Karim Benzema et la clef Deschamps

Karim Benzema en équipe de France ?

 

Par Yves ROUCAUTE

 
Paru Valeurs Actuelles. 1 juillet.
 
Karim Benzema en équipe de France ? Certes, cela se peut. Mais cela se doit-il ? Telle est la question. Réduire cette affaire, symptôme de bien d’autres, à un « sujet sportif » (Benoît Hamon) ? Voilà oubliés sens du sport de compétition et signification de cette « équipe de France ». Plus qu’un jeu et une localisation géographique : une présence spirituelle.
Dés les premiers jeux sportifs en Grèce, au VIIIème siècle avant J.-C., toute compétition sportive est une guerre pacifiée. Les Cités fabriquent des athlètes à leur image pour s’identifier à eux et à leur gloire. Avec le professionnalisme, au IVème siècle, naissent les entraineurs : s’ils recherchent la performance, ils n’oublient pas la priorité : incarner l’esprit de la Cité.
Et ils exigent une parfaite éthique. Les Léonidas de Rhodes ou autres Glaucos de Karistos, célébrés par toute la Grèce, sont des hommes d’honneur qui ont prêté serment de moralité devant Zeus. Et chacun attribue les victoires innombrables de Sparte à la vertu de ses sportifs. Condamnés et suspects ? Interdits de jeux. Imaginer des « représentants » se mettre en grève ou insulter un entraineur? Les sportifs grecs auraient préféré mourir à cette honte pour leur nation. Un simple retard conduisit à la proscription olympique d’Apollonios d’Alexandrie et la tricherie du seul Callipos exclut la cité d’Athènes de la 112ème olympiade.
Avec les sports collectifs, au XIXème siècle, la logique de représentation est poussée au paroxysme. La professionnalisation du football, en 1885, est exigée par les clubs du nord de l’Angleterre, industrielle et populaire, contre la Fédération anglaise. des entraineurs sont appelés pour construire une « équipe » : ensemble unifié, cohérent, au dessus des intérêts particuliers, pour apporter la gloire dans une guerre sociale pacifiée. Avec les compétitions internationales, l’esprit d’équipe est transposé au niveau national.
Mis en examen, Karim Benzema exige de Didier Deschamps, vecteur de l’esprit de la nation française, qu’il se déplace et lui « dise dans les yeux » les raisons d’une exclusion évidente. Il l’accuse d’accepter « la pression d’une partie raciste de la France », aiguisant la haine, dévoilant le racisme latent qui attribue à la race blanche tout différend. Adieu donc. Dépasser origines ethniques et différences sociales dans une unité supérieure qui représente notre belle nation civique française, donner du rêve et la mener à la gloire : c’est cela l’équipe de France.
Extrait

 

Per Catalunya !, le droit à l’autodétermination de la Catalogne

(Publié dans Le Monde, 11 octobre 2017) http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/11/la-catalogne-peut-pretendre-au-droit-a-l-autodetermination_5199254_3232.html

Par Yves ROUCAUTE,

 

Ce mardi 10 octobre, en proclamant ouvert le chemin de l’indépendance, en donnant un temps pour le dialogue et en dénonçant la stratégie de peur déclenchée par Madrid, le Président de la région de Catalogne, Carles Puigdemont, a appelé chacun à sa responsabilité. « Nous ne sommes pas des fous, pas des putschistes », mais « un peuple ne peut accepter un cadre qui ne lui convient pas ». L’Europe restera-t-elle sourde, une fois encore, à la demande pacifique de cette Catalogne qui réclame depuis quatre siècles le droit de choisir son destin?… Continue reading

Le Lionceau et le Moucheron

par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles, 25 septembre 2017)

« Entre nos ennemis, les plus à craindre sont souvent les plus petits » disait Jean de la Fontaine. Depuis longtemps déjà, le lionceau Mélenchon tançait de haut le moucheron communiste. L’insecte, à vrai dire, paraissait chétif et, pour tout dire, moribond : 6,60% de voix aux présidentielles  de 1995, 2,33% en 2002, 1,97% en 2007, et incapacité de se présenter depuis. Aux présidentielles de 2017, le rugissant en avait profité et avait présenté sa candidature sans avis du virevoltant qui, raillé, dut se rallier. La fête de l’Humanité devint celle de l’inimitié. Oubliant toute bienséance royale, au lieu de gambader dans la savane de La Courneuve pour flatter le moucheron, le quadrupède joua le coup… Continue reading

Nicolas Hulot dans l’œil du cyclone

 

Par

Yves Roucaute

(Paru Valeurs Actuelles, 18 septembre 2017)

 

« Que ça nous serve de leçon, le pire est devant nous » : profitant d’Irma et de Jose, les cyclones qui ont déferlé sur les Antilles, Nicolas Hulot joue à Zacharie, prophète de l’Apocalypse. Et « il y a un moment où on touche les limites ». Origine des ouragans ? Le réchauffement dû aux humains qui ne l’écoutent pas. De force 4 ou 5, ils n’auraient jamais été aussi nombreux. Irma, le plus monstrueux: vents de 295 km/h, vagues de 10 mètres, 11 morts, du jamais vu, jamais connu, foi de Nicolas Hulot.

Après les cavaliers, les ânes de l’apocalypse. Passons sur Katrina, en 2005 : vents de 280 km/h, vagues de 11… Continue reading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *