Gilets Jaunes: Le Bel Avenir de la Politique?

Chers amis,
Au lieu de répondre à la violente attaque d’Eric Zemmour contre mon livre, Le Bel Avenir de l’Humanité, et contre moi-même, sur une 1/2 page du figaro où il dénonce l’ « imbécile heureux » et me désigne comme ennemi N1 de la France, pour ceux qui craignent les samedis difficiles et aiment discuter cordialement dans le souci du bien commun de l’avenir de la France, je me permets de vous donner la tribune que j’ai publiée ce jour, le 7 décembre, sur le site Atlantico https://www.atlantico.fr/fiche/yves-roucaute-1501621.

« GILETS JAUNES : LE BEL AVENIR DE LA POLITIQUE ?

Par Yves ROUCAUTE, philosophe, Professeur agrégé des facultés, auteur de « Le Bel Avenir de l’Humanité ».

LA FRANCE RETIENT SON SOUFFLE EN REGARDANT LE FEU QUI COUVE SOUS LA BRAISE. QUE SE PASSERA-T-IL SAMEDI PROCHAIN ET DANS LES JOURS SUIVANTS AVEC LES GILETS JAUNES ? ET SI C’ÉTAIT LE DÉBUT D’UN BEL AVENIR POLITIQUE QUI SE DESSINAIT ENFIN ?

La France retient son souffle en regardant le feu qui couve sous la braise. Que se passera-t-il samedi prochain et dans les jours suivants avec les Gilets Jaunes ? Qu’adviendra-t-il si un manifestant est tué par les forces de l’ordre ? La crise d’autorité est là depuis trois semaines, la crise de la légalité se profile depuis samedi dernier, demain la crise de légitimité pourrait emporter le régime. Le pire est devenu chaque jour moins incertain. « Il n’y a aucun mal à changer d’avis, pourvu que ce soit dans le bon sens » disait le malicieux Winston Churchill. Hélas !, après n’avoir pas voulu changer d’avis, la panique étant mauvaise conseillère, le gouvernement a choisi le mauvais chemin. En acceptant trop tardivement un « moratoire » puis l’annulation des taxes sur les carburants, il semble toujours en retard d’une guerre, incapable de saisir l’espace et le temps des nouvelles formes de mobilisation. Le désordre est là, la chienlit menace.

Car chaque jour révèle l’incompréhension du sens de ce qui se joue à l’heure de l’expansion des réseaux, de la destruction du rapport magico-religieux au pouvoir et des multiples possibilités de coordination virtuelle puis réelle des citoyens qui se veulent acteurs de leur vie. La nouvelle démocratie, que j’appelle « collaborative » dans mon livre Le Bel Avenir de l’Humanité, c’est l’association de la gouvernance, de la démocratie représentative avec les réseaux, avec ces mille plateaux de discussion et de mobilisation qui alimentent le tissu de la vie dans la Cité. Mais au lieu de concevoir et de construire ces nouvelles relations, ce à quoi pourtant le candidat Emmanuel Macron semblait disposé contre les vieux partis classiques, le gouvernement a imaginé, et imagine encore, un ennemi dans ces réseaux au lieu de voir un partenaire.
Résultat : une dynamique de crise dont il ne pourra sortir sans changer de logiciel. L’augmentation des taxes avait « cristallisé » le mécontentement des classes moyennes qui se paupérisent et de la France périurbaine qui se voit de plus en plus délaissée. Le comportement autoritaire du gouvernement, cette façon absurde de jouer le temps et le pourrissement du mouvement selon les vieux canons politiques, a conduit à « décristalliser ». Aux yeux des Gilets Jaunes, cette mesure est d’abord devenue le symbole d’un gouvernement qui ne se préoccupe pas du malheur quotidien. Puis, là où hier encore ils voyaient une mesure particulière, ils découvrent la pointe immergée de l’iceberg de leur malheur social. Ainsi, au lieu d’éteindre la crise, le pari de l’attentisme gouvernemental a conduit à agglomérer des demandes sociales qui, au départ, n’étaient pas liées, du SMIC aux retraites, et à mobiliser des scènes sociales qui, de l’école aux transports, semblaient hier n’être pas directement concernées. Et les corps intermédiaires, partis, syndicats, élus locaux, qui auraient pu jouer un rôle de gardien à la porte de l’État, pour trier les demandes, en éliminer certaines, en simplifier d’autres, éliminés par le gouvernement, non seulement n’apaisent pas le conflit mais l’attisent. En les tuant, en voulant se venger d’eux, peut-être creuse-t-il sa tombe politique et celle d’Emmanuel Macron qu’il voulait protéger : Victor Hugo aurait pensé qu’il y a du Lucrèce Borgia dans ce gouvernement là.

A l’heure de la révolution des Temps contemporains qui met par les technologies l’individu au cœur du jeu politique, il n’est plus possible pour un Président de la République, quel qu’il soit, d’espérer par les élections un chèque en blanc pour cinq ans. « Tu as voté, donc tais-toi » ? Ce monde a disparu. Après avoir voté, le citoyen des Temps contemporains n’accepte plus de se taire jusqu’aux prochaines échéances électorales. Et s’il a élu un Président, il ne se sent plus contraint d’accepter toutes les mesures de son programme, sans exception ; dans la hotte du Père Noël, il veut pouvoir choisir ou refuser les jouets. Quant aux mesures pas même annoncées, il n’est plus dupe et sait les mille ruses politiques pour faire avaler les couleuvres ; derrière la « transition énergétique », il voit bien le prétexte pour alimenter le budget au pays champion des prélèvements obligatoires.
« Jupitérien » disait Emmanuel Macron de lui-même. Tout est là, dans cette vision magico-religieuse inconsciente qui le tient depuis son élection et qui vient de loin dans l’histoire, des prêtres-rois aux sacralisations modernes du pouvoir. « Jupitérien » ? Une perspective de Maître de vérité prompt à organiser les sacrifices individuels et sociaux au nom du bien général sans se préoccuper de ce qui se vit « en bas ».
Les Gilets Jaunes le disent : ce logiciel qui fut celui des pouvoirs avant la révolution numérique n’est plus en état de fonctionner. Avec FaceBook, Twitter, WeChat, Youku, You Tube…. avec ses « amis » virtuels et ses potes du village global, l’individu prend conscience de sa nature libre et créatrice et construit avec d’autres individus, les multiples réseaux du contre-pouvoir. Ils s’installent dans les nœuds de circulation de l’information numérique comme ils contrôlent les ronds points et les entrées des autoroutes.
Ainsi disparaît l’idolâtrie politique qui avait si souvent transformé le citoyen en ombre entre deux élections. Jupiter est reconnu pour ce qu’il est : une chimère. Le n’importe qui prend le sceptre et se met à parler en citoyen au milieu du cercle des égaux à la façon des aristocrates de la Grèce antique. Explosion des réseaux, parole-dialogue horizontale, hybridations culturelles, prises en charge par l’intelligence artificielle de la quotidienneté, autorégulations intelligentes : l’aura magico-religieuse qui entourait la gestes du pouvoir est décortiquée et dispersée, la verticalité et l’absence de contrôle avec elle. Les Gilets Jaunes annoncent à leur façon le crépuscule de l’État et du pouvoir politique séparé de la société civile.

L’avenir de la vie politique s’écrit du côté des Giles Jaunes

L’avenir de la vie politique s’écrit du côté des Gilets Jaunes. Il est la forme d’organisation née des nouvelles technologies. Admirable, ce refus de recréer les structures pyramidales des partis. Cocasse de voir des ministres se promener dans les rues une lanterne à la main, pour trouver les « représentants » de ce mouvement, tel Diogène jadis à Athènes cherchant l’ « Homme ».
Révolution de l’espace politique : la force de cette horizontalité fluctuante est d’exiger des réponses dans un espace d’égaux qu’ils construisent eux-mêmes sans reconstruire une hiérarchie. Révolution du temps politique : la temporalité n’est pas celle de la politique, des élections ou des séances du Parlement, mais la temporalité numérique qui, dans l’instant, surveille et contrôle le pouvoir, délibère et choisit.
Ce fut assurément la marque d’une incompréhension totale de croire possible de plier cet espace et cette temporalité des réseaux au temps politique classique et de se parer d’un argument d’autorité pour les contrer. Refuser d’annuler la mesure honnie quand les réseaux avaient réussi à convaincre plus de 70% des Français ? Mais d’où parle donc ce pouvoir ? Recevoir des partis politiques comme s’il était possible de sortir de la crise par leur biais alors qu’ils ont été désavoués et sortis quelques mois plus tôt ? Quelle légitimité opposée à celle des réseaux pouvait donc en sortir ? Et que dire de cette proposition d’un « moratoire » qui supposait que les réseaux devaient attendre le résultat des discussions au sommet et s’en satisfaire. Face aux réseaux, le gouvernement a joué à « couvrez moi ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils réseaux, les pouvoirs autoritaires sont blessés. »
Le temps est venu de mettre la république en marche. D’abord, prendre des décisions rapides pour satisfaire certaines demandes, ensuite organiser par les extraordinaires possibilités d’internet, les moyens de consultation, de délibération et de choix sur les projets de demain.
Le Président Emmanuel Macron retrouvera-t-il cet esprit d’ouverture et de dialogue qui fit le charme du candidat Emmanuel ? Changera-t-il de logiciel pour devenir un dirigeant des Temps contemporains ? Il le faudrait. Les vendeurs d’illusions sont à l’affut. Incendiaires d’hier, ils crient à l’incendie. Préparant la chienlit de demain, ils dénoncent le désordre. Ils n’aiment pas les mille plateaux de ce bel avenir de l’humanité où l’on ne dresse pas d’échafauds, où chacun cherche des solutions d’avenir heureuses face aux défis des Temps contemporains, tels ceux de la disparition des emplois prévisible avec l’intelligence artificielle ou des services loin des métropoles. Ces démagogues feignent de soutenir le mouvement pour se glisser dans les failles du malheur social avec leur catastrophisme, leur pessimisme, leurs haines nationalistes et sociales. Leur objectif n’est pas d’aider ce mouvement bon enfant, de trouver ensemble les éléments d’une concorde mais de tirer la couverture à eux pour préparer demain avec leur étatisme, leur vision verticale du parti et de la vie, leur conception antifrançaise de la France, des jours plus sombres encore.
Opposer ce formidable surgissement des réseaux à la démocratie représentative ? Dés la publication de mon livre, j’ai entendu la critique. Certes, le rejet des partis traditionnels en France et dans nombre de pays, l’indique clairement : la démocratie représentative classique a vécu. Sous sa forme exclusive. La Vème République quasi monarchique avec elle. « L’État est notre serviteur et nous n’avons pas en être les serviteurs », disent les Gilets Jaunes à la façon d’Albert Einstein. J’aime l’idée. La révolution numérique nous entraîne vers la démocratie « collaborative », celle qui conjugue gouvernance, démocratie représentative et les mille plateaux à chaque instant. Celle qui permettra d’éclairer les choix de l’exécutif et du législatif par une libre délibération dans les forums. Celle qui permettra d’un clic de savoir ce que les citoyens pensent et veulent. Celle qui autorisera les manifestations virtuelles et réelles du nouveau contre-pouvoir dont toute république entrée dans les Temps contemporains, a besoin.
La France ne souffre pas d’avoir trop de Gilets Jaunes mais de n’en avoir pas assez. Il reste à espérer que ce gouvernement ne jouera pas la carte du pire pour que vienne vite le moment où chacun comprendra qu’il faut aussi savoir arrêter un mouvement.

https://www.atlantico.fr/fiche/yves-roucaute-1501621

Réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *