Corée : quand les pacifistes perdent le nord

Corée : quand les pacifistes perdent le nord

par

Yves Roucaute

(paru Valeurs Actuelles, le 31 août 2017)

Désescalade entre États-Unis et Corée du nord ? Le feuilleton de l’été se termine. Qui s’en plaindra ? Remake de la guerre de Corée (1950-1953), le psychodrame a viré en farce. La faute aux acteurs.

Passe encore pour Kim Jong-un, le burlesque dictateur nord-coréen qui voulait «faire payer aux Etats-Unis le prix de leurs crimes un millier de fois» en menaçant d’attaque nucléaire l’île américaine de Guam. Et pour Donald Trump qui a promis, en riposte, « feu et fureur». Chacun dans son rôle. Mais les acteurs « pacifistes » étaient vraiment grotesques de vouloir rejouer au manifestant anti-impérialiste qui soutenait, en 1950, la Corée communiste quand elle avait envahi le Sud, après la partition du pays entre Etats-Unis et URSS autour du 38ème parallèle.

Yann Moix aurait « enquêté » en Corée du nord sur la pensée des Nord-coréens. Sa source d’info ? Les « guides » touristiques. Choisis par le parti : du solide. « Les Nord-Coréens vous expliquent à longueur de journée que pour eux, taper en premier n’a aucun sens » (Paris Match) dit-il, convaincu aussi du pacifisme des dirigeants. Pacifisme inouï: dénonciation de l’armistice avec le sud en 2009, annonce d’un nouvel état de guerre en 2013, envoi de missile dans la zone japonaise, militarisation de la société, menaces de massacres nucléaires.

Plus incroyable encore : profitant d’une menace fantasmée de Washington, «  les leaders Kim Il-sung, Kim Jong-il puis Kim Jong-un ont réussi à dresser la population et la souder. »  Oui, les Coréens derrière leur leader, ça c’est de l’info ! 300 000 prisonniers politiques qui ne ressortiront pas vivants des camps de Yodok, Kaech’on, kwan-li-so, Haengyong, Chongjin, tellement ils y sont bien. 100 000 habitants qui ont fui en Chine pour gambader. Tortures, disparitions, exécutions, condamnations à la prison à vie pour christianisme, bouddhisme, pratique du Cheondogyo : Disneyland et bientôt un film.

Faute de guides, l’O.N.U. condamne un régime de terreur. La Chine même vient de refuser importations de fer, de minerais et de fruits de mer nord-coréens. Et Washington a brisé Kim Jong-un en rappelant que son arme nucléaire n’est pas dissuasive : 70 sous-marins, âgés d’un demi siècle pour les plus performants (classe Roméo), et pas de sous-marin nucléaire lanceur d’engins. Donc, pas de seconde frappe. En cas de conflit : anéantissement coréen garanti. N’en déplaise à quelques acteurs présomptueux, il était vraiment temps d’arrêter le mauvais téléfilm.

Réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *