des Temps contemporains. Abolition du travail et robots, corps bioniques et bébés sur mesure, clonage et cryogénisation, suppression des maladies, télétransportation et véhicules autonomes, disparition de l’État, de la guerre, de l’oppression des nations, économie collaborative et réseaux sociaux, abrogation du dressage éducatif et de l’écriture, libération du corps féminin, art contemporain, bonheur et immortalité, le meilleur est devant nous.
Fruit d’un considérable

Conférences de Yves Roucaute

Organisées par Melitta SCHNEEBERGER

Présidente de Contemporary Bookstore SAS

 

&nbsp… Continue reading

 

Per Catalunya !, le droit à l’autodétermination de la Catalogne

(Publié dans Le Monde, 11 octobre 2017) http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/11/la-catalogne-peut-pretendre-au-droit-a-l-autodetermination_5199254_3232.html

Par Yves ROUCAUTE,

 

Ce mardi 10 octobre, en proclamant ouvert le chemin de l’indépendance, en donnant un temps pour le dialogue et en dénonçant la stratégie de peur déclenchée par Madrid, le Président de la région de Catalogne, Carles Puigdemont, a appelé chacun à sa responsabilité. « Nous ne sommes pas des fous, pas des putschistes », mais « un peuple ne peut accepter un cadre qui ne lui convient pas ». L’Europe restera-t-elle sourde, une fois encore, à la demande pacifique de cette Catalogne qui réclame depuis quatre siècles le droit de choisir son destin?… Continue reading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *