Benoît Hamon, le bœuf et la  grenouille

Benoît Hamon, le bœuf et la  grenouille

Par

Yves ROUCAUTE

(paru 13 juillet 2017. Valeurs Actuelles)

 

1er juillet , pelouse de Reuilly, Paris. « Aujourd’hui, j’ai décidé de quitter le Parti socialiste. Je quitte un parti mais je n’abdique pas l’idéal socialiste » proclame Benoît Hamon devant quelques milliers de militants médusés. Diantre !, à deux pas de la foire du trône, ce « socialiste » n’ « abdique » donc pas ? Nenni ; il se flatte même d’une « démarche personnelle » et nomme son nouveau parti, « Mouvement du 1er juillet », démontrant son ambition par un discours sur un champ d’herbe : s’installer dans l’Histoire. À l’évidence, les appellations « socialiste », « démocrate », « républicain » en marche ou en berne, « insoumis » même, ne conviennent pas à son immense ambition: phagocyter la gauche avant de conquérir le pays. Lui, serait l’héritier du « Mouvement du 22 mars » de 1968, ou, mieux encore, du « mouvement du 26 juillet » de Fidel Castro, date de l’attaque de la caserne de la Moncada à Santiago de Cuba, en 1953, début de la marche vers la victoire finale. Un modèle pour le camarade Benoît qui a déjà réussi l’occupation de la pelouse de Reuilly.

« Je ne change pas de convictions » proclame-t-il, et c’est vrai. Capitaine du navire socialiste, qu’il fit couler, Benoît Hamon montre sa loyauté envers lui-même : il s’empresse de le quitter, ne voulant pas rester le dernier. Déjà, quand son parti était au gouvernement, il avait organisé un groupe de saboteurs, appelé « frondeurs ». Manifestations, protestations, délations  contre François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Emmanuel Valls, jusqu’à tenter deux motions de censure pour les couler. Elu candidat du P.S. aux présidentielles par l’alliance gauche extrême et extrême-gauche, il lança le vieux rafiot socialiste à bâbord. En plus du relativisme, féminisme, écologisme, il en rajouta pour mieux enfumer le gogo que Jean-Luc Mélenchon : revenu universel, sortie du nucléaire, taxe sur le diesel, sur les robots même.

6,3% des voix, 4,82% des inscrits aux présidentielles : la nation lui doit assurément un fier service : s’être débarrassé du P.S. L’« idéal socialiste » avec laxisme, dettes, impositions, taxations, règlementations, chômage… ? Nul ne veut plus. Pas plus que de ce populisme qui oppose « dominés » et « dominants ». L’avenir du groupuscule de Benoît Hamon ? Entre Insoumis, P.S. maintenu et macromania, je n’y crois guère. Il aura beau multiplier les bonds sur les pelouses et enfler pour ingurgiter quelques péronnelles, il ressemble déjà à la « grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf »(La Fontaine) et qui « s’enfla si bien qu’elle creva ».

Extrait

LE BEL AVENIR DE L’HUMANITÉ

Par

Yves ROUCAUTE

 

4ème de couverture par Denis Jeambar.

« Le monde qui s’offre à nous est formidable. »
C’est un livre jubilatoire que nous propose le philosophe Yves Roucaute. Une ode à la révolution des Temps contemporains. Abolition du travail et robots, corps bioniques et bébés sur mesure, clonage et cryogénisation, suppression des maladies, télétransportation et véhicules autonomes, disparition de l’État, de la guerre, de l’oppression des nations, économie collaborative et réseaux sociaux, abrogation du dressage éducatif et de l’écriture, libération du corps féminin, art contemporain, bonheur et immortalité, le meilleur est devant nous.
Fruit d’un considérable

Conférences de Yves Roucaute

Organisées par Melitta SCHNEEBERGER

Présidente de Contemporary Bookstore SAS

 

&nbsp… Continue reading

 

Per Catalunya !, le droit à l’autodétermination de la Catalogne

(Publié dans Le Monde, 11 octobre 2017) http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/11/la-catalogne-peut-pretendre-au-droit-a-l-autodetermination_5199254_3232.html

Par Yves ROUCAUTE,

 

Ce mardi 10 octobre, en proclamant ouvert le chemin de l’indépendance, en donnant un temps pour le dialogue et en dénonçant la stratégie de peur déclenchée par Madrid, le Président de la région de Catalogne, Carles Puigdemont, a appelé chacun à sa responsabilité. « Nous ne sommes pas des fous, pas des putschistes », mais « un peuple ne peut accepter un cadre qui ne lui convient pas ». L’Europe restera-t-elle sourde, une fois encore, à la demande pacifique de cette Catalogne qui réclame depuis quatre siècles le droit de choisir son destin?… Continue reading

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *