La farce de Maître Mélenchon

La farce de Maître Mélenchon

par

Yves Roucaute

(paru le 5 juillet. Valeurs Actuelles)

Par l’art divinatoire de Jean-Luc Mélenchon, l’astrologie même a pris un sacré coup de vieux : avec lui, les urnes vides parlent, les abstentionnistes votent, et son cabinet de voyance, France Insoumise, a gagné les élections. 57,36% d’abstention aux législatives ? Une « forme de grève générale civique » discerne l’extralucide. Avec une « signification politique offensive » : le soutien à ses idées. Toute réforme serait donc « illégitime », du code de travail à la fiscalité, pour cause d’opposition de « vous les gens », du « peuple », sinon des astres dont notre mage serait l’interprète.

Avec 2,5 millions de voix sur 47 millions d’inscrits, soit 11% des votants, 5,25% des inscrits,  Jean-Luc Mélenchon ressemble ainsi à l’avocat Pathelin de la fameuse Farce de Maître Pathelin (XVème siècle) qui s’évertuait à tromper son monde en transformant en imbéciles ceux qui parlent et en défendant ses clients à coups de rhétorique grossière et comique.

Fort de sa licence de Lettres, il propose ainsi d’expliquer le contrat de travail à un crétin « matheux », Cédric Villani, médaille Fields de mathématiques, équivalent du prix Nobel. Puis, il vole au secours de Danièle Obono, députée de France Insoumise, qui a refusé de revenir sur son soutien de naguère au groupe ZEP et à sa chanson« Nique la France  et de dire « Vive la France ! » sur RMC. Elle aurait été « agressée sur les plateaux de télé par des chiens de garde médiatiques qui ne se rendent même plus compte que leur machisme est teinté d’une forme de racisme insupportable ».

« Chiens de garde » ? Diantre ! Citation de Paul Nizan . Ce philosophe mort pour la France, en 1940, aurait-il apprécié ces vers sortis de leur purin ? ‘C’que j’en pense De leur identité nationale De leur Marianne, de leur drapeau Et de leur hymne à 2 balles J’vais pas t’faire un dessin Ca risque d’être indécent De voir comment j’me torche Avec leur symbole écœurant ».

Notre Pathelin joue sur scène les bêlements antiracistes « à deux balles », applaudit par quelques niais qui se « torchent » de savoir qu’esclavagisme et racisme étaient la règle dans les empires africains, arabes, asiatiques, avant que la France n’abolissent l’esclavage dans l’hexagone (524), ne décrète, en 1315, « selon le droit de nature, chacun doit naître franc (libre) et ne pose par sa République les droits universels, sans considération de race et de genre. Des premières mondiales. Rions donc de la farce, de sa grossièreté, de son intrigue simplette puis « revenons à nos moutons » : le soin de la France.

 

Réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *