La guerre contre le djihadisme

La guerre contre le djihadisme

Entretien avec Atlantico, le 15 juin.

1 Atlantico

Ces derniers jours ont été marqués par deux attentats perpétrés par des djihadistes islamistes connus des services de renseignement intérieur français et américains. Plusieurs responsables politiques ont qualifié la situation actuelle de guerre contre le terrorisme. Faut-il aller au bout de cette logique de guerre contre la terreur ? Qu’est-ce que cela pourrait impliquer très concrètement , comme des mesures d ‘internement des personnes suspectées d’intelligence avec l’ennemi jusqu’à ce que la menace disparaisse ?

 

Yves Roucaute : Les opérations militaires menées sur le territoire libyen, syrien et irakien sont nécessaires mais elles ne suffisent pas. Le courage des troupes kurdes peut permettre d’éradiquer l’Etat islamique mais non l’islamisme djihadisteIl faut comprendre que la bataille doit être menée sur notre sol aussi. Cela signifie qu’il n’est pas possible de compter sur des victoires militaires pour l’emporter contre le djihadisme salafiste.

 

Ces batailles et ces victoires montrent dans le même temps que cela ne change pas fondamentalement la donne ni en France ni aux Etats-Unis, ni dans aucune démocratie. Et la menace terroriste reste et restera présente partout dans le monde. Prenons-en acte.

 

Est-ce que nous gagnerons cette guerre par la conjonction d’un durcissement du droit et des forces policières ? Non, nous ne gagnerons pas en mettant un policier derrière chaque Français, ni en limitant chaque jour davantage nos libertés. Cela ne signifie pas qu’il ne faille pas augmenter les effectifs de la police, ou donner des moyens juridiques d’intervention supplémentaires. Mais déjà, appliquons ce qui existe déjà.

Néanmoins, il est clair qu’il n’est pas normal que nous ne prenions pas au sérieux cette guerre menée sur notre sol, que nous relâchions des gens qui menacent la sécurité des Français, qui tiennent des propos ouvertement salafistes, qui ont des comportements salfistes, qui sont fichés S pour islamisme radical, qui soutiennent les terroristes.

Les individus qui soutiennent ceux que combattent nos troupes sont nos ennemis. En termes juridiques, ces individus, qui ont fêté les attentats par exemple comme on le vit à la maison d’arrêt de Villepinte qui était en liesse après les attentats contre la supérette casher et le journal Charlie, commettent  des actes de trahison. Le code pénal est clair dans ses articles 411-2 à 411-11. Ils doivent être sanctionnés. Il est anormal que l’on utilise pas ces textes légaux, le laxisme devient chaque jour lus insupportable. La question n’est pas de supprimer la liberté dans ce pays, mais lorsque des gens sont complices de ceux que l’on combat, il faut les punir et les mettre hors d’état de nuire.

Et que l’on ne vienne pas nous dire que le Conseil d’Etat ou une autre institution judiciaire ne permettraient pas de neutraliser os ennemis comme le fait l’actuel ministre de la justice. Il faut que ceux qui nous gouvernent, malheureusement plus souvent gestionnaires type ENA, que politiques, apprennent que la société n’est pas au service du droit mais que c’est le droit qui est au service de la société. Et qu’un Etat de droit n’est pas un Etat qui permet le viol des libertés, en particulier de la première d’entre elles, la propriété et la sécurité de son corps, le droit à la vie, mais qu’il est là pour l’assurer. Si les textes ne le permettent pas, il faut changer les textes. Si des institutions telle que le Conseil d’Etat ne le permettent pas il faut changer les institutions. Précisément l’Etat de droit, c’est l’Etat de la vie selon un droit conforme à la protection de nos libertés.

Nous manquons au niveau politique d’un Georges Clémenceau qui rappelons le, avait réprimé très sévèrement les gauchistes de l’époque, qui prétendaient pouvoir saboter les forces militaires françaises. Nous manquons d’un général de Gaulle qui, à la libération, avait puni sévèrement ceux qui avaient collaboré avec l’ennemi. Ceux qui publient des tweets exprimant leur sympathie avec l’Etat islamique, celles qui portent le niqab, sont eux-aussi dans un processus de trahison. Il faut agir, au moins avec le droit et les forces existants.

 

2 – L’islam radical semble parfois porter à l’intérieur des frontières occidentales des préceptes proches de l’idéologie défendue par l’Etat islamique. Toujours en suivant la logique de la guerre contre le terrorisme, comment l’Etat devrait-il gérer ces individus ?

 

Yves Roucaute : En période de guerre, les devoirs sont plus importants que les droits car il faut défendre la nation en danger. Nous n’avons pas à nous préoccuper de savoir si celui qui est en face de nous est chrétiens, musulman ou bouddhiste. Nous devons nous préoccuper de savoir si les Français sont prêts ou non à accomplir leur devoir. Je connais d’ailleurs beaucoup d’enfants d’origine marocaine, tunisienne, algérienne, turque, russe qui sont prêts à faire leur devoir pour la France. Et, bien entendu, beaucoup de musulmans.

 

Nous avons en face de nous un ennemi qui est l’islamisme djihadiste. Cet ennemi s’est coulé dans l’islam, et il se nourrit de lui. C’est pourquoi nous devons demander à nos Français musulmans de prendre le drapeau de la France et de se positionner en première ligne dans cette guerre. Ce sont eux qui connaissent le mieux les méthodes de détournement de l’islam pratiqué par les djihadistes, et ce sont eux qui sont les plus forts pour faire une contre-attaque culturelle contre les djihadistes.

A cet égard, il faut voir l’excellent film, Pesmergas, réalisé par Bernard Henri-Lévy, qui montre le combat des Kurdes contre ce Mal radical. Et qui, au-delà, peut permettre de mener sur notre territoire cette campagne idéologique dont nous avons besoin pour éradiquer le salafisme dans les têtes. Il faut multiplier ces produits culturels, vidéos, films, musiques, images, textes qui offrent à la jeunesse des héros, des mythes, des récits qui renforcent les défenses culturelles de notre cité et détournent la jeunesse fragile de la propagande djihadiste. Nous devons prendre au sérieux la guerre idéologique.

Et celle-ci se joue jusque sur le plan militaire : il faut par exemple, créer des bataillons de femmes. A la façon des Kurdes. Rien ne terrorise plus ces immondes bêtes islamistes que de se faire tuer par des femmes, ils croient qu’ainsi ils n’iront pas au paradis. Cela les inquiète moins que d’égorger des gens.

 

3 – De par leur Histoire faite de violences, parfois extrêmes, les sociétés européennes donnent parfois l’impression de craindre  un retour  aux « heures les plus sombres de l’Histoire ». Cette crainte, légitime, ne serait-elle pas également un frein à la mise en place de solutions permettant de protéger les populations occidentales,  ce qui semble  tout aussi légitime ?

 

Yves Roucaute : Les sociétés européennes n’ont pas une histoire plus violente que celle des autres civilisations. Il suffit de songer au Biafra, à l’opposition des Hutus et des Tutsis, aux conflits au Japon, en Chine, en Indonésie, dans la Corne d’Afrique. C’est même le contraire qui est vrai : rapidement les sociétés européennes ont régulé leurs pulsions de mort, elles ont d’ailleurs inventé le droit international jusque dans la guerre, les tribunaux internationaux.

A l’inverse, ce qui est vrai, c’est que nous avons castré les populations occidentales, de l’Ouest européen en particulier. On les a forcées à accepter un travestissement de leur histoire, une culpabilisation incessante, l’accusation de colonisation et d’esclavagisme, qui étaient pourtant le lieu commun et auxquels elles ont les premières mis fin. Le politiquement correct leu a fait maudire leur civilisation et leur histoire.

Et c’est pour cela que notre société a été aussi molle contre ces ennemis qui tuent nos concitoyens ou qui s’en réjouissent. Clémenceau les aurait fusillés, et si je ne sais pas si c’est la bonne chose à faire, ce qui est sûr c’est qu’à partir du moment où des individus soutiennent des ennemis, il est normal que nous les sanctionnons et les neutralisons.

Le pays n’a pas à craindre de revenir aux « heures les plus sombres ». Le problème est que nous n’avons plus, les Européens mais surtout les Français, la culture de défense du territoire. Nous avons baissé notre garde. La France a pourtant une longue tradition de protection de ses frontières, de protection de sa culture. C’est pourquoi il est étrange que mille ans d’histoire aient été autant affaiblies par 40 ans de politiquement correct. C’est d’ailleurs aussi vrai aux Etats-Unis, dans certains Etats. Or, une France moralement désarmée est fissurée. Face aux ennemis qui pénètrent par ces failles, elle n’est plus capable de défendre ni son territoire ni sa sécurité, et elle n’est pas capable de dire ce dont elle veut et ce dont elle ne veut pas. Par exemple, la propagande djihadiste dit sur internet aux individus fragiles que la France est raciste et antimusulmane, qu’elle est colonialiste. Et le politiquement correct écrit dans ses manuels que la France est colonialiste. Et la gauche intellectuelle dénonce le racisme dés que l’o parle de nation, et d’islamophobie dés que l’on demande le respect des droits individuels et de la laïcité. Elle crédibilise la propagande djihadiste. Sans même évoquer sa façon de justifier l’antisémitisme de cette propagande, en prétextant le refus du sionisme et en montrant Israël comme une dictature et les juifs comme des fauteurs de guerre et des assassins des Palestiniens. Comme si les Palestiniens étaient un bloc, entre chrétiens, partisans du Hamas, musulmans démocrates etc, voulaient de tels porte-parole ? Comme si le Soudan, le Yemen, l’Arabie Saoudite et des dizaines d’autres Etats qui sont de vraies dictatures, n’existaient pas. C’est évidemment l’antisémitisme qui guide l’extrême-gauche moins gênée par le Hamas e tles dictatures que par Israël.

Laxisme, relativisme, entretien de la confusion, on ne dira jamais assez la responsabilité du politiquement correct dans la situation d’aujourd’hui. Nous payons aujourd’hui le relativisme issu de l’idéologie 1968.

Pourtant, il ne faudrait pas grand chose pour que la France redevienne forte, il suffirait qu »un leader politique affirme haut et fort que peu importent les origines, la couleur de peau, le sexe ou la religion, lorsque l’on naît ou vit dans un pays, des droits sont accordés mais aussi des devoirs. Et ceux qui ne veulent pas les respecter doivent être ou condamnés ou expulsés.

 

4 – Larossi Abballa, auteur de deux meurtres dans les Yvelines lundi 13 juin, était fiché S et avait été condamné en 2013 pour sa participation à une filière de radicalisation. Aux Etats-Unis, le FBI s’était de même penché sur le niveau de menace que représentait Omar Mateen avant de décréter qu’il n’en était pas une. A quoi pourrait ressembler un tribunal qui aurait la charge d’isoler des individus qui représentent une menace ? Y a-t-il des éléments dont nous pourrions nous inspirer concernant le très controversé « patriot act », mis en place aux Etats-Unis après le 11 septembre 2001 ? Serait il nécessaire d’aller aussi loin, voire plus loin ?

 

Yves Roucaute : Il nous faudrait bien sûr un Patriot Act à la française. Va-t-on indéfiniment joué la carte de l’exceptionnalité, de l’état d’urgence ? La guerre va être longue. Si nous avons déjà un énorme attirail juridique, nous souffrons en France de deux choses : d’une absence de volonté de mettre hors d’état de nuire ceux qui sont coupables de trahison, mais aussi de notre incapacité à lutter avec les armes de l’Etat de droit.

En clair nous manquons de contrôle pour préserver la liberté, et dans le même temps, nous souffrons d’un manque d’outils pour réprimer ceux qui sont coupables de trahison ou de menée criminelles contre notre pays.

Aux Etats-Unis, il existe une cour de justice indépendante du pouvoir politique pour veiller au respect des libertés individuelles dans l’application du Patriot Act, le FISC. En France, les bureaucrates qui gouvernent préfèrent la justice administrative, plus confortable pour l’exécutif, plus malléable, souvent aux ordres. Et ils naviguent à vue, avec une grand inefficacité. Il nous faut l’efficacité et le respect des droits.

Accepterions nous que des gens portent des croix gammées, usent du salut nazi quand ils se rencontrent ou chantent des chants nazis ? Enfermons les fiches S jusqu’à la fin du conflit, vingt ans si nécessaire, frappons durement les comportements et les propos djihadistes, en particulier dans la rue et sur les réseaux sociaux.

De quoi avons-nous peur ? Voir nos fils et nos compagnes égorgés ne nous fera pas tenir debout ? C’est la volonté qui manque.

 

Extrait

 

Per Catalunya !, le droit à l’autodétermination de la Catalogne

(Publié dans Le Monde, 11 octobre 2017) http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/11/la-catalogne-peut-pretendre-au-droit-a-l-autodetermination_5199254_3232.html

Par Yves ROUCAUTE,

 

Ce mardi 10 octobre, en proclamant ouvert le chemin de l’indépendance, en donnant un temps pour le dialogue et en dénonçant la stratégie de peur déclenchée par Madrid, le Président de la région de Catalogne, Carles Puigdemont, a appelé chacun à sa responsabilité. « Nous ne sommes pas des fous, pas des putschistes », mais « un peuple ne peut accepter un cadre qui ne lui convient pas ». L’Europe restera-t-elle sourde, une fois encore, à la demande pacifique de cette Catalogne qui réclame depuis quatre siècles le droit de choisir son destin?… Continue reading

Le Lionceau et le Moucheron

par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles, 25 septembre 2017)

« Entre nos ennemis, les plus à craindre sont souvent les plus petits » disait Jean de la Fontaine. Depuis longtemps déjà, le lionceau Mélenchon tançait de haut le moucheron communiste. L’insecte, à vrai dire, paraissait chétif et, pour tout dire, moribond : 6,60% de voix aux présidentielles  de 1995, 2,33% en 2002, 1,97% en 2007, et incapacité de se présenter depuis. Aux présidentielles de 2017, le rugissant en avait profité et avait présenté sa candidature sans avis du virevoltant qui, raillé, dut se rallier. La fête de l’Humanité devint celle de l’inimitié. Oubliant toute bienséance royale, au lieu de gambader dans la savane de La Courneuve pour flatter le moucheron, le quadrupède joua le coup… Continue reading

Nicolas Hulot dans l’œil du cyclone

 

Par

Yves Roucaute

(Paru Valeurs Actuelles, 18 septembre 2017)

 

« Que ça nous serve de leçon, le pire est devant nous » : profitant d’Irma et de Jose, les cyclones qui ont déferlé sur les Antilles, Nicolas Hulot joue à Zacharie, prophète de l’Apocalypse. Et « il y a un moment où on touche les limites ». Origine des ouragans ? Le réchauffement dû aux humains qui ne l’écoutent pas. De force 4 ou 5, ils n’auraient jamais été aussi nombreux. Irma, le plus monstrueux: vents de 295 km/h, vagues de 10 mètres, 11 morts, du jamais vu, jamais connu, foi de Nicolas Hulot.

Après les cavaliers, les ânes de l’apocalypse. Passons sur Katrina, en 2005 : vents de 280 km/h, vagues de 11… Continue reading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *